Iftar

Plus de 1200 personnes partagent un Iftar à la place Audin

Plus de 1200 personnes ont partagé, dans le cadre du programme de solidarité tracé pour le mois sacré de Ramadhan, l’iftar vendredi soir à la place Audin (Alger-centre). Cette action programmée dans le cadre de la deuxième édition de l’initiative «vivons ensemble en paix» s’inscrit dans «le cadre des activités de solidarité organisées durant le mois sacré afin de consacrer la solidarité au sein de la société algérienne avec les plus démunis et les gens de passage», a précisé à l’APS le maire de la commune d’Alger centre, Abdelhakim Bettache, ajoutant que cette initiative a coïncidé avec la journée internationale de l’enfance. A ce propos, M. Bettache a indiqué que ces 1200 personnes sont originaires de plusieurs wilayas dont Alger, Oran et Béjaia ainsi que de plusieurs pays frères et amis, outre des ressortissants syriens et africains, soulignant que la pluie a empêché un grand nombre de citoyens d’y prendre part. Le responsable a rappelé dans ce sens l’interdiction, tous les vendredis du mois sacré de Ramadhan, à partir de 21h30, de la circulation des véhicules à partir de la Rue Didouche Mourad jusqu’à la Rue Larbi Ben M’hidi et la Grande Poste pour faciliter l’organisation d’évènements et de manifestations. Approché par l’APS, Rachid de Bouira (34 ans) ouvrier dans une entreprise de construction a salué l’initiative qui illustre les valeurs ancrées dans la société algérienne. «J’ai entendu parler de cette initiative via les réseaux sociaux et j’ai décidé de partager cette expérience avec ma famille», a déclaré une ressortissante algérienne résidant en France qui était accompagnée de ses fils et petits-fils. Pour sa part, Miriam, une réfugiée nigérienne (17 ans) a salué cette initiative, mettant en avant «l’hospitalité de l’Algérie et la générosité du peuple algérien». Rabah, un septuagénaire a dit pour sa part que cette initiative reflétait les valeurs des citoyens algériens et constituait une opportunité de se rappeler l’ambiance familiale ramadhanesque d’antan. De son côté, un ressortissant malien a qualifié l’initiative de «modèle» à suivre, car permettant de «renforcer les relations humaines entre les peuples et jeter des ponts d’amitié notamment en de telles occasions».

Accidents de la circulation : 6 morts et 2 blessés en 48h à Sétif
Six (06) personnes sont décédées et deux (02) autres ont été blessées dans des accidents de la route survenus durant les dernières 48 heures dans la wilaya de Sétif, a indiqué samedi le chargé de l’information auprès de la direction de la Protection civile.
Le premier accident a eu lieu jeudi soir sur le chemin de wilaya (CW) n 14 dans la localité de Chaâba Chorfa (commune d’Ain Abbassa au nord de Sétif) lors d’une collision entre un véhicule utilitaire et un camion occasionnant la mort sur place du conducteur du véhicule (21 ans) et des blessures graves à 3 personnes âgées entre 14 ans et 17 ans dont une personne avait succombé à ses blessures à l’hôpital universitaire Saâdna Mohamed Abdenour de Sétif, selon le capitaine Ahmed Lamamra.
Deux jeunes, âgés de 17 ans et 28 ans, ont également trouvé la mort jeudi, à la rupture du jeune, après le renversement de leur véhicule touristique sur un axe routier de la route nationale (RN) 5, à l’Est de la ville de Sétif, a fait savoir le même responsable. Vendredi, dans l’après midi, un accident (dérapage et renversement d’un véhicule), survenu sur un chemin communal non classé dans la localité d’Oued Ben Dif Allah sur le territoire de la commune de Bir El Arch, a engendré la mort sur place du conducteur, âgé de 22 ans, dont la dépouille a été évacuée par les éléments de la brigade de la protection civile de la ville d’El Eulma à la morgue de l’hôpital de la même ville, a souligné la même source. Les éléments de la brigade de la protection civile d’Ain Oulmène, au sud de Sétif, sont intervenus vendredi aux environs de minuit pour évacuer le corps sans vie d’un jeune de 19 ans retrouvé mort sur le bord de la RN 78 dans la localité de Meloul (commune de Guellal), a ajouté la même source. Des enquêtes ont été ouvertes par les services de sécurité compétents pour déterminer les causes et les circonstances de ces accidents.

