Carte

Elles seront renouvelées automatiquement par des cartes biométriques : Fin des cartes d’identité sur format de papier

Votre carte d’identité arrive à expiration et vous penser à la renouveler dans sa version papier pour fuir les nouvelles augmentations sur la carte biométrique. Il faut tout de suite S’y résigner. Les cartes d’identité nationale dans le format classique (sur support papier) ne seront plus renouvelées ou délivrées par les mairies. Désormais, elles seront remplacées automatiquement par les cartes biométriques. Le ministère de l’Intérieur, des Collectivités locales et de l’Aménagement du Territoire a adressé récemment des directives aux walis pour «le retrait définitif de l’ancien modèle de carte d’identité nationale sur support en papier », a rapporté hier le site d’information TSA. Selon cette directive, l’exécutif ne projette pas de renoncer au choix d’informatisation des documents d’identité et de passeport. Les demandes de renouvellement des cartes d’identité de l’ancien modèle donneront lieu à un remplacement automatique de celles-ci par une carte d’identité biométrique et ce « sans prendre en compte la durée de validité restante à la carte normale à remplacer», stipule la directive de ministère de l’Intérieur. En cas même d’insistance de l’usager, les APC refuseront cette demande. « Il n’est en aucun cas possible de renouveler les cartes normales par des cartes similaires sur support papier», précise le département de Bedoui. Si vous voulez obtenir votre carte biométrique, vous devrez alors rendre la carte classique à la mairie au moment où vous recevriez votre nouvelle carte biométrique électronique. Depuis plus d’un mois, les services des documents biométriques relevant des APC voit affluer des citoyens de toute part cherchant à obtenir au plus vite une carte nationale d’identité biométrique. Cela à commencer quand les nouvelles augmentations que devrait porter la prochaine loi de finance complémentaire pour 2018 ont été fuité dans la presse avant que le document en question n’arrive sur la table du gouvernement. Le gouvernement a dû, après, en détailler ses augmentations en se justifiant par les coûts élevés que demandent les procédures d’édition des documents biométriques qui sont complètement informatisées. Ainsi, le coût du timbre fiscal pour la carte d’identité biométrique est fixé à 2 500 DA. Quand au passeport biométrique, il a passé de 6 000 DA actuellement à 10 000 DA, alors que le modèle spéciale de 48 pages est de 12 000 DA. Le coût de production du permis de conduire biométrique est de 10 000 DA/ la pièce, alors que celui de la carte d’immatriculation automobile est de 20 000 DA pièce, selon Ouyahia. De fait, il y a aujourd’hui un goulot d’étranglement, notamment dans les grandes communes qui voient arriver de grand nombre de demandeurs qui veulent leurs cartes rapidement. Par contre, les augmentations qui ont touché la carte nationale biométrique ont enflammé la toile avec des indignations sur son coût, estimé très élevé même en comparaison avec la France. En charge du dossier de biométrique, Nouredine Bedoui, ministre de l’Intérieur, a livré lui aussi ses réalités dans une tentative apparemment de calmer les mécontents. « Les nouveaux tarifs de délivrance des documents biométriques sécurisés sont toujours au stade de l’examen et d’étude de comparaison avec les expériences des autres pays », a souligné Bedoui la semaine dernière dans une conférence de presse au palais de peuple. Selon Bedoui, le ministère « s’attèle à la présentation de toutes ces données et à l’examen de l’ensemble des propositions en collaboration avec le ministère des Finances au niveau du Gouvernement ». Il a fait savoir que « le processus de numérisation, de modernisation et de développement ont un coût » qui n’est pas dans les charges de l’État seule. Le ministre est allé plus en déclarant qu’il n’y a « aucun mal à procéder à l’étude de la valeur financière de ces documents biométriques sécurisés ».

Hamid Mecheri