Tebboune

MESURES DE GRÂCE ET DE CLÉMENCE : Geste fort du Président à l’adresse du Peuple

Les  mesures de grâce décidées par le président de la République, Abdelmadjid Tebboune, au profit d’une soixantaine de jeunes condamnés pour des faits liés à la fraude à l’examen du Bac et  à une centaine de détenus du Hirak, s’inscrivent dans le cadre des mesures d’apaisement nécessaires pour la construction de l’Algérie nouvelle.

Ces mesures qui s’inscrivent dans le cadre des pouvoirs régaliens du président de la République, président du Conseil supérieur de la magistrature, sont une réponse favorable aux doléances de certaines formations et personnalités politiques,  formulées à l’occasion des consultations avec la présidence de la République.
Certes, elles interviennent à la veille de la fête de l’Aid El-Adha, mais il faut savoir également qu’elles interviennent dans une conjoncture politique marquée par l’installation d’une nouvelle Assemblée populaire nationale et d’un nouveau gouvernement. Cela traduit la volonté du premier magistrat du pays d’ouvrir une nouvelle page avec les Algériens en général, une page empreinte de confiance, de sérénité et de rapports apaisés pouvant permettre l’instauration d‘un dialogue serein qui permettra de bâtir l’Algérie sur des bases de confiance et de respect. Le président de la République a donné un gage de bonne foi et il reste aujourd’hui à la classe politique de saisir la portée de ce message.
Car il faut aller au-delà du simple de la dimension humaine du geste et le  fait de permettre à des Algériens de retrouver leurs familles à l’occasion de l’Aid El-Adha, mais tenter de saisir la portée politique des mesures de clémence décrétée par le président de la République.
C’est un signal fort adressé aussi bien aux soutiens qu’aux opposants qui se sont murés dans le silence au lieu de tenter de le saluer. L’Algérie nouvelle se construit sur la base de rapports de confiance car les défis auxquels elle sera appelée à faire faces ont de grands défis. Le danger rode à nos frontières et les tentatives de complots sont pesantes ces derniers temps. Et pour construire un front interne et le consolider, il faut rétablir la confiance entre le sommet et la base, entre l’autorité et les administrés, une confiance malmenée par des années de déliquescence de gabegie qui avaient marqué la période où la Issaba était le maître des lieux.
Abdelmadjid Tebboune, président de la République et Premier magistrat du pays, a lancé un message fort, que le peuple a saisi et apprécié. Le chemin est maintenant grand ouvert, même s’il est encore semé d’embûches,  vers l’Algérie nouvelle, il faut savoir seulement le prendre…
Slimane B.