energiep5

PROJET DE RéALISATION DE NEUF CENTRALES PHOTOVOLTAÏQUES DANS LE SUD DU PAYS : Signature de conventions avec cinq sociétés nationales

La SKTM (Shariket el Kahrabawa el Taket el Moutadjadida), filiale du groupe Sonelgaz, a signé des conventions avec cinq sociétés nationales pour la réalisation de neuf centrales de production d’électricité photovoltaïque d’une puissance de 50 MWc au profit des régions du grand Sud. La réalisation de ce projet dans le sud du pays permet à l’Algérie «d’économiser annuellement 20 600 tonnes de gasoil en moyenne avec un gain estimé à 14 millions de dollars par an », a indiqué le PDG de Sonelgaz, Chaher Boulakhras, en marge de la cérémonie de signature des documents, à Alger, en fin de semaine passée. L’objectif étant de réduire de 30 à 40 % la facture d’importation de gasoil pour la production de l’électricité dans le sud du pays. Outre l’impact économique du projet, Boulakhras a souligné son intérêt socio-économique et environnemental, puisqu’il permet aux populations des zones reculées l’accès à l’électricité, tout en réduisant la dépendance de l’Algérie des énergies fossiles en minimisant les émissions de 60 000 Tonnes de Co2 en moyenne par an. Il a rappelé que le lancement de ce projet intervient suite à l’appel d’offre national lancé par la SKTM en 2018, adressé aux entreprises de droits algériens, portant sur la réalisation de 50 MWc dans cinq lots visant à l’hybridation des centrales diesel et turbines à gaz existantes au niveau du grand sud algérien. « L’objectif de l’installation de centrales de production d’électricité photovoltaïque de cette capacité est celui de préserver les ressources fossiles par la réduction de la consommation de gasoil, la protection de l’environnement en plus de l’impact socioéconomique ».
Évoquant le programme national de développement des énergies renouvelables 2015, 2030, il a affirmé que l’Algérie s’est engagée sur la voie des énergies renouvelables afin d’apporter des solutions globales et durables aux défis environnementaux en préservant les ressources des énergies fossiles ceCI permet à l’Algérie de réaliser un gain de 200 millions de dollars sur une période de 25 ans. La directrice de l’engineering de SKTM, Baya Belarbi, a précisé lors de la présentation du projet que les lots se trouvent dans les wilayas suivantes: In Guezzem (localités In Guezzem et Tinzaouatine avec des centrales d’une puissance respective de 6 et 3 MW), Djanet et Illizi (localités de Djanet et Bordj Omar Dris avec des centrales d’une puissance de 4 et 3 MW), de Bordj Badji Mokhtar (localitéS de Bordj Badji Mokhtar et Timiaouine avec 10 et 2 MW),de la wilaya d’Adrar et Béchar (localités Talmine et Tabelbala avec une puissance de 8 MW et 3 MW ) et le plus gros est celui de Tindouf (avec une centrale d’une puissance de 11 MW).
Quant aux soumissionnaires retenus, il y a deux sociétés étrangères de droits algériens et trois sociétés 100 % algériens qui travailleront en partenariat. Il s’agit de la Sarl Honghai Algérie en partenariat avec l’entreprise chinoise Sinohydro, la SPA Solam Energy avec AMC, la SPA Amimer Energie, la sarlCegl en partenariat avec la SPA ETBER et l’entreprise ETP Habbi Kouider.
R. E.