Moussa Haddad

10e Fica : Remise des prix aux lauréats et hommage à Moussa Haddad

Le film documentaire « 143, rue du désert » du réalisateur algérien Hassen Ferhani et « The Tower (wardi), une fiction du Norvégien Mats Grorud ont remporté les grands prix du jury en clôture, jeudi à Alger, de la compétition du 10e Festival international du cinéma d’Alger, qui a rendu un hommage au réalisateur Moussa Haddad.

Les jurys des trois catégories compétitives à ce festival, dédié au film engagé, ont remis les distinctions aux lauréats lors d’une cérémonie marquée par un hommage appuyé à l’un des grands cinéastes algériens, Moussa Haddad, disparu en décembre dernier. Un documentaire rétrospectif retraçant le parcours du réalisateur du film culte du cinéma algérien, « Les vacances de l’inspecteur Tahar », et sa riche filmographie, à été projeté en présence des membres de la famille de Moussa Haddad (1937-2019). Le jury de la catégorie documentaires, présidé par le cinéaste Saâd Khiari, a attribué son Grand prix à « 143, rue du désert », un long métrage de 100 minutes qui s’intéresse à la femme algérienne à travers un portait de Malika, gérante d’un petit commerce dans le désert algérien. « A l’envers de l’histoire  » documentaire de la Serbe Mila Turajlic, a remporté le Prix spécial du jury, alors que « Sur les traces de Mamani Abdoulaye » de la réalisatrice nigérienne Amina Abdoulaye Mamani s’est vu attribué une « mention spéciale ». Le Grand prix de la catégorie longs métrages de fiction est revenu à « Wardi » (The Tower), un film d’animation (coproduit par la Norvège et la Palestine), qui raconte l’histoire d’une famille de réfugiés palestiniens au Liban. Concernant les courts métrages, autre catégorie compétitive de ce 10e Fica, le jury présidé par l’actrice Mouni Bouallam, a attribué son Grand prix à  » Facing Mecca » du réalisateur suisse Jan -Eric Mack. Le jury a également décerné des mentions d’encouragement aux films algériens « Felfel Lahmar » de Saâdia Gacem, Hadi Hiya de Youcef Mahsas ainsi qu’une mention spéciale à « Une histoire dans ma peau » de Yanis Kheloufi. Pour sa part, le public a plébiscité « Paysages d’automne », une fiction de Merzak Allouache,  » La Bolduc » du Canadien François Bouvier, « Sotra » d’Abdellah Aggoune, « La fausse saison » de Menad Embarek ou encore  » 143, rue du désert », primé également de la « Médaille Ghandi », une distinction décernée par le Conseil international du cinéma, de la télévision et de la communication audiovisuelle (Cict). À l’issue de la remise des prix, un documentaire « Inocencia » du réalisateur cubain Alejandro Jil, a été projeté au public. D’une durée de 78 mn, « Inocencia » revient sur l’exécution des huit étudiants en médecine, événement douloureux survenu à La Havane en 1871. Les projections hors compétition se poursuivent vendredi et samedi avec à l’affiche « Les enfumades du Dahra » et « André Ravéreau et l’Algérie: Et le site créa la ville », un documentaire consacré à l’architecte français qui a passé une grande partie de sa vie en Algérie. Ouvert le 7 novembre dernier, le 10e Fica a mis en compétition dix-huit films entre documentaires et fictions.