Mohamed Antar Daoud

L’AMBASSADEUR D’ALGÉRIE EN FRANCE DÉNONCE LE DÉRAPAGE ET LA MAGOUILLE DE L’HEBDOMADAIRE SUR TINDOUF : « Le Point » remis à sa place

L’ambassadeur d’Algérie à Paris, Mohamed-Antar Daoud, s’est dit jeudi « étonné » du contenu d’un récent article de l’hebdomadaire français Le Point, qui a fait référence à la wilaya de Tindouf comme étant un territoire « sous contrôle du Front Polisario ». Pour l’ambassadeur d’Algérie, il s’agit « d’un grave dérapage ».

«C’est avec un grand étonnement que j’ai pris connaissance de l’article  publié par la rédaction numérique de votre journal (Le Point Afrique avec AFP) le 19 janvier à 11 h 45 sous l’intitulé (Manœuvres algériennes dans le Sahara près de la frontière marocaine) lequel s’appuie sur une dépêche AFP », s’indigne l’ambassadeur dans une mise au point adressée au directeur de la publication, Etienne Gernelle. Le diplomate algérien souligne qu’il « aurait été utile » pour la rédaction de l’hebdomadaire, aussi bien pour l’information de ses lecteurs que pour sa crédibilité, de « vérifier les informations qu’elle a rapportées avant de verser dans les allégations dénuées de tout fondement sur l’appartenance territoriale de la wilaya de Tindouf ». Sinon, « Du moins, il aurait été plus simple et certainement plus crédible de reprendre fidèlement les paragraphes de l’AFP, comme l’exigent les règles d’éthique et de déontologie de la profession journalistique », écrit-il dans sa mise au point. « Le chapô de l’article (introduction)  indique que l’Algérie a procédé à des manœuvres militaires dans la « zone sous contrôle du Front Polisario ! Puis dans le corps du texte, il est même mentionné que Tindouf (sud) est une province du Sahara sous administration du Front Polisario et frontalière du Maroc », s’étonne Mohamed-Antar Daoud. Il a ajouté : « Sans faire offense à vos connaissances en matière géographique et géopolitique, faut-il préciser que Tindouf est une partie intégrante de l’Algérie tel qu’il est d’ailleurs explicité dans la dépêche de l’AFP à laquelle fait référence votre rédaction ». L’ambassadeur relève que ce « grave dérapage (…) » appelle à une réparation de la part de l’équipe rédactionnelle de l’hebdomadaire, qui saura, selon lui, « trouver les termes adéquats pour rétablir la réalité des faits dans leur signifiant et leur signifié ».
Pour rappel ce n’est pas la première fois que l’hebdomadaire français « Le Point » fait dans la grossière manipulations de l’actualité algérienne qu’il traite le plus souvent depuis Tunis et à partir d’éléments tronqués de pseudo-correspondants à Alger.
Le point a d’ailleurs été épinglé par le hacker Chris Coleman qui avait dévoilé qu’une de ses journalistes stars était mensualisée pour défendre les thèses coloniales marocaines au Sahara occidental.
M. Bendib