medecin-residents2

À L’ISSUE D’UNE AG REGROUPANT LES WILAYAS DE TIZI- OUZOU, ALGER ET BLIDA : Les enseignants hospitalo-universitaires penchent vers le gel de la grève

Les dans les wilayas d’Alger, Blida et Tizi-Ouzou s’orientent vers le gel de la grève ; c’est en tous cas ce qui s’est laissé entendre, hier, lors d’une assemblée générale, de geler leur mouvement de grève, déclenché le 29 avril dernier.

En attendant la décision finale qui sera prise lors d’un conseil national du Syndicat des enseignants chercheurs hospitalo-universitaires (Snechu) qui se tiendra dans les jours à venir, l’entité se félicite de la réunion l’ayant regroupé le 3 juin dernier avec le ministère de l’Enseignement supérieur, qui a abouti à l’installation d’une commission mixte chargée d’étudier la plateforme des revendications. La dite commission a, d’ores et déjà donné son accord pour réviser la prime de rétribution de l’activité hospitalière et la prime de retraite.
Ainsi, lors d’une conférence de presse, animée à l’issue d’AG, la présidente du Syndicat, le Pr Ouahioune a affirmé que «  la réunion du 3 juin dernier a apporté de nombreux acquis aux hospitalo-universitaires, même s’il n’est pas question pour l’heure d’une révision du statut particulier de ce corps médical ».
Autrement, elle a souligné que la commission composée du ministère de l’Enseignement supérieur et celui de la Santé, ainsi que des représentants du Snechu va s’atteler à étudier l’ensemble des doléances, tandis qu’elle a donné son accord en ce qui concerne la revendication relative à la prime de rétribution de l’activité hospitalière, ainsi que l’activité lucrative (complémentaire).
Elle dira, de surcroît, qu’au cours de la dite réunion « le ministre de l’Enseignement supérieur a affirmé que le gouvernement a donné son accord de principe pour régler le problème de la pension de retraite définitivement, ce qui permettra aux hospitalo-universitaires de bénéficier d’une pension à 80%, au même titre que les autres fonctionnaires ». Néanmoins, la présidente du Snechu tient à souligner que ce gel dépend du sérieux de la commission à trouver des solutions, à laquelle un échéancier a été accordé. « Dans la mesure où l’on constate qu’aucun avancement n’a été senti d’ici la prochaine rentrée qui aura lieu 15 septembre, on devra redéclencher  le mouvement de grève », prévient-elle. Pour sa part, le Pr Rachid Belhadj a affirmé que cette décision témoigne de la « bonne foi » des hospitalo-universitaires. « Nous ne voulons pas aller vers le pourrissement », soutient-il.
D’autre part, bien qu’il estime que la tutelle a tardé pour inviter le Snechu au dialogue, le Pr Belhadj a précisé que « les hospitalo-universitaires ne veulent pas pénaliser les étudiants, et cette décision mûre vise à lancer des négociations sérieuses avec la tutelle ».
Le Snechu compte 4 200 adhérents, avec un taux de représentativité de 52%, notent les conférenciers.
Lamia Boufassa