Saeb Erekat, secrétaire général du comité exécutif de l’OLP : «l’entité sioniste impose un régime d’apartheid aux Palestiniens»

En visite de quatre jours à Alger, depuis dimanche dernier, à l’invitation du chef de la diplomatie algérienne, Ramtane Lamamra, le secrétaire général du Comité exécutif et chef du département des négociations de l’Organisation de libération de la Palestine (OLP), Saeb Erekat a alerté, hier, sur les pratiques coloniales de l’Entité sioniste, qui « impose un régime d’apartheid » aux Palestiniens. Estimant que le gouvernement israélien «est le seul responsable de la suspension du processus des négociations», lesquelles pour rappel, étaient menées par Washington, Erekat accule et accuse l’entité sioniste de promouvoir une politique d’apartheid en direction des Palestiniens. Le chef de département des négociations de l’OLP a affirmé que l’Entité sioniste «a opté pour une guerre criminelle et dévastatrice contre le peuple palestinien sans défense» en vue a-t-il indiqué «de saper le plan de deux Etats et imposer un régime d’apartheid, déjà établi en Cisjordanie et à Al-Qods». Le responsable palestinien alerte ainsi, pour la énième fois, faut-il le noter, la communauté internationale sur les pratiques coloniales de l’entité sioniste, en Palestine. Après avoir longuement expliqué les actions palestiniennes pour accéder au Conseil de sécurité et obtenir la qualité de membre au Tribunal pénal international (TPI), pour traduire en justice, sur la base de dossiers bien ficelés, sur les crimes et assassinats de palestiniens, par des responsables politiques et militaires israéliens, Saeb Erekat a mis en avant la pertinence de cette démarche entreprise par l’autorité palestinienne. Il est à rappeler que la visite du responsable palestinien à Alger, à l’invitation du ministre d’état, ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale Ramtane Lamamra, intervient à la veille de rendez-vous importants sur la scène régionale et internationale et également sur fond de l’Intifadha palestinienne, notamment dans les territoires de la Palestine de 48. On citera la réunion du Conseil de sécurité et de la Cour pénale internationale (CPI), le sommet de la Ligue arabe, la conférence de l’Organisation de la coopération islamique (OCI) et notamment le sommet des Non-alignés. Une visite du chef de département des négociations de l’OLP, qui revêt une « dimension stratégique » avait souligné Ramtane Lamamra, car, a-t-il ajouté, s’inscrit dans le cadre du «mécanisme de concertations politiques» entre les responsables algériens et palestiniens. Les mesures et la politique coloniale sioniste ayant été au centre des propos du responsable palestinien, Saeb Erekat, celui-ci n’a pas manqué de souligner, à ce propos, celles visant la judaisation des territoires palestiniens, notamment, El Qods. Dans un contexte marqué en outre par les mutations en cours dans les rapports internationaux, avec le recul du rôle des Etats-Unis dans la région du Moyen-Orient, et notamment par une «dangereuse » escalade israélienne contre les palestiniens, il est urgent , voire impératif pour les acteurs et les responsables palestiniens de dépasser leurs divergences au profit de la cause nationale du peuple palestinien. Celle-ci est la seule boussole que les responsables du Hamas et de Fath ne devront pas perdre de vue. M. Erekat a de nouveau appelé, à partir d’Alger, le mouvement Hamas à accepter la proposition de former un gouvernement d’unité nationale, en prenant part «officiellement» aux réunions du Conseil national palestinien. Par ailleurs il a été aussi question, dans les déclarations du responsable palestinien Saeb Erekat, du soutien constant de l’Algérie, à la cause palestinienne, rôle qu’il a « salué », en l’ estimant de «soutien majeur» dont celui de la diplomatie algérienne à la cause palestinienne. Le secrétaire général du Comité exécutif et chef du département des négociations de l’OLP, a animé, pour rappel à l’Institut diplomatique et des relations internationales (IDRI), une conférence-débat sur « les perspectives du processus de paix au Moyen-Orient», lundi dernier, deuxième jour de sa vite de quatre jours, qu’il achève, aujourd’hui .
Karima Bennour