grève sntf

Alors que 127 MDA ont été débloqués pour l’investissement : La situation financière de la SNTF en nette amélioration

Le directeur général de la Société nationale des transports ferroviaires (SNTF), Yacine Bendjaballah, s’est montré rassurant, hier, quant à la situation financière de son entreprise, en affirmant que celle-ci est arrivée à s’éloigner du déficit dans lequel elle a plongé depuis des années. « Durant les six premiers mois de 2018, la SNTF est arrivée à couvrir la totalité des charges », a-t-il déclaré lors de son intervention sur la Radio algérienne. Pour lui, « les objectifs tracés ont été atteints et l’entreprise a pu s’éloigner de la zone de déficit qui l’a accompagné depuis des années ». En ce qui concerne les investissements de l’entreprise qu’il dirige, Bendjaballah a fait savoir que « les autorités publiques ont alloué à la SNTF 127 milliards de DA pour la concrétisation de projets portant sur le renouvellement et le développement du matériel roulant ». Plus explicite sur ce sujet, l’intervenant a précisé que deux enveloppes ont été allouées dont l’une est de l’ordre de 69 milliards de DA qui a été consommée et la seconde de l’ordre de 58 milliards de DA pour couvrir la période d’au delà 2020.
Pour ce qui concerne l’investissement relatif à la ressource humaine et tout en reconnaissant « qu’il faut du temps » pour former le personnel, il a signalé qu’une stratégie de formation a débuté il y a trois années de cela, donnant lieu à une nette amélioration du service à la clientèle.
Bendjaballah annonce, par ailleurs, qu’un centre de compétences de haute technologie dans le domaine de la signalisation et de la mobilité des convois ferroviaires va être inauguré dans le courant du mois de novembre prochain. Il a précisé, d’autre part, que des études visant l’élimination des passages à niveau sont à un stade avancé. En ce qui concerne le phénomène de caillassage des trains, le DG de la SNTF a expliqué qu’un fournisseur local allait fournir les vitres détruites, regrettant au passage que les actions de sensibilisation entreprises pour faire cesser ces actes inciviques n’aient pas donné lieu à des résultats probants. Précisant que la SNTF a abordé le problème dans tous ses aspects, le DG de la SNTF a indiqué que son entreprise a évoqué le fait que « les voies ferrées soient à proximité des bidonvilles, ce qui favorise ce genre de comportements, les moyens pour occuper les jeunes, ainsi que les moyens de sensibilisation ». A titre d’exemple, il dira que « depuis la délocalisation du bidonville de Kourifa, la SNTF ne rencontre plus le problème de caillassage dans cette zone, alors que dans un passé récent c’était quotidien à El-Harrach ».
Il a rappelé que ces actes malveillants, « une réalité amère » contre laquelle, dit-il, « on a tout fait », ont notamment visé le premier train Coradia,  « qui en six mois d’exploitation, a vu 80% de ses vitres brisées» par d’authentique voyous.   Pour ce qui est des retards, l’intervenant reconnaît que le problème existe bel et bien. Néanmoins, il promet d’y remédier à l’horizon 2020.
« Notre programme de mise à niveau du réseau en exploitation a été arrêté pour la période de 2015-2020 », a-t-il dit. « Une fois ce programme terminé », Bendjaballah a promis une « nette amélioration en matière de ponctualité ».
Lamia Boufassa