Fédération algérienne de tir sportif : Les ligues de wilaya exigent la tenue d’une assemblée extraordinaire

Neuf présidents de ligues de wilaya du tir sportif ont sollicité du ministère de la Jeunesse et des Sports (MJS) «l’application de la réglementation» en procédant à l’installation d’un «Directoire» ou l’organisation d’une Assemblée générale extraordinaire (AGE), suite au rejet par l’Assemblée générale ordinaire (AGO), des bilans moral et financier du président Ali Hamlat, de l’exercice 2017, ainsi que le plan d’action de l’année 2018, lors des travaux tenus le 26 avril dernier.

«Nous sollicitons le MJS pour procéder rapidement à l’application de la réglementation, en installant soit un Directoire, soit l’organisation d’une assemblée générale extraordinaire, afin de sortir de cette situation de blocage dans laquelle se trouve la Fédération de tir sportif (FATAS), suite au refus des bilans moral et financier lors de dernière AGO. En outre, le secrétaire général de l’instance fédérale nous a informé qu’il est dans l’attente d’une réponse du MJS, pour passer à l’action», a indiqué à l’APS, le président de la Ligue de Batna, Mahmoud Djabri. : «Nous exigeons des éclaircissements sur les raisons pour lesquelles, les dispositions réglementaires n’ont pas été prises, suite au rejet des bilans moral et financier» ont souligné les présidents contestataires dans un communiqué dont l’APS détient une copie, et adressé en date du 21 mai au SG de la fédération. Selon les présidents des neuf ligues, les principaux motifs du rejet des bilans moral et financier concernent «le non-déroulement d’aucune étape du championnat national depuis la saison écoulée, la non- réceptition par les ligues, des cartouches de compétition, l’augmentation de leurs prix sans passer par l’AG, les absences répétées du président Ali Hamlat, la non-désignation de vice-présidents pouvant le suppléer en son absence, et enfin l’absence de réunions avec les ligues de wilaya depuis le 16 février 2017». Les ligues de wilaya concernées par ce communiqué sont: Bechar, Mostaganem, Alger, Oran, Médéa, Sétif, Djelfa, Batna et Souk-Ahras. Le président Ali Hamlat a connu de nombreux conflits avec les membres de son bureau fédéral dont sept sur les huit qui le composent ont sollicité dans une missive en date du 14 janvier dernier, «le retrait de confiance» du président de la fédération pour mauvaise gestion et irresponsabilité», à laquelle le MJS n’a pas répondu. Par ailleurs, M. Djabri, a exprimé son inquiétude que «ce blocage qui perdure n’influe négativement sur les athlètes et les sélections nationales». «Le grand problème auquel nous sommes confrontés, concerne l’approche des Jeux méditerranéens de Tarragone, et les Jeux africains de la Jeunesse d’Alger, alors que la sélection nationale se trouve à l’arrêt total, en l’absence des préparatifs pour ces deux importants rendez-vous» a t-il souligné». De son côté, le SG de la FATAS, Mohamed Miloudi, a indiqué «avoir adressé les rapports de l’AGO aux services du MJS le 29 avril dernier, accompagné du communiqué rédigé par les Ligues de Wilaya contestataires, et qu’il est dans l’attente d’une décision de la tutelle qui a les prérogatives pour prendre les décisions appropriées, a savoir la désignation d’un Directoire chargé de gérer les affaires courantes pendant une période de 45 jours, d’organiser le déroulement d’une Assemblée générale extraordinaire, et d’installer une commission de candidatures, de recours et passation de service». Lors de l’AGO tenue le 26 avril dernier à Alger, les bilans moral et financier de l’exercie-2017, ont fait l’objet d’un rejet, par 9 membres sur les 15 ayant le droit de vote, alors que 5 membres seulement ont voté d’action de l’année 2018, contre 7 et 3 abstentions.