Fake

MENÉE PAR LES ENNEMIS DU PAYS : Guerre de fake news contre l’Algérie

La machine à fake news est en train de tourner à plein régime ces derniers jours. Les vidéos de supposées victimes de torture sont devenues virales au point de croire que l’Algérie est une grande prison à ciel ouvert.

Les fake news, depuis l’apparition des réseaux sociaux, sont devenues l’arme des lâches qui se cachent souvent derrière l’anonymat pour distiller des informations sans fondements et versant parfois carrément dans le mensonge.
Les exemples de vidéos mensongères sont légion et ne sont pas propres à l’Algérie. Rachad et ses affidés en ont fait, ces dernières années, une arme pour s’attaquer au pays. Il ne se passe pas un jour sans qu’une vidéo, montrant une victime dite d’actes de torture,  ne soit relayée sur la toile. Le plus souvent, le mensonge est tellement gros qu’il ne passe pas, mais parfois le témoignage fabriqué devient pour certains une vérité qu’ils ne cesseront jamais de défendre contre vents et marées. Il faut savoir que les fake news et la ruse ne sont pas une nouvelle invention. Elles datent de la nuit du temps. Le cheval de Troie en est une, puisque la ruse a permis à l’armée d’Ulysse de pénétrer les fortifications de Troie. Il y a quelques années, Colin Powell, en voulant justifier la deuxième guerre du Golfe, avait utilisé un faux, des images montrant des sites irakiens d’entreposage d’armes chimiques. Le mensonge était gros, évident même,  mais il avait permis aux GI’s de se lancer à l’assaut de Baghdad et des autres villes d’Irak.
Les déclarations  de Walid Nekkiche devant un tribunal, il y a quelques jours, où il avait affirmé avoir subi des actes de torture ont  été suivis de l’ouverture d’une enquête par le parquet qui s’est autosaisi. Mais sinon, où sont les autres victimes supposées des actes de torture ? Où se trouvent ces centres où les pires atrocités sont commises et qui sont dénoncés à force de fake news distillées à flots ? C’est une grosse manœuvre des ennemis de l’Algérie et la couleuvre est tellement grosse qu’elle ne passera pas.
Il faut reconnaître que plusieurs témoignages de supposées victimes d’actes de maltraitance sont faux. Et le mensonge est même parfois grossier que son auteur se démasque sans le savoir en s’emmêlant dans  le fil de son commentaire et des faits qu’il tente, vainement, de présenter comme une vérité ne souffrant d’aucune équivoque.
L’Algérie a ratifié les conventions internationales relatives aux droits de l’Homme et il existe des institutions en charge de la lutte contre les abus dans l’exercice de fonction des éléments des services de sécurité. Et quant aux supposées victimes d’actes de tortures, qu’elles osent dès lors déposer plainte si les faits sont avérés. L’opinion publique doit savoir que le danger des fake news est grand surtout durant cette période charnière. Y céder c’est faire le jeu des ennemis du pays.
Slimane B.