HATTAB

POUR CORRUPTION DU TEMPS Où IL ÉTAIT WALI : Mohamed Hattab encourt trois ans de prison ferme

L’ancien wali de Sidi Bel-Abbès, Mohamed Hattab, poursuivi pour corruption, dont le procès s’est ouvert hier au tribunal de Sidi M’hamed, à Alger, encourt une peine de trois ans de prison ferme assortie d’une amende d’un million de dinars, comme réquisitoire rendu par le Pôle pénal économique et financier. L’accusé est poursuivi pour octroi d’indus avantages en violation des dispositions législatives et réglementaires, dilapidation de deniers publics, abus de fonction et non déclaration de biens. Outre cet ancien wali, qui a par la suite occupé le poste de ministre de la Jeunesse et des Sports, le Procureur a requis la même peine à l’encontre de l’homme d’affaires, Mohamed Benbada, et deux ans de prison ferme avec confiscation des biens saisis à l’encontre de l’ancien directeur de wilaya des domaines de l’état, Ahmed Djelloul, de l’ancien directeur de l’industrie, Abdelkader Mebarki, du chef de département des forêts, Boutenzar Tayeb, du directeur des travaux publics, Mohamed Osmani et de l’ancien directeur du cadastre, Taher Djebri.
Lors du déroulé du procès, le juge a rappelé les chefs d’inculpations retenus contre Mohamed Hattab. L’ancien wali, dans sa plaidoirie, a nié toutes les charges à son encontre, notamment en ce qui concerne l’affaire de l’hôtel Béni Tala, à Sidi Bel-Abbès, dont il dit avoir « appliqué à l’époque les instructions du ministre du Tourisme ».
Sarah O.