Thaïlande: une baleine pilote meurt après avoir avalé 80 sacs en plastique
Une baleine pilote (globicéphale) est morte après avoir ingurgité plus de 80 sacs en plastique dans le sud de la Thaïlande, ont annoncé des responsables, après une vaine tentative de sauvetage du mammifère. Ce cétacé de la famille des delphinidés, un jeune mâle, est la dernière victime à avoir été retrouvée à peine vivante à proximité de la frontière avec la Malaisie, a précisé le ministère de la Marine et des ressources côtières sur sa page Facebook samedi. Une équipe de vétérinaires a essayé de la sauver «mais finalement la baleine est morte» vendredi après midi, poursuit le message. Selon l’autopsie, l’animal avait dans l’estomac 80 sacs en plastique qui pesaient environ huit kilos, a souligné le ministère. Le cétacé avait vomi cinq sacs en plastique durant l’opération de secours. Ces sacs ont empêché le mammifère de se nourrir de tout autre aliment nutritif, selon Thon Thamrongnawasawat, biologiste et conférencier à l’université de Kasetsart, à Bangkok. Au moins 300 animaux marins dont des baleines, des tortues de mer et des dauphins meurent chaque année dans les eaux thaïlandaises après avoir ingurgité du plastique, a expliqué M. Thamrongnawasawat. La Thaïlande est l’un des pays qui consomme le plus de sacs en plastique au monde, causant chaque année la mort de centaines de créatures marines qui vivent près des plages fréquentées du pays.

Oran : 5 tonnes de produits alimentaires avariés saisies depuis début Ramadhan
Cinq (5) tonnes de produits alimentaires avariés ont été saisies par les brigades de contrôle de la qualité et de répression des fraudes relevant de la direction du Commerce de la wilaya d’Oran au cours de la première quinzaine du mois de Ramadhan, a-t-on appris de cette direction.
Ces quantités saisies sont des denrées alimentaires périssables, dont la viande hachée, surtout rouge pour une valeur de 546.000 DA. Il a été enregistré la même période, 375 infractions avec la fermeture de 15 locaux commerciaux pour non-respect des conditions d’hygiène. En matière de pratiques commerciales, il a été relevé durant la même période 3.887 interventions soldées par 555 infractions pour non affichage des prix et tarifications avec la proposition de fermeture de 27 locaux commerciaux dont les propriétaires ne possèdent pas de registres de commerce. Pour rappel, la valeur de défaut de facturation a atteint 400 millions DA.
Libye : plus de 12 migrants tués par des trafiquants après avoir fui un camp
Plus de douze migrants qui tentaient de s’enfuir d’un camp en Libye où ils étaient détenus et torturés par des trafiquants ont été abattus par balle par ces derniers, a dénoncé vendredi l’ONU. Cet événement s’est produit le 23 mai dans la ville de Bani Walid, à 170 km au sud-est de Tripoli. «Les trafiquants d’êtres humains en Libye auraient tué plus d’une douzaine de personnes et blessé beaucoup d’autres après qu’un groupe d’environ 200 Erythréens, Ethiopiens et Somaliens, qui étaient maintenus en captivité, eurent tenté de s’évader», a indiqué le Haut-Commissariat de l’ONU pour les réfugiés (HCR) dans un communiqué. L’agence de l’ONU précise que les migrants ont été tués par balle. «Les survivants ont dit avoir été torturés par les trafiquants — certains avaient passé jusqu’à trois ans en captivité», a souligné le HCR. «Ce dernier incident mortel démontre, une fois de plus, l’énorme défi que représente la protection des réfugiés en Libye, où de nombreuses personnes fuyant la guerre et la persécution sont la proie de réseaux criminels», a relevé le HCR. Des sources locales et des organisations internationales avaient fait état de cette évasion fin mai. Des associations locales qui avaient pris les migrants en charge avaient toutefois démenti les informations faisant état de morts, tout en dénonçant «les traitements inhumains» à l’encontre des migrants.

Etats-Unis : mort d’un jeune embauché par un millionnaire pour creuser un tunnel secret
Un jeune millionnaire américain a embauché un jeune homme pour construire un tunnel secret sous sa maison, mais un incendie a tué l’ouvrier et le trader est aujourd’hui accusé d’homicide involontaire, a rapporté le Washington Post. Le drame s’est produit en septembre dernier dans la banlieue cossue de Bethesda, juste au nord de la capitale américaine. Daniel Beckwitt, 27 ans, souhaitait construire un «bunker secret» en raison des tensions internationales, les missiles balistiques intercontinentaux», a raconté cette semaine son avocat Robert Bonsib, cité par le Washington Post. Par les réseaux sociaux, il rencontre Askia Khafra, 21 ans, afin de lui confier le creusement des tunnels… en échange d’une promesse d’investir dans la start-up du jeune homme. Il a dit à la victime que s’il creusait le tunnel, jour et nuit, s’il dormait dans le tunnel, et mangeait dans le tunnel, il serait indemnisé financièrement afin de lancer sa propre société, a dit un procureur du comté de Montgomery, Doug Wink, cité par la chaîne locale WJLA. Le chantier a alors commencé, à partir d’un puits vertical de trois mètres creusé dans le sous-sol de la maison.