Djamel Aidouni

Le 61e Congrès de l’Union internationale des magistrats insiste sur l’indépendance de la justice et des magistrats : Djamel Aïdouni élu vice-président de l’Union internationale des magistrats

Aux termes du 61e Congrès de l’Union internationale des magistrats (UIM), ouvert depuis lundi dernier à Marrakech, au Maroc, avec la participation de magistrats et hauts fonctionnaires de la justice issus de 87 pays, le président du Syndicat national des magistrats (Snm), Djamel Aïdouni, a été élu vice-président de l’Union internationale des magistrats (UIM). Djamel Aïdouni, qui est également président du Groupe africain de l’UIM, a été élu à l’unanimité par les magistrats et hauts fonctionnaires de la justice issus de quelque 90 pays participant à ce congrès. Djamel Aïdouni a été élu par le passé pour un mandat de deux ans au poste de président du Groupe africain de l’UIM, en mai 2018 à Alger, à l’occasion de la 23e réunion de ce Groupe. Le 61e Congrès de l’Union internationale des magistrats a beaucoup insisté sur la nécessaire indépendance de la justice et l’instauration du statut universel des magistrats. Il a, par ailleurs, fait un débat général sur la problématique de l’indépendance de la justice, les défis de la consécration de la confiance, la réalisation d’une justice au service des justiciables. Fondée en 1953 à Salzbourg (Autriche), l’UIM est une organisation internationale professionnelle apolitique qui regroupe non pas des individus, mais des associations nationales de magistrats, dont l’admission est décidée par son Conseil central. Le but principal de l’Union est la sauvegarde de l’indépendance du Povoir judiciaire, condition essentielle de la fonction juridictionnelle et garantie des droits et des libertés de l’homme.
L’Union comprend aujourd’hui 87 associations ou groupements représentatifs nationaux dans les cinq continents.
I. M. A.