Palestiniens

AUTORISATION DE LA MARCHE DES COLONS SIONISTES : Risque d’embrasement à El-Qods

Quelque 16 000 Israéliens tenteront jusqu’à la soirée d’aujourd’hui, de mener leur agression, contre les Lieux Saints de la ville palestinienne occupée, El-Qods particulièrement contre la Mosquée Al-Aqsa, avec le soutien politique du gouvernement de l’entité sioniste et l’autorisation qui a été accordée, pour mener cette agression contre le peuple palestinien et le monde musulman. L’ entité sioniste peine, depuis notamment mai dernier, à imposer sa logique et son diktat aux Palestiniens, de Cisjordanie occupée, des villes palestiniennes occupées depuis 1948, de Ghaza, et des camps des réfugiés, qui par leur résistance populaire et armée, de mai dernier, ont réussi à faire échec à la marche sioniste des drapeaux. Accordant le feu vert, à rééditer , aujourd’hui, leur action provocatrice, non seulement contre le peuple palestinien mais aussi contre le monde, arabe et musulman ainsi que les libres à travers le monde, le gouvernement sioniste a ignoré les avertissements qui leur ont été adressés par la résistance palestinienne armée, si la marche des drapeaux et ses rituels venaient à avoir lieu à El Qods occupée et à son Aqsa . Si la veille de l’action qui fédère les colons israéliens en général dont les plus extrémistes et radicaux de l’occupation israëlienne, il était question de 16.000 israéliens attendus aujourd’hui, ces derniers ont bénéficié des autorisations des autorités coloniales, politiques, policières et militaires, même si certains ont exprimé leur crainte de voir Tel-aviv sous les feux de la résistance armée palestinienne. Alors que déjà l’opinion mondiale et des médias étrangers qualifient, notamment depuis mai dernier, « la marche israélienne des drapeaux » de « démonstration d’incitation à la haine, de racisme et d’illustration d’un système politique d’apartheid » au regard de la combinaison de violences et d’agressions de la police israélienne et de violences de gangs juifs d’extrême droite agissant tels des milices, contre tout ce qui est palestiniens, aujourd’hui, les yeux du monde se tourneront sans nul doute de la guerre en Ukraine, vers El-Qods occupée. « Vous pouvez vous attendre à tout de la part des autorités coloniales, et le monde a appris notamment depuis l’attaque de sa police de l’enterrement et des porteurs de cercueil de la journaliste palestinienne Shireen Abu Akleh » dira un des Palestiniens d’El-Qods occupée, à des médias locaux, la veille de la journée d’aujourd’hui, qui s’annonce difficile pour l’entité sioniste, face à la détermination de l’ensemble des Palestiniens à faire barrage aux plans sionistes. Pour les Palestiniens d’El-Qods occupée précisément, l’entité sioniste vise par « le maintien de la marche des drapeaux » annulée l’an dernier, par l’Opération Seïf El Qods de la résistance armée palestinienne et la mobilisation populaire « d’imposer un symbole de la souveraineté sioniste sur la ville Sainte » alors qu’elle symbolise, selon un Palestinien « la laideur du système politique d’occupation israélienne en Palestine ». Sous la pression des ultranationalistes sionistes, les autorités israéliennes cherchent selon des observateurs « à restaurer son image et détourner les regards sur la crise interne auquel elle est confrontée », notamment selon des experts sur l’échec de sa politique promue des décennies en direction des Palestiniens des territoires occupés de 1948. Ces derniers, les petits enfants de Palestiniens ayant vécu la Nekba, dans leur mobilisation, depuis mai dernier, avec l’éclatement des évènements du quartier Cheïkh Jarrah. Depuis, mai dernier, leur mobilisation s’intensifie et se multiplie pour faire valoir leur droit à la liberté et la fin de l’occupation, atteigne le cœur de l’entité sioniste, ou des étudiants palestiniens ont brandi des drapeaux palestiniens à l’Université de Tel-Aviv la semaine dernière, notamment à l’Université Ben Gourion de Beer Sheva lundi dernier, pour marquer notamment la célébrations de la Nakba. En prévision de la journée d’aujourd’hui, mercredi, dernier, les autorités israéliennes ont relevé le niveau d’alerte de la police et mobilisé plus de 3 000 policiers et soldats pour la protection du défilé des colons sionistes, tandis que des milliers d’autres seront déployés dès les premières heures du jour d’aujourd’hui à El- Qods occupée et dans d’autres villes israéliennes à forte population palestinienne, notamment à Lod occupée. Et l’armée israélienne a également renforcé ses systèmes de défense aérienne près de la frontière avec Ghaza, alors que l’an dernier, face à l’entêtement israélien à violer les Lieux Saints d’El-Qods occupée, des missiles se sont abattus, au cœur même de Tel-Aviv, imposant ainsi durant des jours entiers aux Israéliens de demeurer dans des abris et des caves non sans des pertes considérables sur l’économie israélienne, outre des pertes humaines, militaires et civiles. Aujourd’hui, le Premier ministre israëlien et son ministre de la Sécurité publique ont donné le feu vert à la marche des colons et assuré leur protection, alors que les avertissements de la direction unifiée de la résistance armée palestinienne ont été clairs, toute atteinte et agression sioniste d’ Al-Aqsa est une déclaration de guerre, appelant à la mobilisation générale du peuple palestinien.
Karima Bennour