Internet : Houda Feraoun prône un tarif symbolique

Réseaux mobiles 3G et 4G, prix de l’Internet, ouverture d’Algérie Télécom à la téléphonie fixe, ou encore la coupure du câble de fibre optique, Annaba-Marseille, sont parmi les questions importantes abordées, hier, par la ministre de la Poste et des Technologies de l’information et de la communication, Iman-Houda Feraoun, lors de son passage sur les ondes de la Radio nationale chaîne 3. La ministre a, à l’occasion, indiqué que la démocratisation de l’Internet figure, avant tout, parmi les priorités du gouvernement. Elle a souligné, à ce titre, que l’objectif de l’État serait de rendre le service internet accessible à tout le monde, «avec une utilisation quotidienne par les citoyens, sans que cela ne soit une charge insupportable pour leurs revenus». Houda Feraoun a, à cet effet, espéré que le prix soit plus favorable, notamment, pour les entreprises et les ISP. «Il faudrait que le prix pratiqué par Algérie Télécom permette le développement de la société de l’information, chose qui reste à parfaire aujourd’hui», estime-t-elle. Reconnaissant que les investissements d’Algérie Télécom font que les prix ne sont pas ce qu’ils devraient être, l’invitée de la Chaîne 3, a souligné que l’entreprise entame une réduction des prix «par étapes», et ce, pour qu’elle reste économiquement viable, et pour que ses investissements restent amortis. Pour qu’Algérie Télécom puisse augmenter son bénéfice, au lieu de le réduire, la ministre a indiqué qu’il existe deux plans sur lesquels il y a, aujourd’hui, réflexion. Pour le premier, il s’agirait de réduire les prix du réseau (assaini), pour le second plan, il y a lieu de faire des offres de groupe pour les entreprises, les ISP et les opérateurs. «En réduisant les prix, on peut avoir de nouveaux clients», a estimé encore la ministre, indiquant que cette politique n’est pas encore totalement développée. Dans ce sens, Feraoun a appelé les cadres d’Algérie Télécom à développer une politique commerciale plus agressive, contrairement à celle qu’il y a maintenant. «Il faut que ses cadres réfléchissent de manière à investir le marché plus intelligemment», ajoute-t-elle. D’autre part, elle a affirmé que l’accessibilité des prix est une politique qui sera mise en œuvre prochainement, mais sous réserve des engagements dans lesquels Algérie Télécom s’est lancée. Elle citera, à ce titre, le projet d’assainissement du réseau et son déploiement, là où il est toujours indisponible. «Il ne faudrait pas que la balance commerciale soit touchée pour rester viable, et continuer à baisser ses tarifs sur la base d’un calendrier adapté à la réalité», avertit-elle. À une question sur l’ouverture du capital d’Algérie Télécom, à propos de la téléphonie fixe, la ministre répond que la question n’est pas à l’ordre du jour. «Pour la téléphonie fixe, je n’ai reçu aucune demande d’intérêt. Et je pense que l’Algérie est une destination importante pour l’investissement. En attirant l’investissement, on espère toutefois pouvoir réaliser autre chose», confie-t-elle.

La 4G mobile attendra
Concernant le lancement de la 4G mobile, la ministre des TIC souligne que le cahier des charges a été finalisé, comme il a été prévu ; cependant, c’est la capacité des opérateurs, à le déployer sur le territoire, qui n’est pas encore sûre. «Il faudrait que l’operateur en soit capable dans les 48 wilayas de manière à en faire bénéficier tout le monde», assure-t-elle, en ajoutant qu’avant de passer à la 4G mobile il est d’abord convenable que la 3G soit partout, ce qui n’est pas encore réalisé. Pour la ministre, il serait prématuré, aujourd’hui, d’obliger les operateurs d’aller vers la 4G. Certes, si l’on lance l’appel d’offre, on aura la 4G, mais à des prix qui n’intéresseront pas tout le monde, confirme-telle. Selon elle, les prix seront certainement pour une certaine catégorie de clients. «Au niveau du ministère, l’on est convaincu qu’il faut encore temporiser pour une viabilité économique, et pour une accessibilité au niveau du prix pour les clients.»

Tout sur la coupure du câble internet Annaba-Marseille
Revenant au dernier incident qui avait pénalisé les usagers d’Algérie Télécom, en les privant de connexion internet, Houda Ferraoun a fait savoir que le bateau responsable n’a pas été identifié, et les gardes-côtes mènent toujours l’enquête. Elle a précisé, toutefois, que le câble semble être accidentellement accroché par une ancre, et qui a été alors sciemment coupé pour s’en débarrasser. Pour éviter cette situation, qui peut subvenir à n’importe quel moment, poursuit la ministre, il y a deux types de solutions nécessaires. Il s’agira, selon elle, de multiplier les accès. Elle a indiqué à cet effet que deux nouveaux câbles Oran-Valence et Alger-Valence seront très prochainement lancés. Une enveloppe de 36 milliards d’euros a été allouée à ce projet, révèle-t-elle. De plus, la ministre propose d’encourager le développement des services et du contenu en ligne, en Algérie, rappelant que les sites qui sont hébergés en Algérie restent accessibles même en cas de coupure de câbles.
Ania Nait Chalal

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.Les champs obligatoires sont marqués par *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>