Illusion d’amour

Samia, une jeune femme dotée d’une grande intelligence, âgée de 36 ans, divorcée depuis plus de six ans, très séduisante, au corps bien découplé, venait de bénéficier d’un prêt bancaire de 100 milliards de centimes pour concrétiser son projet à savoir la création d’une entreprise pharmaceutique.

Première partie

Par Lazreg Aounallah

Docteur en pharmacie, elle avait monté une affaire juteuse en fabriquant des médicaments. Elle avait opté pour la fabrication de deux variétés de sirop et des gélules contre les maladies respiratoires, après avoir eu l’approbation du ministère de la Santé. Son entreprise a débuté avec 35 employés. Depuis la démission de la femme qui était chargée de la gestion des ressources humaines, cela fait plus de six mois, son entreprise était privée de chef du personnel. Elle n’avait pas daigné la remplacer. Elle cherchait plutôt quelqu’un qui lui inspirait vraiment confiance, car c’est un poste non seulement stratégique mais très délicat où le secret professionnel doit être scrupuleusement respecté. Il ne faut pas qu’il y ait de fuites concernant les informations confidentielles. Aussi, les dossiers administratifs devaient être minutieusement conservés. De toutes les façons, elle avait ses propres raisons. Ce manque terrible du responsable de la GRH se faisait cruellement sentir. Ceci la mettait dans une situation embarrassante. Elle ne pouvait plus continuer à travailler ainsi. Le travail s’amoncelait de plus de plus et la situation devenait difficile pour la patronne. Il n’y avait plus personne pour contrôler la présence des employés, signalait leurs absences et gérait les dossiers administratifs. Elle était trop occupée par les affaires qu’elle devait traiter à l’extérieur. Aussi, elle ne pouvait pas aussi gérer son personnel. Elle ne pouvait pas être au four et au moulin. Elle avait ordonné à son adjoint d’insérer en urgence une annonce dans des journaux pour le recrutement d’un responsable en GRH. C’est ce qu’il fit. Après l’insertion de cette annonce, un énorme courrier parvint dans le bureau de la patronne. Plus d’une centaine de curriculums vitae et lettres de motivation avait atterri sur son bureau. Elle devait faire le tri et choisir le meilleur candidat à ce poste. Elle demanda à son adjoint de s’en charger et de convoquer le meilleur candidat pour un entretien. Quelques candidats qui s’étaient présentés à l’entreprise avaient subi le test d’entretien. L’adjoint de la directrice générale les avait informés qu’il les convoquerait en temps opportun après la sélection. Son adjoint lui remet toutes les candidatures sélectionnées. Il y en avait 15 personnes. Tous les curriculums vitae portaient une photo. La directrice générale scrutait toutes les photos une à une. Son regard se portait subitement sur celle d’un homme âgé d’une cinquante d’années. Retraité, brun, très séduisant, il avait une trentaine d’années d’expérience dans le domaine de la GRH. Elle appela son adjoint et lui ordonna de convoquer l’homme qu’elle avait elle-même choisi. Elle dit à son adjoint que c’est la personne qui lui faudra pour mettre de l’ordre dans son entreprise vu son âge et son expérience professionnelle. Son adjoint fut grandement étonné de ce choix qui lui paraissait un peu bizarre. Le lendemain, il convoqua la personne choisie par sa patronne. Ce jour-là, la patronne était absente. Elle avait une mission à effectuer à l’intérieur du pays. L’adjoint discuta longuement avec l’homme nouvellement recruté en l’informant de l’activité de l’entreprise, ses clients potentiels, le nombre de travailleurs à savoir le nombre de cadres, de maîtrise et d’exécution. Il le mit au courant de la grille de salaire applicable dans l’entreprise. Enfin, après s’être enquéri de toutes les informations concernant l’entreprise, Salim demanda à l’adjoint de lui communiquer son salaire et le poste qu’il devait pourvoir.
- Comme la directrice générale est absente, elle m’a chargé de vous donnez tous les renseignements concernant votre recrutement. Vous êtes recruté en qualité de chef du rersonnel. Votre salaire net est de 30 000,00 DA plus une prime de responsabilité qui vous sera octroyée. Le montant de cette prime sera fixé conformément à la réglementation en vigueur. Bien sûr, vous serez soumis à une période d’essai de 3 mois. Après un contrat d’une année vous sera établi. Si vous êtes d’accord, nous serons heureux que vous fassiez partie de notre entreprise à compter de demain à partir de 8 heures. Eh bien, qu’en dites vous ?». Salim après avoir mûrement réfléchi, répondit calmement à
l’adjoint :
- D’accord, j’accepte. Donc à demain.
- C’est bien ça, à demain et portez-vous bien.
Le lendemain, Salim se présenta de nouveau dans le bureau de l’adjoint. Celui-ci lui donna les consignes qu’il devait suivre dans l’exercice de ses fonctons afin de bien mener sa mission. L’adjoint installa Salim dans son nouveau bureau.
