PEGASUSp2

APRÈS PEGASUS : Le Makhzen passe à une autre étape

Ébranlé par le scandale international Pegasus qui l’avait noyé jusqu’au cou, ainsi révélé par le consortium de journalistes de « Forbidden Stories » en collaboration avec Amnesty, le Makhzen change tout juste d’angle d’attaque.

Mais sans pour autant se défaire de sa stratégie de nuisance, surtout à l’égard de son voisin de l’Est dont il scrute faits et gestes sous l’œil bienveillant de son allié israélien.
À présent que la société NSO, qui lui a fourni le logiciel espion Pegasus, est grillée depuis l’éclatement du scandale en juillet dernier, le Makhzen recourt à un autre fournisseur … toujours israélien. Il s’agit des services de « Quadream », une firme concurrente de NSO spécialisée dans la fabrication d’applications d’espionnage. Les produits de « Quadream » sont similaires ou presque à ceux fabriqués par SNO. En revanche, le nouveau fournisseur du Makhzen est basé à Chypre, ce qui ne nécessite pas le passage par une licence d’exportation par le ministère israélien de la défense.
Tout récemment, en effet, soit le 10 août dernier, une délégation représentant cette société a visité le Maroc pour discuter de la vente de systèmes de surveillance spéciaux aux services du Makhzen, selon des sources bien informées. Selon ces dernières, Quadream  a développé des systèmes de cyberattaque d’une capacité « similaire » à Pegasus, en permettant aux services de sécurité de s’introduire dans les smartphones et ordinateurs.
Il va sans dire que le Makhzen reproduit le même procédé d’attaque qu’à travers Pegasus, sinon pour le besoin d’extraire des informations et d’aspirer des données électroniques aux fins d’espionnage. Par ailleurs, la visite récente du ministre israélien des Affaires étrangères à Rabat n’est pas étrangère sur ce plan.
Dans une tentative vaine de sortir d’affaire concernant le scandale Pegasus, le Makhzen s’oriente vers cette société chypriote, qui n’est pas sous la supervision du ministère israélien de la défense, pour trouver un échappatoire. Mais toujours pour les mêmes velléités de nuisance contre les pays qui se dressent contre sa politique expansionniste. Car, en faisant le choix de s’allier avec le diable sioniste, il s’est soumis au service de l’agenda israélien sans une moindre résistance.
Pas que, au-delà d’espionner Smartphones et portables, pour un service dont tirera profit son nouveau allié, les services marocains de Hammouchi comptent aussi sur des avions espions. En effet, selon des informations rapportées le 5 aout dernier, le Maroc va se doter des appareils américains de type « Gulfstream G550 » et reconvertis en avions-espions par la firme israélienne « Elta Systems ». Là aussi, il s’agit pour le Makhzen de passer entre les mailles du filet pour éviter un autre scandale qui lui jouera des tours. Ainsi, les appareils « Gulfstream G550 » disposeront du système dit Elint (Intelligence électronique) dédié à la détection, la localisation et l’identification des équipements électroniques ennemis tels que les radars, les systèmes de missiles sol-air ou les aéronefs, ainsi que d’un système dédié à l’interception de tous types de communications.
Farid Guellil