Mais lâchez-nous donc les baskets !

Par Hafidh A. Settar

Mais ça devient une obsession, ma parole, cette propension franco- française  à faire le bulletin de santé  de Boutef.

Bulletin?

En fait des pets -sauf votre respect !-  « raffinés », si l’on ose dire, mais des pets après tout.

Pourtant, ici, tout le monde  connaît la santé du Président. Et tout le monde s’est rangé. Louisa entendrait même une momification et Si Ali, si teigneux et  si véhément,  aura concédé l’euphémisme autour d’un docte cours de la vacance du pouvoir.

L’une comme l’autre et tous les autres  ne veulent point que fafa vienne  fourguer son museau dans les affaires de noszigue. Point barre.

C’est, par- là, une allergie  viscérale !

Mais, semble-t-il, hors de portée de l’érudition soudaine de J-L Debré, des auréoles de « Saint Émié » à Tizi-Ouzou ou du tréfonds de l’âme de Valls devant ses tweets.

Y a que ce coco de Sarko qui en mène large, finalement, dans le rapport avec l’orthodoxie des choses.

Dans son amour déclamé pour son Roi du Royaume des fleurs du mal, il y a en effet comme cet aplomb qui sied tellement aux ténébreux pédophiles.

Voilà, les mots sont lâchés. Les pets aussi- Sauf votre respect !

H. A. S.