Syrie : le régime resserre son siège des quartiers rebelles d’Alep

Les forces du régime syrien ont pris mardi le contrôle d’un quartier rebelle à la périphérie d’Alep, resserrant davantage leur siège des secteurs aux mains des insurgés, a rapporté l’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH).
Selon l’Observatoire, elles ont réussi à prendre le quartier de Layramoun, au nord-ouest de la ville divisée, après de violents affrontements et des combats se poursuivaient mardi pour le contrôle d’un quartier rebelle, Bani Zeid, désormais encerclé.
Le quotidien Al-Watan, proche du pouvoir syrien, a également rapporté l’avancée des forces gouvernementales à Layramoun, une ancienne zone industrielle qui abritait de nombreuses usines. L’ex-capitale économique de Syrie est divisée depuis 2012 entre des quartiers tenus par le régime à l’ouest et d’autres contrôlés par des insurgés à l’est.
Les quartiers rebelles d’Alep sont totalement assiégés depuis le 17 juillet par les forces du président Bachar al-Assad et aucune aide internationale n’a pu entrer dans ces secteurs depuis le 7 juillet. Ils ont été régulièrement bombardés ces dernier jours et des dizaines de civils ont été tués selon l’OSDH. Les rebelles ont répondu à ce siège total en bombardant massivement les quartiers prorégime et tuant de nombreux civils. Ils utilisaient les quartiers de Layramoun et de Bani Zeid, à la périphérie nord-ouest d’Alep, pour tirer leurs roquettes. L’OSDH n’était pas en mesure de fournir de bilan des affrontements dans ces deux quartiers.
Les forces du régime ont continué mardi de larguer des barils d’explosifs sur les secteurs rebelles d’Alep, faisant passer à 18 le nombres de personnes tuées en 24 heures dans le quartier d’al-Machad, a précisé l’Observatoire. Une femme, un enfant et un commandant rebelle avec quatre membres de sa famille font partie des victimes, selon la même source. Alep est un des principaux enjeux du conflit en Syrie, qui a fait plus de 280.000 morts depuis 2011 et jeté hors de chez elles des millions de personnes.

Explosion d’une voiture piégée à Damas
La chaîne officielle Al-Ikhbariya a fait état d’au moins un blessé dans l’attentat qui a frappé le quartier moderne de Kafar Soussé. Un attentat à la voiture piégée a frappé lundi soir un quartier de Damas, a rapporté l’agence officielle Sana, sans fournir de bilan dans l’immédiat. Un journaliste de l’Agence France-Presse a entendu une très puissante explosion qui s’est produite selon l’agence dans le quartier de Kafar Soussé, dans le sud-ouest de la capitale syrienne. La chaîne officielle Al-Ikhbariya a fait état d’au moins un blessé dans l’attentat qui a frappé ce quartier moderne et huppé. L’Observatoire syrien des droits de l’homme (OSDH) a également rapporté qu’un attentat à la voiture piégée avait fait des «victimes», sans plus de précision. Plusieurs attentats avaient frappé Damas, place forte du régime de Bachar el-Assad, notamment au cours des trois premières années du conflit, mais ils sont devenus rares au cours des dernières années.