RASD

ONU-DÉCOLONISATION : L’Algérie réaffirme son soutien inébranlable au peuple sahraoui

Au moment où la troisième Décennie internationale de l’élimination du colonialisme arrive à son terme, Sofiane Mimouni, représentant de l’Algérie, a estimé que la session de la commission de décolonisation a permis de dresser le bilan de l’oeuvre accomplie dans ce domaine et de mesurer le chemin qui reste à entreprendre pour la réalisation des objectifs « que nous nous sommes fixés ». Le nouvel ambassadeur d’Algérie auprès des Nations unies, qui vient de prendre ses fonctions, a estimé que cette troisième décennie devait contribuer à relancer le mouvement d’émancipation des peuples. Cette décennie, a-t-il dit, a ainsi « suscité de grands espoirs pour l’application du droit des peuples à disposer d’eux-mêmes dans les 17 territoires non autonomes restants ». « Dès lors, a-t-il dit , il faut s’interroger aujourd’hui sur les résultats de cette décennie, sur son apport à la valeur ajoutée globale de la décolonisation et de savoir si les Nations unies ont réussi à assumer la responsabilité particulière qui leur échoît en ce domaine ». à l’évidence, poursuit le diplomate algérien M. Mimouni, « de nombreux obstacles continuent de compromettre l’action de l’ONU, qui reste pourtant garante de l’exercice du droit à l’autodétermination des peuples des territoires non autonomes », a-t-il relevé. Il a souligné que le peuple du Sahara occidental attend toujours l’opportunité d’exercer ce droit, alors même que cette question a été inscrite en 1963 sur la liste des territoires non autonomes, et demeure, depuis plus d’un demi-siècle après, au centre des efforts de l’ONU. Il a rappelé qu’en 1966, l’Assemblée générale avait reconnu le droit du peuple sahraoui à l’autodétermination et affirmé, depuis, son droit inaliénable à l’autodétermination et à l’indépendance conformément à la Résolution 1514 (XV). Invitée à donner son avis, la Cour internationale de Justice (CIJ) a, pour sa part, affirmé qu’elle n’avait «pas constaté l’existence de liens juridiques de nature à modifier l’application de la Résolution 1514 (XV) de l’Assemblée générale quant à la décolonisation du Sahara occidental et, en particulier, l’application du principe d’autodétermination, grâce à l’expression libre et authentique de la volonté des populations du territoire». C’est dire donc qu’aucun doute ne pèse sur la nature de ce conflit, en a conclu le représentant, pour lequel il reste une question de décolonisation inachevée et l’ONU, tout comme l’UA, considère que la seule solution, juste et durable à ce conflit est celle qui permettrait au peuple du Sahara occidental d’exercer librement son droit à l’autodétermination. Les efforts du Secrétaire général de l’ONU et du Conseil de sécurité en faveur du parachèvement du processus de décolonisation du Sahara occidental bénéficient du soutien de l’Algérie, a-t-il assuré, avant de rendre hommage à l’ancien Envoyé personnel du Secrétaire général, Horst Köhler, pour ses efforts ayant permis d’insuffler une nouvelle dynamique au processus. Mais, en dépit des efforts louables de la communauté internationale et des nombreuses décisions de l’Assemblée générale et du Conseil de sécurité, le peuple du Sahara occidental continue «malheureusement» à subir les conséquences dévastatrices de l’exil, de l’occupation et à faire face à l’injustice, à la privation et au déni de ses droits les plus élémentaires, a constaté Mimouni. L’impasse qui caractérise le processus de paix au Sahara occidental est désormais porteuse de sérieuses menaces sur la paix et la sécurité de la région, a-t-il poursuivi en exprimant sa profonde préoccupation. C’est dire que la situation de blocage du processus de paix au Sahara occidental exige, «audelà des égoïsmes nationaux et régionaux », un surcroît d’effort, selon le délégué, voire un « sursaut » pour marquer une rupture avec l’enlisement actuel du processus et relancer les termes d’un règlement juste et durable de ce conflit qui pourvoit à l’autodétermination du peuple du Sahara occidental. Dans ce contexte, l’Algérie a formulé l’espoir que les efforts du Secrétaire général et de son prochain envoyé personnel puissent donner lieu à une relance effective du processus de règlement de ce conflit et que les deux parties s’engagent, en bonne foi et sans condition préalable, dans des négociations en vue d’une solution politique mutuellement acceptable conforme à la légalité internationale. Mimouni a salué l’appel du Secrétaire général qui, dans son rapport, « prie instamment les membres du Conseil de sécurité, les amis du Sahara occidental et les autres acteurs concernés d’encourager le Maroc et le Front Polisario à saisir l’occasion qui se présente à eux et à continuer de participer, de bonne foi et sans condition préalable, au processus engagé ». L’Algérie a ardemment souhaité que cet appel du Secrétaire général soit entendu et que les deux parties au conflit puissent faire preuve de sagesse politique et de responsabilité et engagent des négociations sur une base sérieuse. Le dialogue direct, « source de confiance et d’espérance et dont les vertus sont confirmées », reste, pour le représentant algérien, l’outil le plus efficace pour construire une paix durable. Il revient, dès lors, aux deux parties de renouer le dialogue de manière sincère et de faire un pari gagnant sur l’avenir au bénéfice de la région du Maghreb arabe, a estimé le représentant. Pour sa part, l’Algérie, en sa qualité d’observateur officiel du processus de paix, continuera à apporter sa contribution à un règlement juste et durable au conflit du Sahara occidental, a assuré Mimouni. « Elle ne ménagera aucun effort pour accompagner de ses voeux et de ses encouragements les frères marocains et sahraouis pour faire prévaloir ensemble la logique de la paix et de l’entente sur celle de la tension et de l’instabilité ».
Mokhtar Bendib