reunionp5

EN RAISON DE LA PANDéMIE DU COVID-19 : Report de la réunion internationale de Rome sur la Libye

Le ministère russe des Affaires étrangères a annoncé que le gouvernement italien lui avait notifié le report d’une réunion internationale sur la Libye, qui devait se tenir la semaine prochaine à Rome, en raison de la crise de l’épidémie du virus Corona émergeant en Italie.

Le ministère russe des Affaires étrangères a annoncé que le directeur général des affaires politiques et de sécurité du ministère italien des Affaires étrangères, Sebastiano Cardi, avait informé le vice-ministre russe des Affaires étrangères, Mikhaïl Bogdanov, de la décision de Rome, de reporter la réunion du comité spécial chargé de suivre la mise en œuvre des décisions de la Conférence de Berlin sur la Libye, qui devait se tenir à Rome le jeudi prochain, en raison de l’épidémie du virus Covid-19 en Italie. à cette occasion, les deux parties ont discuté de la situation en Libye, convenant de coordonner les efforts internationaux pour lancer le processus du règlement politique à la crise libyenne. Par ailleurs, plusieurs militaires turcs ont trouvé la mort dans une frappe portée par l’Armée nationale libyenne (ANL) sur l’aéroport Mitiga de Tripoli, a affirmé le porte-parole de l’ANL. Le porte-parole de l’Armée nationale libyenne, Ahmad al-Mismari, a annoncé que ses forces avaient frappé l’aéroport Mitiga de Tripoli, faisant des morts dans les rangs des militaires turcs déployés sur le site. Selon le même responsable, ces derniers jours, l’ANL « avait attaqué plusieurs cibles militaires turcs en Libye », dont des radars et des systèmes de défense aérienne implantés dans la zone de l’aéroport, affirmant que dans la région de Misrata, les forces de l’ANL ont détruit, tout ce qui avait un quelconque rapport avec la «présence turque» sur le terrain, a fait savoir le porte-parole de l’ANL). La Turquie dont le président, Tayyip Receep Erdogan avait annoncé l’envoi de ses soldats pour soutenir le gouvernement de Fayez Esseradj, face à l’offensive lancée par l’ANL du maréchal Khalifa Haftar qui soutient le parlement de Tobrouk, a précipité la prise de la décision de tenir la conférence de Berlin, le 19 janvier dernier, en vue d’éviter à la Libye de devenir le théâtre de conflit armé entre les grands puissants de ce monde et lancer le processus politique pour le règlement de la crise libyenne. Depuis les déclarations et les contre déclarations entre acteurs influents sur la scène libyenne et entre acteurs libyens influents sur le cours des évènements dans ce pays n’ont pas été pour consolider les appels d’autres acteurs libyens et étrangers en faveur de la solution politique à la crise libyenne et à l’arrêt du langage des armes entre les libyens. Ankara qui accuse Khalifa Haftar de violer la trêve en Libye et l’appelle à endiguer son offensive. Le responsable militaire Haftar annonce de son côté la mobilisation contre l’intervention étrangère dans le pays. Le porte-parole de l’ANL avance que ses forces « respectent la trêve » contenue dans les recommandations de la conférence de Berlin, et que leurs opérations militaires en question « ne font que répliquer aux «provocations» du gouvernement d’Union nationale et ses soutiens.
Karima B.