Le directeur exécutif de l’ »International project management », Amin Saidou, au « Courrier d’Algérie » : «Le management de projet sera un outil de gestion efficace pour l’Algérie ! »

En marge de l’assemblée générale de l’Algerian project management qui venait de perdre son directeur exécutif Djamel Soufi, nous avons rencontré une élite très impliquée dans la construction de l’Algérie, une élite composé d’experts en stratégie, de spécialistes des énergies renouvelables, de managers de projets de haut rang, ainsi que divers acteurs de la vie économique et de la recherche. Parmi eux, Amine Saidoun, Directeur exécutif de l’«International project management ».

Expert international installé en Europe depuis plusieurs années, il nous explique ce que c’est le management de projet, ses retombées sur une Algérie économique en devenir et en quoi l’Algérie peut-elle bénéficier de ces méthodes de gestion et de ces expertises.
Concept tout à fait nouveau, le management de projet dans sa forme actuelle, l’est encore plus en Algérie ; visant à gérer le changement dans les entreprises et les organisations pour en développer et augmenter l’efficacité, le management de projet est en train de transformer littéralement la gestion du travail, les rôles et les relations des «acteurs». C’est une pratique scientifique de la gestion, et qui exige d’être pensé et accompagné.
Dès lors que les entreprises ont découvert les avantages de l’organisation du travail autour de projets, en reconnaissant l’importance fondamentale de communiquer et de coordonner efficacement le travail entre les individus, une méthode précise de gestion de projet a en effet émergé.

-Le Courrier d’Algérie : En Algérie, on en est où avec le management de projet ?
-Amine Saidoun : Ça vient lentement, mais certainement. C’est un processus en cours de réalisation. Les chefs de projets et d’entreprises l’adoptent année après année, parce qu’il ne peut y être autrement. Souvent j’entends dire en Algérie, pour tel projet qui n’a pas bien fonctionné, qu’on a eu en mains de bons techniciens, avec des aptitudes certaines, mais sur le terrain, la machine à coincé. Où résidait le problème ? Là, nous sommes devant un problème de management de projet ; qui demeure l’art et la science de concrétiser sur le terrain des idées à l’origine ; en termes clairs, le management de projets, c’est la mise à l’épreuve du terrain d’idées et de plans.

- Le management de projet, un concept qui sonne nouveau, sans qu’on en possède une idée précise. L’Algérie veut certainement se doter de cet outil de gestion et de concrétisation, mais il consiste en quoi exactement ?
- Le management de projet est un outil de réalisation de projet, un mécanisme économique rigoureux et efficient ; le management de projet a profondément transformé les pratiques et les performances des organisations. Il s’est internationalement diffusé dans des secteurs variés: services, industries de masse, entreprises publiques, PME, Recherche & Développement.
Deux grandes causes peuvent être avancées pour expliquer ce développement. D’une part, l’industrie a connu, au tournant des années 1990, une rationalisation sans précédent qui l’a conduite à réorganiser profondément la manière de réaliser ses projets afin de les rendre plus concurrentiels, l’enjeu étant de développer dans un temps raccourci des projets de développement plus complexes et plus innovants. D’autre part, les réorganisations permanentes des entreprises, qu’il s’agisse de leurs systèmes d’information ou de leurs processus de travail (et en particulier des certifications qualité), sont désormais conduites sur le mode projet. En d’autres termes, le management par projet est devenu le mode de gestion privilégié du changement dans des organisations.

-Y a-t-il une adaptation particulière au management de projet pour l’Algérie ?
-De toute évidence oui, comme je le disais auparavant, si tel projet n’a pas bien fonctionné sur le terrain, malgré la présence de gestionnaires qualifiés, on se dit où réside le problème ? Là, nous sommes devant un problème de management de projet ; qui demeure l’art et la science de concrétiser sur le terrain des idées à l’origine et les plans de commencement.
Le management de projet c’est aussi prendre en ligne de compte la mentalité algérienne, les mœurs, la culture intrinsèque et toute une gamme de paramètres qui jouent un rôle dans la concrétisation des projets. Savoir prendre en compte ces variétés de détails, ces variations, leurs influences est une science qui, mise à contribution, est apte à booster le projet vers sa concrétisation finale et son efficacité maximale.
Il y a aussi la prise en charge des composants des projets, qui est très essentielle dans l’évaluation de la réussite ou non des projets…

-Comme dans une équipe de football…
-Exactement, comme dans une équipe de football. Il ne suffit pas de posséder une équipe, comme il ne suffit pas d’avoir des individualités ; le tout est de savoir en faire une équipe soudée, unie et solidaire. Là intervient la prise en ligne de compte des tempéraments, des composants du tout et des détails du total général, les relations des uns avec les autres et les interactions et éventuellement leurs apports réciproques dans des situations normales ou particulières.
Si on prend dès le départ en ligne de compte tous les paramètres identifiables, on met de notre coté de grandes chances pour faire réussir notre projet, sinon, la surprise de l’échec peut être au bout…
F. O.