festival-du-thea%cc%82tre-arabe

Festival du théâtre arabe : Ouverture hier de la 9e édition à Oran

La 9ème édition du Festival du théâtre arabe s’ouvrira mardi soir à Oran, pour se poursuivre jusqu’au 19 janvier en cours simultanément dans la capitale de l’Ouest du pays et à Mostaganem qui abriteront de nombreuses manifestations dédiées au 4ème art. Cette édition, organisée par l’Instance arabe du Théâtre en collaboration avec l’Office national de la Culture et de l’Information (ONCI), verra la participation de près de 550 professionnels des planches de différents pays arabes, à l’instar de l’Égypte, de la Jordanie, de la Syrie, de la Tunisie et du Maroc. Une trentaine de représentations théâtrales figurent au menu de cette manifestation culturelle, dont huit brigueront le Grand prix Soltane Ben Mohamed El Kassim. Le théâtre algérien sera représenté avec la pièce « Thalth el khali » (No man’s land) de Tounes Aït Ali. Cette édition est qualifiée de « remarquable » par le secrétaire général de l’Instance arabe du Théâtre, Ismail Abdellah, du fait qu’elle se déroule dans un pays où le théâtre compte des militants et des martyrs, à l’instar d’Abdelkader Alloula, d’Azzeddine Medjoubi et d’Ould Abderrahmane Kaki. Cette 9ème édition est d’ailleurs baptisée du nom d’un des chouhada du 4ème art national, le défunt Azzedine Medjoubi, en reconnaissance au combat des dramaturges algériens, de leurs sacrifices et du rôle joué par le théâtre comme art et arme au service de la lutte pour la liberté et l’émancipation du peuple. Le coup d’envoi de cette édition sera donné avec « Hizia », une pièce écrite par Azzedine Mihoubi, l’actuel ministre de la Culture. La cérémonie de clôture sera marquée par la programmation de l’épopée « El Djazair, rihlat hob » (Algérie, un voyage d’amour) du regretté moudjahid Omar El Bernaoui. Cette représentation sera donnée à Mostaganem, le 19 janvier, avec la proclamation des résultats des différents concours. Par ailleurs, la ville de Mostaganem abritera, dans le cadre d’un festival du théâtre universitaire, neuf pièces que présenteront des troupes représentant les universités de Sidi Bel Abbès, Tamanrasset, Skikda, Tizi Ouzou, Alger, Mostaganem, Biskra, Sétif et d’El Oued. Ces troupes brigueront les trois premiers prix du théâtre universitaire.
Dix ateliers thématiques seront organisés à Mostaganem traitant de différents thèmes en rapport avec l’art scénique comme l’écriture théâtrale pour adultes, les concepts de la mise en scène, le théâtre et le patrimoine, ainsi que le théâtre pour enfants. Par ailleurs, les organisateurs du festival ont prévu deux conférences-hommage aux deux martyrs du théâtre algérien, Abdelkader Alloula et Azeddine Medjoubi assassinés respectivement le 10 mars 1994 et le 13 février 1995. Le festival honorera des membres de la troupe artistique du Front de libération nationale (FLN), fondée par le dramaturge algérien Mustapha Kateb, en 1958, pour porter haut la voix de l’Algérie en lutte pour son indépendance. Parmi ces membres encore en vie, figurent Taha El Amiri et El Hadi Radjeb, l’ artiste le plus engagé au sein de cette troupe qui avait sillonné le monde.
Des pièces retenues pour ce festival seront programmées à Relizane, Saida, Tlemcen, Sidi Bel-Abbès, Mascara et Ain Témouchent, dans le cadre d’une tournée à travers ces wilayas. L’organisation de cette édition à Oran et Mostaganem intervient après celles organisées au Caire (2009), en Tunis (2010), à Beyrouth (2011), à Amman (2012), à Doha (2013), à Sharjah (2014), à Rabat (2015) et au Koweït, l’année dernière.