mosquée Qingjing

Unesco : Quatre nouveaux sites culturels sur la Liste du Patrimoine mondial

Le Comité du Patrimoine mondial, réuni en ligne depuis Fuzhou en Chine, a intégré dimanche quatre nouveaux sites culturels en Chine, en Inde, en Iran et en Espagne à la Liste du patrimoine mondial,a annoncé cette organisation des Nations unies pour l’éducation, la science et la culture. En Chine, le site de Quanzhou illustre le dynamisme de la ville en tant qu’emporium maritime pendant les périodes Song et Yuan (Xe-XIVe siècles) et ses interconnexions avec l’arrière-pays chinois. Le site comprend des édifices religieux, notamment la mosquée Qingjing, du XIe siècle, l’un des premiers édifices islamiques de Chine, des tombes islamiques et un large éventail de vestiges archéologiques. Autre bien à intégrer la Liste du Patrimoine mondial, le temple «Ramappa»,situé dans le village de Palampet, dans l’État du Telangana. Principal temple de Shiva à l’intérieur d’un grand ensemble fortifié, la construction de cet édifice qui aurait duré une quarantaine d’années, a commencé en 1213. Ses sculptures, de grande qualité artistique, illustrent les coutumes de danses régionales et la culture des Kakatiya. Le Comité du Patrimoine mondial a inscrit également «Le chemin de fer transiranien» reliant la mer Caspienne, au nord-est, au golfe Persique, au sud-ouest, traversant deux chaînes de montagnes, des rivières, des hauts plateaux, des forêts et des plaines, et passant par quatre zones climatiques différentes. Entamé en 1927 et achevé en 1938, ce chemin de fer de 1394 kilomètres de long a été conçu et réalisé grâce à une collaboration fructueuse entre le gouvernement iranien et 43 entreprises de construction de plusieurs pays. Remarquable par son ampleur et les travaux d’ingénierie, le chemin de fer a nécessité la construction de 174 grands ponts, 186 petits ponts et 224 tunnels, dont 11 tunnels en spirale. En Espagne, Paseo del Prado et Buen Retiro, un ensemble situé dans le centre historique de Madrid et formé d’une large avenue où se trouve notamment le musée du Prado et le parc du Retiro, ont également intégré la Liste du Patrimoine mondial. Situé au cœur de la ville de Madrid, ce paysage culturel de 200 hectares incarne une «nouvelle conception» de l’espace urbain et un modèle d’urbanisme remontant au XVIIIe siècle. Les jardins de la Bonne Retraite, couvrant 120 hectares, vestige du palais du Buen Retiro du XVIIe siècle, constituent la plus grande partie du bien et comprennent divers styles de jardins appliqués du XIXe siècle jusqu’à nos jours. Le site abrite également le Jardin botanique royal en terrasses et le quartier essentiellement résidentiel de Barrio Jeronimos. L’examen des candidatures se poursuivra jusqu’à mercredi dans le cadre de la 44e Session du Comité du Patrimoine mondial, réuni en ligne depuis Fuzhou en Chine.