Boulangerie pain

Djellab rencontre aujourd’hui les boulangers : Le prix du pain fait débat

Le ministre du Commerce, Saïd Djellab, rencontrera, aujourd’hui, la Fédération nationale des boulangers (FNB), au siège du ministère, en vue de se concerter autour de la question des subventions destinées aux professionnels de la branche.

Près d’un mois et demi après avoir annoncé son intention d’observer une grève, après l’Aïd el Fitr, si les autorités ne décident pas d’augmenter officiellement la subvention de la farine, le ministre du Commerce, Saïd Djellab a enfin réagi et a invité la Fédération nationale des boulangers (FNB) à une réunion qui aura lieu aujourd’hui au siège du ministère à partir de 10H.
C’est du moins ce qui a été affirmé, hier, par le président de la Fédération nationale des boulangers (FNB), Youcef Kalafat, qui nous a fait part de son souhait de trouver des «solutions concrètes aux doléances des boulangers». En somme, il précisera que «les boulangers revendiquent la révision de la marge bénéficiaire pour faire face à la hausse des charges ». En l’occurrence, la hausse des prix des coûts de fabrication, le matériel et le loyer.
Soulignant que l’ordre du jour de la réunion concerne les subventions destinées aux professionnels de la branche, Youcef Kalafat, rappelle que depuis la menace de recourir à la grève, lancée fin mai dernier, des rencontres ont eu lieu entre les boulangers et le ministère pour aborder la situation de la corporation. Ainsi, il précisera qu’ «une rencontre a eu lieu après l’appel à la grève qui était prévue après l’Aid El Fitr dernier, ce qui a permis aux boulangers de renoncer à recourir au débrayage pour ne pas prendre en otage les citoyens». Néanmoins, notre interlocuteur espère que «la réunion d’aujourd’hui aboutisse à des solutions concrètes qui puissent répondre aux doléances des boulangers, qui souffrent de la hausse des dépenses depuis des années ». Tout en précisant que les boulangers revendiquent une augmentation de la marge bénéficiaire et non la hausse des prix du pain, le président de la FNB a noté que « depuis le début de 2017, plus de 4 000 boulangers ont mis les clés sous le paillasson, faute d’une marge bénéficiaire adéquate pour eux ». D’autre part, le président de Fédération nationale des boulangers, affirme que celle-ci compte actuellement 17 000 adhérents à l’échelle nationale. «Un chiffre qui sera revu à la baisse si les pouvoirs publics ne trouvent pas des solutions à leurs problèmes», juge Youcef Kalafat. De surcroît, il a rappelé que la FNB, qui est affiliée à l’Union générale des commerçants et artisans algériens (UGCAA), a d’ores et déjà soumis une proposition à la tutelle consistant à fournir aux boulangers une farine mixte destinée exclusivement à la fabrication du pain, pour que la farine subventionnée ne soit plus détournée à la fabrication des pâtisseries. La FNB propose, également, de subventionner les matières premières à savoir la levure, les améliorants, le gaz et l’électricité.
Une chose est sûre, le département de Saïd Djellab veut, à travers cette rencontre, en finir avec la crise du pain et les menaces récurrentes des boulangers d’augmenter le prix de la baguette pour faire valoir leurs revendications. Pour ce faire, le ministère du Commerce a commencé une série de rencontres de consultation avec les représentants des boulangers, afin d’évaluer le coût réel de la baguette.
Durant l’année 2017, des boulangers avaient tenté d’augmenter le prix du pain, sans l’autorisation de l’État. Une décision qui a conduit une quarantaine de boulangeries en justice. Le ministre du Commerce qui avait qualifié cette décision d’illégale, avait affirmé que le dossier de la révision de la marge bénéficiaire est sur la table du Gouvernement. Mais depuis, aucune solution concrète ne s’est dessinée, poussant les boulangers à réitérer la menace de la grève.
Lamia Boufassa