postep5

BUREAUX DE POSTE À ALGER : La situation sous contrôle et les retraités plus conscients

Pour le deuxième jour de suite, les retraités sont sortis hier pour aller aux bureaux de poste afin de retirer leur pension mensuelle, malgré les recommandations et les différentesmesures prises par l’état pour éviter les déplacements des citoyens, notamment les personnes âgées afin d’empêcher la propagation de la pandémie du Covid-19.

Observant de longues chaînes devant les bureaux de poste d’Alger, les retraités, qui représentent la classe la plus vulnérable de la société, semblent inconscients de la situation sanitaire actuelle et du danger du Coronavirus. Dans la matinée d’hier, nous avons fait un tour dans quelques bureaux de poste d’Alger. Ainsi, au niveau de l’agence du Bd Colonel Amirouche, à Hussine Dey, on a constaté une chaîne interminable des citoyens devant le distributeur. Une bonne chose tout de même : ces derniers ont respecté la distanciation en mettant des bavettes et des masques pour mieux se protéger du virus. Devant la porte de cette infrastructure, des agents mettaient de l’ordre et désinfectaient tous ce que la main du citoyen touche : Distributeur d’argent, portes, sol…tout est passé à la propreté. à l’intérieur, des chaises ont été installées de façon à garder la distance entre chacune. Un espace a été réservé pour les femmes et un autre pour les hommes. Sur Alger-centre, précisément, au niveau des deux bureaux de poste à Khelifa Boukhalfa, le personnel travailleur a réussi à imposer l’ordre. Nous nous sommes rapprochés du chef de service. Il nous a affirmé que la situation « est sous contrôle à l’aide de la police qui, en passant de temps à autre, oblige les citoyens à respecter la distance de sécurité. Sinon  servir les citoyens était à tour de rôle afin d’éviter le rassemblement des personnes dans le bureau ».
Un peu plus bas, et dans le deuxième bureau de poste de Khelifa Boukhalfa, se sont des bénévoles qui s’occupaient de cette tâche.
Une action que les citoyens ont bien appréciée. Une initiative qu’on ne trouve pas au niveau de l’agence de la Grande poste ou pour mieux préciser « le personnel de la poste a refusé l’aide des associations ». Sur les lieux (Grande poste) nous avons constaté une anarchie et un désordre total dans le travail du personnel, une chose injustifiée car il n’y avait pas assez de monde ni manque d’effectifs mais la panique a bien pris place.

Des bénévoles pour sensibiliser les citoyens
En effet, des associations et des personnes enfilant des gilets oranges se sont portés bénévoles pour aider le personnel des bureaux de poste à accomplir leur travail d’un côté et à sensibiliser les citoyens et mettre de l’ordre d’un autre côté. « Il s’agit de la même association qui se portait bénévole lors du Hirak pour protéger les citoyens », affirme une bénévole rencontrée devant le bureau de poste de Khelifa Boukhalfa pas loin de la mosquée El Rahma. « Nous sommes ici pour sensibiliser les citoyens, notamment les gens les plus âgés, à mettre de l’ordre en respectant la distance d’un mètre entre deux personnes », explique-t-elle. Parmi les tâches qu’ils font aussi, c’est de « tester la température » de chaque personne qui vient retirer de l’argent. D’ailleurs, témoigne-t-elle, « nous avons détecté un cas dont la température dépasse 38 degrés. Tout de suite on était obligé de l’écarter de la chaîne pour prendre d’autres précautions afin d’éviter une contamination si jamais il serait porteur du virus ». Par ailleurs et comme à Alger-centre, au bureau de poste de Kouba, où nous y étions hier, nous avons constaté l’association « Jeunesse El Khir » qui aide les travailleurs de cette agence. Selon un membre de cette association « nous avons pu maîtriser la situation malgré le bon nombre des citoyens, surtout le matin. Leur faire respecter les règles de préventions et la distance de sécurité ce n’est pas une tâche facile ». Et à lui d’ajouter que les citoyens « ignorent toujours la gravité de la situation ».

Absence de la police
Alors qu’il est de son rôle de veiller à l’application des règles et mesures de sécurité annoncées par le Président, les forces de la DGSN et malgré leur présence dans les rue d’Alger centre se sont contentés du rôle de spectateur devant la situation actuelle. Il semblerait que leur mission s’est concentrée sur le contrôle des commerçants et la fermeture des restaurants et cafeterias.
Sarah Oubraham