scandalep5

SCANDALE AU STADE OLYMPIQUE D’ORAN : Qui a autorisé l’organisation d’un match sur la nouvelle pelouse ?

L’affaire du nouveau stade de Belgaïd à Oran continue de faire des remous et à ce jour, la responsabilité d’aucune partie n’a été formellement établie.

La commission d’enquête ministérielle, dépêchée d’Alger pour faire la lumière sur cette affaire devra situer les responsabilités car, l’ouvrage qui a accueilli un match de l’équipe nationale A’ a coûté cher au trésor public et sa réception définitive traine depuis plusieurs années.
Tout a commencé quand deux vidéos ont été relayées sur les réseaux sociaux, l’une montrant des individus en train de s’échauffer sur la pelouse du stade et l’autre les flammes d’un barbecue organisé à l’intérieur du stade, non loin de la piste d’athlétisme. Ces deux vidéos ont fait le buzz et les commentaires ont été unanimes à dénoncer ce qui a été qualifié de véritable massacre de la pelouse en gazon naturel qui avait abrité la veille un match de l’équipe nationale. Qui sont ces privilégiés qui ont eu l’insigne honneur de jouer un match sur une aire qui devait bénéficier d’un repos et de travaux d’entretien ?
Personne, à l’heure où nous mettons sous presse n’a formellement identifié ceux qui se sont livrés à un match contre des ouvriers de l’entreprise chinoise chargée des travaux. Interrogé par des confrères de la radio locale, le directeur de la jeunesse et des sports a dénoncé un acte de sabotage perpétré par des parties que l’enquête permettra d’identifier. Le responsable du stade a lui également dénoncé un acte irréfléchi tout en soulignant que ceux qui ont organisé ce match savaient qu’ils n’allaient pas être dérangés puisque c’était le week-end et l’administration locale ne travaillait pas. Un responsable de l’infrastructure fera remarquer que l’entreprise chinoise chargée des travaux a invité des intervenants dans la réalisation du stade parmi le personnel du bureau d’études et d’autres structures à un barbecue et à un match. Pour lui c’est une pratique courante qui n’aurait- pas dû susciter autant de débat. « Des entreprises ont l’habitude de fêter la fin des travaux des ouvrages qui leur sont confiés », a-t-il indiqué. Oui mais la question qui se pose aujourd’hui est comment  a-t-on permis à cette entreprise d’organiser sa fête dans un espace qui n’est pas encore définitivement réceptionné ? Toujours est-il, cette histoire de match de quartier organisé sur une pelouse qui devait subir un examen et bénéficier de travaux d’entretien au lendemain d’un match risque de faire des remous au niveau de l’administration chargée du sport à Oran. Lancés au mois de décembre 2006, les travaux de réalisation du nouveau stade d’Oran, ne sont pas encore définitivement terminés. À ce jour, plusieurs équipements manquent encore alors que l’échéance des JM2022, qu’abritera la ville approche à grands pas.
Slimane B.