MOUVEMENT DES NON-ALIGNÉS

LE MOUVEMENT DES NON-ALIGNÉS EN CONCLAVE À BAKOU DEPUIS HIER : Promouvoir les principes de Bandung pour une réponse concertée et appropriée aux défis d’aujourd’hui

Une soixantaine de chefs d’État et de gouvernement prennent part, depuis hier, aux travaux de la 18ème session du Sommet des Non-alignés, qu’abrite le Centre des congrès de Bakou, Azerbaïdjan, qui connaît la participation des délégués de près de 150 pays et organisations internationales.
Sous le thème « Respect des principes de Bandung pour assurer une réponse concertée et adéquate aux défis du monde», depuis hier, les participants se penchent sur les questions brûlantes marquant la scène internationale, sur lesquelles les pays, notamment les pionniers du mouvement des Non-alignés, sont appelés à dégager une approche commune en plus de la promouvoir, d’une manière effective et efficiente. À l’ordre du jour du rendez-vous des Non-alignés, à Bakou, les questions ayant trait à la paix et la sécurité, la lutte antiterroriste et l’extrémisme violent, l’émigration clandestine ainsi que la coopération Sud-Sud, qui devrait être plus dynamique, en vue des mutations en cours dans les relations internationales et le rythme accéléré d’une mondialisation «sauvage» aux conséquences plus gravissimes, sur les régions et les peuples du Sud. Devant être sanctionné par une série de recommandation, notamment une déclaration politique de Bakou et une résolution sur la Palestine, un rappel pertinent des principes et des fondements sur lesquels et pour lesquels le mouvement des Non-alignés (MNA) a vu le jour, dont le droit des peuples à l’autodétermination et le respect de la souveraineté des États. Des questions demeurant à ce jour autant d’actualité que pertinentes au vu des guerres directes ou indirectes que mènent des puissances de ce monde avec l’appui de leurs alliés, en vue, notamment du contrôle des ressources énergétiques et des voies d’approvisionnement en énergie, pour ne citer que cet objectif. La rencontre de Bakou à laquelle prend part, le Chef d’État, Abdelkader Bensalah, accompagné du ministre des Affaires étrangères, Sabri Boukadoum, arrivés jeudi soir en Azerbaïdjan, intervient au lendemain de la clôture du premier sommet Russie-Afrique qu’a abrité la ville russe de Sotchi, mardi et mercredi derniers. Lors de la conférence ministérielle du Mouvement des Non-alignés, ouverte jeudi sous la présidence du ministre des Affaires étrangères d’Azerbaïdjan, Elmar Mammadyaro axée sur des discussions sur des questions internationales et régionales et l’achèvement des préparatifs du Sommet du MNA, le ministre Mammadyaro a mis l’accent, dans son discours prononcé à cette occasion , «sur le respect du droit international» et «des principes de Bandung comme condition préalable» pour que le MNA «continue à promouvoir son rôle et sa position». Sur la capacité du MNA à répondre aux défis posés et promouvoir son rôle, pour le ministre vietnamien des Affaires étrangères, Nguyên Quôc Dung, le mouvement doit œuvrer davantage au renforcement de la solidarité et l’adhésion aux principes de Bandung, bases importantes, souligne-t-il « pour aider le mouvement à s’affirmer» comme le premier, poursuit-il «qui promeut le droit international et le multilatéralisme» a indiqué le chef de la diplomatie vietnamienne. Dans un monde en pleine mutation et de surcroît accélérée, le Mouvement des Non- alignés est appelé à renouer avec sa démarche rythmant son action sur la scène mondiale, des années durant, après sa création, dans le but notamment de freiner une mondialisation galopante qu’impose une poignée de pays riches, au détriment de la majorité des autres pays et peuples à travers le monde qui, eux, aspirent à une mondialisation basée sur l’échange, le partage équitable et de surcroît, sur les valeurs humanistes, qui ont pris un sérieux coup de la part des promoteurs d’un monde basé exclusivement sur le marché et le profit. Constituant le plus grand regroupement des pays, en dehors de l’organisation des Nations unies (ONU), Créé en 1961 à Belgrade, le Mouvement des Non-alignés tire ses fondements de la Conférence de solidarité afro-asiatique de 1955 à Bandung, en Indonésie, des fondements et des principes demeurant de mise, au vu des guerres et conflits qui persistent et d’autres ayant survenu, durant notamment ces 20 dernières années. Situations ayant entraîné des violations du Droit international, avec les atteintes à la souveraineté des États et des peuples, pour ne citer que l’Irak, l’Afghanistan, le Yémen, la Libye, la Syrie, en plus de la persistance des systèmes coloniaux, à nos jours, dont celui de l’occupant marocain, au Sahara occidental, dernière question de décolonisation en Afrique, inscrite à l’ONU, et la colonisation de l’entité sioniste en Palestine, pour laquelle le Sommet de Bakou adoptera aujourd’hui, une résolution, pour rappeler, la pertinence de la mise en œuvre du droit international, dans le règlement définitif des conflits et des tensions.
K. B.