Tebboune

PLAIDOIRIE DU PRÉSIDENT TEBBOUNE À L’UA : Lever les obstacles aux vaccins produits par l’Afrique

Accélérer la fabrication de vaccins en Afrique tout en s’efforçant de garantir l’accès à davantage de vaccins en provenance de l’étranger, c’est à ce double défi que l’Union africaine a été confrontée dans la lutte contre la pandémie de coronavirus durant les deux années passées. S’il n’a pas été facile pour les pays africains de se procurer les vaccins quand il le fallait, on peut constater que l’Afrique est arrivé à produire aujourd’hui ses propres vaccins anti-Covid.

C’est le cas de quelques pays africains dont l’Algérie qui, depuis le début 2022, est devenue pays producteur et exportateur d’un vaccin anti-Covid grâce au Groupe public Saïdal qui, avec l’accompagnement du ministère de l’Industrie pharmaceutique et de l’Agence nationale du médicament, et en collaboration avec le partenaire chinois Sinovac, a produit le Corona Vac, dans son unité de Constantine. Ce vaccin est destiné à être commercialisé sur le marché national et à l’étranger. C’est « une preuve édifiante » que l’Afrique possède désormais de « véritables atouts » dans ce domaine, comme l’a fait remarquer le président Abdelmadjid Tebboune, et ce malgré «les complications de cette opération qui exige des équipements et des matériels modernes et de personnel spécialisé », a-t-il précisé.
Il reste maintenant à permettre aux vaccins produits en Afrique l’accès aux plateformes internationales d’acquisition et de distribution. C’est un impératif, a souligné le président Tebboune, dans son allocution lors d’un sommet restreint des États africains producteurs du vaccin anti-Covid-19 sur le thème « Permettre aux vaccins produits en Afrique l’accès aux plateformes internationales d’acquisition et de distribution », lue par visioconférence par le ministre des Affaires étrangères et de la Communauté nationale à l’étranger, Ramtane Lamamra.
Les capacités africaines dans la production de vaccins doivent être perçues comme « un acquis non seulement pour notre continent mais pour le monde entier », a fait observer le Président Tebboune qui a expliqué à nos partenaires internationaux qu’ils doivent «saisir qu’ils ont un grand intérêt dans la réussite de l’Afrique dans ce domaine et sa capacité à apporter une contribution significative à l’avenir face à toute pandémie menaçant l’humanité à l’instar de la pandémie de coronavirus ». Dans ce sens, le Chef de l’État a également jugé « impératif d’inviter nos partenaires, et organisations internationales, à apporter leur soutien aux efforts consentis par notre continent en la matière, aux fins de renforcer les capacités productives mondiales et surmonter le risque de dépendre d’un nombre limité de fabricants de vaccins, risque clairement apparu à la lumière de la pandémie de Covid-19″.
Le président Tebboune a insisté sur trois points : « lever les obstacles et permettre un transfert de technologie (vers les pays africains) en vue d’atteindre une meilleure diversité en termes de production de vaccins et d’autres fournitures médicales » ; « soutenir les pays africains en matière de formation d’experts et de spécialistes », et « permettre aux vaccins produits en Afrique l’accès aux plateformes internationales d’acquisition et de distribution, à travers la levée des obstacles qui entravent l’émission des autorisations nécessaires par l’Organisation mondiale de la santé (OMS), pour l’exportation, la vente et l’utilisation des vaccins produits au niveau du continent ».
Le président Tebboune estime nécessaire de redynamiser le rôle de l’Agence africaine du médicament, «en vue d’une meilleure coordination de nos efforts et pour la défense de nos intérêts au niveau international ».
Dans l’immédiat, il appelle, «au vu des défis auxquels nous faisons face dans nos transactions extérieures, à consolider la concertation et la coopération en œuvrant de manière unifiée à atteindre l’efficacité escomptée ». Le président Tebboune a été représenté par Ramtane Lamamra aux travaux de ce sommet qui a vu la participation du président en exercice de l’UA, Macky Sall, président de la République du Sénégal, les représentants de la Commission de l’UA, de nombreux chefs d’États africains ayant lancé véritablement les opérations de production des vaccins.
M’hamed Rebah