On aura tout vu !

Une richesse sémantique… dans le mauvais sens

CUne des particularités de la société algérienne aujourd’hui réside dans son vocabulaire. Pauvre, très réduit, il brille par sa pauvreté, par rapport au lexique arabe ou français en usage ; mais il connait dans certains segments des excroissances maladives ; comme par exemple, «les enflures» dues aux mots puisés dans le parler populaire, le verlan et l’argot du milieu. Les ...

Lire la suite »

Les éléphants ont commencé petits…

Ce petit billet peut constituer la suite à celui, récent, intitulé « les mérites de la lenteur », qui encensait les bienfaits de vivre avec la lenteur exigée par la sagesse, pour bien déguster les choses de la vie. C’est aussi un éloge à la marche naturelle des choses, à la progression pénible mais sûre dans l’ordre de la vie. Même si ...

Lire la suite »

Bien remuer le peuple avant de s’en servir

Une des phrases les plus célèbres du diplomate français Charles-Maurice de Talleyrand, cet homme qui a concentré toutes ses forces pour annexer la Régence d’Alger, est la suivante « : « Le peuple ? Bien remuer avant de s’en servir ! ». La formule est entrée dans le lexique diplomatique et stratégique : tout chambardement populaire introduit une action politique ...

Lire la suite »

Les mérites de la lenteur

Une des calamités qui secouent la société moderne et les jeunes de la nouvelle génération, s’appelle la rapidité. Tout se fait vite, comme si on était dans une course contre la montre. On n’aime plus la tortue, on aime plutôt les bolides, les voitures à 220 km/H. C’est dans l’air, la vitesse. Tout se compte en débit, en km, en ...

Lire la suite »

L’inénarrable lobby du… tube digestif

En l’absence des lobbys traditionnels qui font d’un pays un pays, à savoir le lobby d’affaires, les élites économique, intellectuelle et culturelle, les associations de la société civile, le lobby du tube digestif berce le quotidien des Algériens au rythme de ses décisions. Depuis quelque temps, nous sommes formés et formatés, pour ainsi dire, aux proportions de notre ventre. Même ...

Lire la suite »

La banane qui se donne des ailes…

L’histoire de la banane peut prêter à équivoque, mais clarifions bien les choses : il s’agit d’un fruit exotique, ni le meilleur, ni le moindre, mais incapable en tout cas de rivaliser, par exemple, avec une orange ou une pomme, mais qui, en Algérie, se prend pour le roi. Mais de qui se moque-t-on ? Un kilogramme de banane à 800 dinars ? ...

Lire la suite »

Culture et violence : le germe de l’un affaiblit l’autre

Hier, c’était à la police de se pencher sur les violences faites aux femmes en Algérie. Auparavant, ce furent autant de spécialistes qui se sont alarmés de la montée des actes violents contre les enfants : des rapts suivis d’actes pédophiles. Pourtant, loin des chiffres secs et froids, il y a lieu de démontrer que le niveau culturel d’une communauté ...

Lire la suite »

Hypervisibilité des effets et sous-visibilité des cause

Une des aberrations des médias mainstream est de noyer le lecteur dans des tonnes d’informations, aussi inutiles les unes que les autres, alors que les informations les plus sérieuses sont mises sous le boisseau. Le constat est sans appel et le fléau est planétaire. Les dérives qui se passent actuellement sont sous-tendues par des motifs simples, clairs et précis, mais ...

Lire la suite »

Le jeu des chaises musicales

Nous assistons à une effervescence somme toute compréhensible, depuis quelques semaines. Pas un jour ne passe sans porter en son sein un indice, une marque ou un symbole. Chacun décrypte les évènements selon ses aptitudes et ses compétences. Mais au final, on arrive à des interprétations aussi farfelues les unes que les autres. La bonne nouvelle demeure la disparition du ...

Lire la suite »

La version bovine des faits

Un des derniers caprices des scientifiques a consisté à faire porter le chapeau du réchauffement climatique à la vache. De fantaisie en esprit, ils sont allés de leurs thèses et leurs théories les plus farfelues, comme par exemple celle d’affirmer que les rejets de gaz de la vache en rajouteraient une couche (d’ozone). En fin de compte, dépassant le sourire ...

Lire la suite »