dechetp5

PRODUCTION DE L’ÉNERGIE À PARTIR DE DÉCHETS PLASTIQUES : Le procédé innovant d’un jeune mécanicien à Aïn Defla

Un jeune mécanicien d’engins, de Khemis Miliana dans la wilaya d’Ain Defla, vient d’explorer une bonne expérience en transformant le plastique en énergie avec une façon traditionnelle, mais très réussie dans son hangar de réparation des engins.

Effectivement, le jeune inventeur nommé Dahmane Zenati El Hadi âgé de 39 ans, de Khemis Miliana dans la wilaya d’Ain Defla, a réussi de mettre un procédé de production de l’énergie à partir de déchets plastiques. Selon lui
« l’idée est venue suite au confinement décidé par les autorités l’année passée qui a obligé plusieurs personnes de trouver a quoi remplir leur temps à la maison » « Moi j’ai beaucoup travaillé pour arriver à trouver ce procédé » Explique-t-il. « Je me suis dit pourquoi ne pas trouver une solution pour fabriquer de l’énergie et protéger ainsi l’environnement. » Le jeune El Hadi ajoute que « la majorité des plastiques sont fabriqués à partir de produits pétroliers, alors pourquoi ne pas faire le chemin à inverse et les transformer en énergie, une fois utilisés ? C’est l’idée sur laquelle j’ai œuvré pendant des mois » explique-t-il. Le premier contact avec les médias c’était avec une chaîne de télévision dont j’ai passé sur leur infos pendant quelques secondes seulement, et c’était le DMI de la wilaya d’Ain Defla qui m’a contacté pour lui parler de mon expérience. Depuis j’attends d’autres contacts des responsables de la wilaya et du gouvernement aussi, « mais jusqu’à ce jour rien n’a été fait ». Mon rêve est de construire une usine de transformation de déchets dans la wilaya qui devrait produire de l’énergie, avec une technique simple et propre pour la nature. « En chauffant le plastique à environ 400 °C, on parvient à produire 900 kg de carburant à partir d’une tonne de déchets. Environ 70 % sont transformés en diesel, 15 % en essence et moins de 5 % en pétrole brut, tandis que le reste – du gaz – est réutilisé dans le processus de chauffage » explique le jeune El Hadi. «J’ai contacté des amis ici et là, afin de faire connaître mon exploration, et j’ai même contacté l’université Djilali Bounaama de Khemis Miliana, mais je n’ai pas encore eu de réponse de nulle part », ajoute-t-il. Certes, ce procédé thermique pour traiter les déchets plastiques n’est pas nouveau, mais le concept développé présente une originalité, comme je l’ai expliqué à des médias, dont à vous, le correspondant du Courrier d’Algérie et « ont assisté à cette expérience dans mon hangar » « Concrètement, sur un kilogramme de déchets plastiques, composé d’une proportion plus ou moins grande de polyéthylène et de polypropylène, la pyrolyse va produire entre 190 et 240 grammes de gaz, sous la forme d’hydrocarbures légers tels que du méthane, du propane, du butane. Ces derniers pourront être valorisés comme gaz de pétrole comprimé car ils possèdent une bonne teneur énergétique et ne contiennent pas d’oxygène », développe-t-il. « Deux autres types de liquides vont aussi être issus de la pyrolyse, mais un additif devra obligatoirement être ajouté afin de valoriser ce carburant et lui donner les mêmes caractéristiques qu’une essence classique » ajoute le jeune El Hadi. Enfin ce jeune homme attend toujours des contacts des responsables notamment du wali d’Ain Defla qui est déjà au courant de son expérience. Le jeune El Hadi affirme qu’il a d’autres inventions très pratiques et utiles pour les hôpitaux et les médecins ainsi que des inventions sur le filtrage des eaux salées. Le jeune El Hadi appelle le président de la République, en l’occurrence Tebboune Abdelmadjid, d’intervenir afin de faire réussir son expérience et trouver des solutions à ces obstacles qui freinent ses œuvres car avant cela ce jeune El Hadi a réalisé plus de cinq projets innovants qui n’ont pas encore vu leur naissance.
Salim Ben