- Mon cher ami, je pense que vous avez assez d’expérience pour vous arranger et vous organiser afin de débuter sur des bases solides. Vous avez devant vous tous les dossiers administratifs du personnel ainsi que tous les documents de travail. Vous avez aussi les registres légaux qui ne sont pas à jour pour la raison à laquelle, ce service est abandonné depuis plus de 6 mois. Maintenant, c’est à vous de les actualiser. Je pense que je n’ai rien à vous apprendre sur votre métier vu votre longue expérience dans le domaine. Vous êtes un spécialiste en la matière. Je ne doute nullement sur votre compétence. Loin de là. Vos certificats de travail font foi. Je vous laisse donc travailler. Je vous souhaite bon courage dans votre nouvelle mission. Salim commença à organiser tous les documents et il va falloir en créer d’autres suivant sa méthode de travail. Il voulait imposer sa propre méthode qu’il trouvait efficace et qui avait donné ses fruits pendant de longues années. Quelque temps après, la patronne entra dans le bloc administratif, salua Salim et rejoignit son bureau qui se trouvait tout au fond du couloir. La salle de réunion jouxtant son bureau. Une demi-heure après, elle ordonna à sa secrétaire d’appeler le nouveau chef du personnel dans son bureau. La secrétaire s’empressa d’appeler Salim en lui disant que la patronne le convoquait dans son bureau. Salim alla tout droit dans le bureau de la patronne. Il frappa à la porte et attendit un moment. La patronne répondit par « entrez ». C’est ce que Salim fit. Il ferma la porte derrière lui. En voyant la patronne pour la première fois, il était subjugué par sa beauté. Brune, très séduisante, le visage maquillé, grande, mince, le corps bien découplé, le regard sévère, l’air autoritaire. Les cheveux défaits lui tombaient sur les épaules. Elle regarda un bon moment Salim avant de l’inviter à s’asseoir dans le fauteuil qui lui faisait face. Salim fut soudainement «happé» par un coup de foudre. C’était la première fois que cela lui arrivait. Il ne savait pas ce qu’il lui prenait. Il était devenu dingue. Un amour interdit. Il ne savait bien qu’elle était divorcée depuis des lustres. Pouvait-il rêver qu’un jour il deviendrait son amant ? En la voyant ainsi trop séduisante, il tomba subitement amoureux d’elle, sans même se contrôler. Il ne cessait de la regarder avec insistance. Même elle, était embarrassée par le regard de Salim qui ne la quittait pas. Elle l’avait ensorcelé. Il était envoûté par sa beauté. Elle le toisa un bon moment avant de prononcer :
- Monsieur Salim, je pense que mon adjoint vous a expliqué clairement le rôle que vous devez jouer dans mon entreprise et le gros travail qui vous attend. Cela fait longtemps que je rencontre de gros problèmes au niveau de mon entreprise. Depuis le départ de l’ancienne responsable du personnel, une anarchie y règne et je n’ai trouvé personne pour remédier à cet état fait. C’est la raison pour laquelle je vous ai recruté pour pallier justement aux irrégularités de cette gestion désordonnée qui ne fait que perdurer. Celai dit, je compte beaucoup sur votre collaboration pour mettre les choses dans l’ordre.
Salim écouta attentivement sa nouvelle patronne et lui répondit en ces termes :
- «Tout d’abord, je vous remercie, Madame, de l’accueil chaleureux qui m’a été réservé dans votre entreprise. Effectivement, votre adjoint m’a expliqué en détail le travail qui m’est assigné et je ne manquerai pas de mettre tout mon possible pour organiser ce service et de rendre les choses plus claires. Vous pouvez compter sur moi. Madame, je suis certain que vous serez satisfaite de mon travail. C’est votre souhait et c’est aussi le mien.
- Je vous souhaite bonne chance, monsieur Salim. Je vous fais entière confiance. Je compte beaucoup sur vous. Si vous aurez besoin de quelque chose pour accélérer votre travail, n’hésitez pas à me le faire savoir. Je serai à votre entière disposition. Salim la remercia de son amabilité et de son aide précieuse. Salim sortit tout content du bureau de la patronne. Il regagna son nouveau bureau. Il s’y assit confortablement. Après avoir épluché quelques dossiers administratifs, il se mit sérieusement au travail tout en pensant au beau visage de sa patronne qui le hantait sans cesse. Elle ne savait pas que le nouvel employé qu’elle venait de recruter était tombé follement amoureux d’elle. C’était un coup de foudre qui l’avait complètement foudroyé. Il ne savait plus quoi faire devant cette situation devenue très compliquée et dangereuse pour lui. Il ne pouvait pas résister à cette beauté qui l’avait envouté. Un grand fossé le séparait de cette patronne. Il voulait posséder un être dont l’accessibilité serait impossible. Il ne mesurait pas l’ampleur de cette dangerosité dans laquelle il voulait s’empêtrer. Salim ne savait pas que des employés étaient contre son recrutement. Il ne voulait pas de lui dans la société. Il était trop gênant pour eux. C’est un personnel qui s’était habitué à vivre longtemps sans que ses entrées et sorties ne soient contrôlées par une tierce personne. Certains employés dont 3 femmes s’étaient concertés pour ourdir un complot contre lui. Ils lui en voulaient à mort. Ils avaient décidé de relever toutes les erreurs professionnelles qui seraient involontairement commises par lui afin de le coincer et le dénoncer à la patronne pour qu’elle mette fin à ses fonctions pour incompétence. Une façon machiavélique de mettre leur dessein à exécution. Salim devait se garder de ces loups qui voulaient à tout prix le renvoyer par leurs machinations macabres. Il était conscient de cette conspiration qui pourrait porter préjudice à sa carrière professionnelle. Il devait être très vigilant et éviter les erreurs qui pourraient lui être fatales. Salim était aussi chargé des moyens généraux, c’est-à-dire qu’il devait surveiller le travail de la femme de ménage et veiller scrupuleusement à la propreté des lieux. La patronne était extrêmement sévère là-dessus.
À suivre