Ahly-ESS

Ligue des champions/ESS-Ahly du Caire (ce soir à 20h00) : L’Aigle noir défie les Diables rouges

L’heure de vérité sonne pour l’ESS déterminé à réaliser un véritable exploit en validant son billet pour la finale de la Ligue des champions africaine pour la troisième fois de son histoire.

Seulement, pour ce faire, les Sétifiens doivent refaire un retard de deux buts après leur défaite à l’aller face aux Egyptiens du Ahly du Caire sur le score de deux buts à zéro. En tout cas, du côté de l’Entente, l’on compte mettre en exécution tous les atouts pour atteindre l’objectif escompté. L’entraîneur marocain de l’Aigle noir, Rachid Taoussi, table notamment sur son son meneur de jeu Abdelmoumen Djabou pour déstabiliser la défense des Diables rouges et les mettre constamment sous pression afin de les pousser à commettre des erreurs et apporter son soutien à ses coéquipiers en attaque. Laissé au repos lors du dernier match du championnat à Médéa face à l’OM, l’ex-international des Verts constitue l’arme fatale number one du onze de l’Aigle noir face au géant du pays des Pharaons. L’autre élément du milieu sur lequel compte également l’ancien sélectionneur national des Lions de l’Atlas n’est autre que Djahnit. Ce dernier, après un début de saison un peu difficile, est en train de retrouver petit à petit son meilleur niveau à l’image des deux dernières prestations de premier ordre contre le CSC, puis face à l’OM. Ayant participé au sacre 2014, le joueur est plus mûr maintenant et pourrait être du coup d’un grand apport à son équipe pour passer le cap des Ahlaouis. Ce sont là, aux yeux de Taoussi, la clé de la qualification du club algérien. Les protégés du président Hassen Hamar savent aussi que s’ils veulent passer cette étape et aller en finale de l’édition 2018, il faudra sortir un match d’hommes, des vrais. En effet, pour les supporters notamment, leurs capés doivent montrer une ‘’grinta’’ hors pair pour pouvoir renverser la vapeur. Pour leur part, les Egyptiens, qui veulent rajouter un nouveau titre continental à leur très riche palmarès, sont conscients de la difficulté de la mission qui les attend ce soir dans le chaudron du 8-mai 45. Les propos de l’entraîneur adjoint, Mohamed Salah, en sont significatifs. «On a fait le boulot à l’aller. Mais ce n’est qu’une première mi-temps. Il reste encore un autre match à Sétif. Déjà, lors de la première manche on a trouvé certaines difficultés énormes, face à un bon adversaire algérien. Heureusement qu’on a réussi à mettre deux précieux buts. Cela dit, on s’attend à ce que les choses soient plus compliquées au retour, un match qu’on a bien préparé avec l’ambition d’aller chercher la qualification à la finale.».
Hakim S.