Aymen Benabderrahmane

PRÉVU DANS LE PLAN D’ACTION DU GOUVERNEMENT : Réactivation du Conseil national du tourisme

Dans son plan d’action qui sera présenté et débattu à partir de lundi prochain à l’Assemblée populaire nationale (APN), le gouvernement d’Aymen Benabderrahmane s’engage à promouvoir et à développer une « réelle » industrie touristique et culturelle, secteurs porteurs de croissance économique.

Relevant que le tourisme est un « secteur économique qui ne cesse d’évoluer et de se parfaire en fonction des exigences des touristes, des nouvelles données économiques et des avancées technologiques », le gouvernement propose de mettre en œuvre un plan « destination Algérie » par une série de mesures, est-il indiqué, dans le document portant le Plan d’action qui sera soumis lundi prochain aux parlementaires. À ce titre, le gouvernement envisage de soutenir l’action des agences de voyage et la facilitation des procédures de visas au profit des touristes étrangers, d’encourager le recours aux formules incitatives de voyage par le biais des vols charters afin de renforcer l’attractivité de la destination touristique Algérie tout en s’appuyant sur l’apport des représentations diplomatiques et consulaires à l’étranger . Il compte aussi favoriser l’émergence de pôles touristiques d’excellence, répondant aux standards internationaux, notamment de nature culturelle, et au niveau des régions du Sud, ainsi que le développement du tourisme domestique par l’achèvement du programme de modernisation et de réhabilitation du parc hôtelier public. Les actions envisagées englobent également l’orientation des investissements touristiques et leur adaptation en fonction des besoins de la demande touristique interne et de la spécificité de chaque région, ainsi que la mise en place de circuits touristiques thématiques. Pour les investisseurs, il sera question de mettre à leur disposition des assiettes foncières pour la réalisation de structures légères et modulables, au titre du développement durable et dans le cadre du développement du tourisme interne, avec ses différentes filières et particulièrement le thermalisme. Le gouvernement œuvrera à la relance du plan qualité tourisme Algérie (PQTA) et l’amélioration de la performance de l’appareil de formation. Il est prévu aussi la mise à disposition du foncier touristique au profit des investisseurs et des promoteurs qui se chargeront de la prise en charge de l’aménagement et la viabilisation d’une ou plusieurs zones d’expansion touristique, en contrepartie de la réduction de la redevance locative de la concession, ainsi que l’encouragement des différentes formules de partenariat public-privé. Réactiver le Conseil national du tourisme (CNT) et élaborer un projet de loi d’orientation sur le tourisme, figurent aussi parmi les actions inscrites. À cela s’ajoute la protection des produits de l’industrie artisanale nationale et la lutte contre la contrefaçon en matière de produits artisanaux, notamment par rapport à ceux importés, l’intensification et la professionnalisation des opérations de promotion et de commercialisation des produits issus de l’artisanat sur le marché national et international et la mise en place de nouveaux mécanismes financiers pour soutenir les activités de l’industrie artisanale.

L’Industrie cinématographique
Quant à l’économie de la culture, l’action portera sur la mise en place de « mécanismes qui permettront d’asseoir les conditions appropriées et efficientes pour le lancement d’une véritable industrie cinématographique, basée sur l’incitation à l’investissement et la libéralisation des initiatives aux fins de faire de l’Algérie un pôle de production et de tournage cinématographiques régional et international ». Dans ce cadre, le gouvernement compte mener des actions immédiates, dont notamment, la restructuration des entreprises publiques chargées du cinéma à travers la création du centre du cinéma algérien de manière à uniformiser et faciliter les procédures d’organisation, de gestion et de suivi de l’industrie cinématographique.
Pour attirer les investisseurs dans les industries et infrastructures cinématographiques, des mesures incitatives seront mises en place et les contraintes entravant la réalisation des projets seront levées.
Il est prévu, en outre, l’identification et le recensement du foncier susceptible de faire l’objet d’investissements dans les industries et infrastructures culturelles notamment cinématographiques dans les wilayas et la récupération des salles de cinéma à l’effet de les confier à des exploitants privés dans le cadre de concessions et la conception des mécanismes pour une gestion allégée de l’aide publique dédiée au cinéma.
Enfin, l’action du gouvernement touchera la formation dans le domaine du cinéma, la récupération des archives filmiques et leur numérisation, en plus de l’organisation de festivals.
R.E.