Ness El Khir

Le nombre d’associations caritatifs se multiplient : Les jeunes s’impliquent dans le bénévolat

Ils sont de plus en plus conscients, prêts à partager leurs temps dans des actions d’intérêt général et le caritatif , d’une tranche d’âge de plus en plus jeune qui se caractérise par une volonté tenace de participer dans des actions de bienfaisance, cela dit, depuis leurs apparitions, les réseaux sociaux ont permi de tisser des liens forts entre les membres de cette tranche d’âge dotée d’énergie positif; ce qui a conduit à les unir au fil du temps .

Grace au développement des moyens de communication désormais l’information passe mieux et surtout rapidement, ,en conséquent les résultats concrets tracés au préalable sont bien là, des dizaines d’associations, qui ne cessent de se multiplier, s’accrochent tant bien que mal pour se construire un nom ,une réputation , et surtout à gagner la confiance de ses membres et celle de la société civile , pour une meilleur approche auprès des familles qui vivent dans des situation précaires , ainsi que toute personne nécessiteuse d’une aide , et parfois d‘un accompagnent psychologique ou simplement de trouver de l’écoute quand sa pèse lourd sur le cœur , les chiffres parlent d’eux même selon les statistiques annoncées par le ministère de l’Intérieur et des Collectivités locales sur son site officiel : 43 04 associations de solidarité et associations caritatives agréées activent sur ce créneau réglementées par la loi 12/06 du 12/01/2012 relatif aux associations.
Grâce à cet élan de solidarité qui se forme progressivement un peu partout à travers le pays et qui continue à faire parler de lui, des associations, comme le collectif Only dz de Boumerdès, est un exemple à suivre ,une énergie débordante de jeunes qui veulent participer pleinement à faire sortir les personnes fragilisées par la pauvreté et la maladie de leurs isolement vers des jours meilleurs, l’aventure a démarré en 2010 autour d’une idée simple de bien faire les choses dans un cadre organisé afin d’unir les bonnes volontés ,ce qui a mobilisé quelques amis , étudiants en majorité. Par la suite l’idée s’est concrétisée à travers une page sur facebook qui avait comme objectif de faire passer l’information nationale et internationale entre membres , par la suite en 2013 l’aventure a amené ses membres vers l’action sur terrain en tant que bénévoles, actuellement il sont 50 membres , jeunes pour la plupart que se soit filles ou garçons, unis par le désir d’apporter un plus à la société, dans un temps où le pouvoir d’achat du citoyen affronte un réel défit face aux augmentations des prix , et une situation économique qui se porte mal imposée par la baisse du prix du pétrole source de revenues importante au pays , en conséquence une difficulté à subvenir aux besoins élémentaires accompagnée d’un chômage qui a frappé fort ,cela a rendu la vie du citoyen difficile et qui a imposé l’intervention de l’État et de la société civile par l’aide sociale .
Durant ce mois de Ramadhan les initiatives des bénévoles se multiplient dans un rythme accéléré selon le jeune président du collectif Mr NAIT-Mohamed Zohir : un programme riche a était tracé pour cette occasion à commencer par kofat Ramadhan (le couffin de Ramadhan), « matâam al rahma» , (resto de charité), la circoncision des enfants démunis, les visites organisées aux hôpitaux. Toutefois leurs activités ne se limitent pas au mois sacré, un travail de groupe encadré se fait à chaque évènement majeur ou une fête religieuse, il sont là, que ce soit à l’occasion del’Aïd el Fitr ou l’Aïd al Adha , la rentrée scolaire ,la distribution des produits alimentaires de premières nécessités aux familles démunies… etc. ces braves jeunes préfèrent d’être disponibles pour l’autre au lieu de mener une vie ordinaire de leurs semblables qui trouvent, par moment, du temps libre sans savoir comment l’exploiter. la chaîne de solidarité d’associations qui activent dans le caritatif continuent à faire le buzz, l’image du jeune algérien qui ne pense qu’à vivre ailleurs a bien changé , la pensée positive à pris place , grâce à des choses simples qui couronnent les efforts des bénévoles tel qu’un sourire d’un enfant malade qui a trouvé une lueur d’espoir de guérir grâce aux collectes de dons, et cela fait la différence .
Akkouche Riadh