Scandale du complémenet alimentaire «RHB» : Hanoune accuse Boudiaf

La secrétaire générale du Parti des travailleurs (PT), Louisa Hanoune, s’en est prise vivement au ministre de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière, Abdelmalek Boudiaf, à propos du complément alimentaire «RHB», communément appelé «Rahmet Rabbi». Elle impute la responsabilité de cette affaire au premier responsable de ce secteur sensible. Hanoune s’est exprimée à ce sujet à l’occasion de la tenue, hier à Alger, d’une session ordinaire de son bureau politique, consacré à l’évaluation de l’activité du parti et la préparation du prochain congrès des jeunes progressistes du PT, prévu à Zéralda.
Au ministre de la Santé, elle reproche une gestion «chaotique du secteur». Et, surtout, de « faire la promotion d’un médicament et sa précipitation de le lancer sur le marché sans prendre les mesures qui s’imposent en matière de règlementation et d’enregistrement des médicaments», a-t-elle accusé. À cet effet, elle a lancé un appel pressant au président de la République afin qu’il intervienne pour ouvrir une enquête, seule à même de situer les responsabilités et l’identification des coupables. «Ce scandale est gravissime et touche jusqu’à la crédibilité de l’État», estime-t-elle. À ce titre, la SG du parti trotskiste insiste sur le caractère «criminel» de l’affaire. Il ne s’agit nullement pour elle d’un délit ou d’une quelconque faute d’ordre professionnel. «C’est un autre épisode qui précipite davantage le processus de déliquescence de l’État», a-t-elle fulminé. En outre, elle a affirmé connaître en partie les soubassements de ce scandale éclaté au grand jour à Constantine. Néanmoins, elle se réserve le droit de faire ses révélations au moment opportun, ajoutant que la direction de son parti prendra le temps nécessaire pour examiner le dossier.
Elle affirme s’être longuement entretenue avec plusieurs des victimes de ce complément alimentaire et avec leurs médecins traitants. Elle souligne, à cet effet, que 3 patients ayant reçu le RHB à Blida ont perdu la vue à cause de complications. Et à la conférencière de s’interroger davantage, «pourquoi Boudiaf a-t-il fait dans la promotion de ce poison dangereux, ignorant ainsi toutes les normes et autres réglementations régissant un secteur aussi sensible que la santé publique ?». Et de renchérir, « ce ministre connaissait bien le fabricant de ce complément alimentaire depuis l’année 2005. Et pourtant, il ne peut pas nier que ce charlatan n’est ni médecin ni un chercheur reconnu dans le domaine pharmaceutique». Louisa Hanoune est allée plus loin en accusant le même responsable «d’appuyer» des parties qui font du commerce sur le dos d’une couche sociale, aussi fragile que les diabétiques. «On les (les diabétiques) a poussé à l’achat de ce poison par le moyen d’une campagne médiatique qui a fait dans la promotion d’une supercherie dite «miraculeuse», a-t-elle accusé. Pour ce qui est du nom accordé à ce produit dit «Rahmat Rabbi», la patronne du PT accuse les auteurs d’instrumentaliser la religion à des intérêts étroits. Pour élucider cette affaire, elle a plaidé pour l’ouverture d’une enquête nationale devant inclure tous les acteurs concernés. Par ailleurs, l’oratrice a révélé ce qu’elle qualifie d’un autre scandale qui viendrait s’ajouter à la liste.
Il s’agit d’une affaire liée à l’importation de matériel médical, en usage dans le domaine de la radiothérapie (contre le cancer), «à coûts de milliards de centimes», a-t-elle fait savoir. Et d’expliquer que l’opérateur mis en cause est étranger au secteur de la Santé. Là encore, le ministre est désigné d’un doigt accusateur. «On a bloqué l’Agence nationale en charge de l’importation du matériel médical pour permettre à de tels importateurs de le faire à sa place». Les conséquences de ce scandale se manifestent encore, selon l’oratrice, dans les pannes dont se plaignent beaucoup de médecins radiothérapeutes vu l’absence de maintenance et les pièces de rechanges. Louisa Hanoune a déploré le fait que cette année s’achève avec ces scandales qui «entrainent notre pays vers le chaos». Elle a appelé en oûtre le président de la République de prendre les mesures qui s’imposent et de délivrer le pays des griffes de ce qu’elle qualifie de «prédateurs capitalistes».
Hamid Mecheri