Zeghmati

ZEGHMATI DÉBUSQUE LE MAKHZEN : « Mon pays est inondé de drogues »

Intervenant, hier, par visioconférence, depuis Alger, aux travaux du 14ème Congrès onusien pour la prévention du crime et la justice pénale qui se tient à Kyoto, Belkacem Zeghmati, ministre de la Justice et Garde des Sceaux, n’a pas été de main morte pour dénoncer, avec des propos à peine voilés, le voisin de l’ouest qui continue d’inonder l’Algérie avec la drogue. Ce n’est plus un secret, le plus grand producteur du monde en la matière, fait entrer sur le sol algérien des quantités astronomiques de cannabis, par l’intermède de ses réseaux transfrontaliers. Et au ministre Zeghmati de pointer du doigt : « La proximité géographique (de l’Algérie, ndlr) de l’un des plus grands centres de production et d’exportation de cannabis, engendre un trafic illicite de stupéfiants, blanchiment d’argent et corruption ». Un propos qui cible, on ne peut plus clair, le royaume marocain, dont l’impact de ces trafics prohibés ne sont pas sans « retombées négatives sur la stabilité, la sécurité ainsi que sur la santé du citoyen algérien. Ce faisant, le ministre de la Justice a tenu à préciser que ce constat n’est pas le propre de l’Algérie, mais bien de l’ONU (Office onusien contre la drogue et le crime) elle-même qui, à travers ses rapports rendus sur le trafic de drogue dans le monde, a montré du doigt le Maroc comme étant le plus important producteur de cannabis.
F. Guellil