consul

Maroc : mort mystérieuse du consul de France à Tanger

Le consul général de France à Tanger, (Maroc), Dénis François, a été retrouvé mort ce jeudi dans la résidence de la représentation consulaire, rapporte l’ambassade de France à Rabat. « L’Ambassade de France à Rabat a l’immense tristesse de vous annoncer la disparition, jeudi 19 novembre, de Denis François, Consul général de France à Tanger», pouvait-on lire sur le message. En revanche, ce que n’a pas dit la chancellerie française au Maroc, c’est le fait que son diplomate se serait donné la mort par pendaison, comme rapporté par plusieurs sources concordantes. Ainsi, écrit le journal français Midi-Libre, le corps sans vie de Denis François a été découvert par ses collègues dans sa chambre, élue dans l’enceinte consulaire de Tanger, aux alentours de 7 h du matin, ce jeudi 19 novembre.  C’est d’autant plus une mort mystérieuse que l’ambassade de France à Rabat a dépêché un agent de la sécurité intérieure à Tanger pour tenter d’élucider les circonstances du décès de son diplomate. Outre, donc, le parquet qui a ouvert une enquête à l’effet de faire la lumière sur cette affaire, selon la même source. Midi-libre précise, en sus, se référant à une source proche de l’ambassade française à Rabat, qu’aucune piste n’est écartée pour le moment dans l’enquête ouverte à cet effet.  Le consul français était en poste à Tanger depuis le 17 septembre dernier. Agé de 55 ans, il avait occupé plusieurs responsabilités administratives au sein du ministère des Affaires étrangères de son pays, à Paris.

Enquête sur le bradage du foncier à Tébessa
Les services de police de la daïra de Cheriâ dans la wilaya de Tébessa, ont ouvert une enquête sur une affaire d’attribution illégale d’un lot de terrain par des fonctionnaires du cadastre, a indiqué hier, la cellule de communication de la sûreté de wilaya de Tébessa dans un communiqué. Cette enquête a été ouverte en coordination avec le parquet suite à des informations parvenues aux services de la police dénonçant une subtilisation d’une assiette foncière dans la commune de Cheriâ, (45 km à l’Ouest de Tébessa) par des fonctionnaires des services du cadastre dans la même collectivité locale, a précisé le même document, relevant que dans le cadre de cette enquête, 23 individus, cadres et fonctionnaires du cadastre et élus locaux ont été auditionnés. Les investigations approfondies ont démontré qu’une assiette foncière du domaine de l’État a été dérobée, que des documents officiels ont été falsifiés et des terrains ont été vendus d’une manière illégale avec la complicité de fonctionnaires, de cadres et d’élus locaux, a indiqué encore le communiqué des services de la police. Après l’audition des parties concernées, présumés coupables et témoins, le dossier de cette affaire a été transféré au tribunal de Cheriâ, où les personnes impliquées sont poursuivies pour « abus de pouvoir », « octroi d’indus privilèges », « faux et usage de faux en écriture publique », « falsification de données » et « atteinte à la propriété »

Entre 0,1 et 0,11% des discours sur Facebook sont haineux
Constamment égratigné par la société civile sur le problème des appels à la haine et autres contenus racistes et insultants, Facebook a récemment concentré ses efforts de modération des contenus sur ces sujets, et s’est félicité jeudi de ses progrès en détection automatique. Le géant des réseaux sociaux a ajouté un indice à sa batterie de statistiques: la fréquence des contenus qui enfreignent ses règles. « De juillet à septembre, la prévalence des contenus haineux a été comprise entre 0,1 et 0,11% », a déclaré Guy Rosen, le vice-président du groupe en charge de l’intégrité, lors d’une conférence de presse. « En d’autres termes, sur 10 000 contenus vus sur Facebook, en moyenne, entre 10 et 11 comportaient des discours de haine ». « C’est comme un test sur la qualité de l’air pour déterminer la concentration de la pollution », a-t-il ajouté. Cet été, Facebook a retiré plus de 22 millions de contenus haineux et Instagram, 6,5 millions, le double du trimestre précédent. L’entreprise maîtrise depuis des années le retrait automatique de certains contenus, liés à la pornographie ou au terrorisme par exemple. La propagation de la haine est plus compliquée à gérer, les machines ayant du mal à faire la différence entre les informations, l’humour, les parodies, les rumeurs et les insultes. Par ailleurs, facebook anticipe sur environ 95 % des discours de haine, ainsi détectés par des algorithmes avant qu’ils ne soient signalés.

L’ancien président de la LIRF, Mohamed Boukaroum, n’est plus
L’ancien président de la Ligue inter-régions de football (LIRF) Mohamed Boukaroum, est décédé hier à l’hôpital de Blida des suites d’une longue maladie, a annoncé la Radio nationale. Ancien membre du Bureau fédéral durant la présidence de l’ex-patron de la Fédération algérienne (FAF), Mohamed Raouraoua, Boukaroum a également été joueur avant de se reconvertir en dirigeant. En août 2019, il avait été élu président de l’IB Khemis El-Khechna (Div. amateur), dans ce qui a été son dernier poste dans le monde du football.

Micro-entreprises : l’Algérie s’enquiert de l’expérience sud-coréenne
Le ministre délégué auprès du Premier ministre, chargé des micro-entreprises, Nassim Diafat a reçu jeudi l’ambassadeur de la République de Corée en Algérie, Lee Eun Yong, avec lequel il a évoqué l’état des relations de coopération et de partenariat entre les deux pays dans le domaine économique, a indiqué le ministère délégué dans un communiqué. À cette occasion, le ministre a passé en revue la nouvelle stratégie adoptée par le secteur des micro-entreprises au plan local et international, mettant en avant, par la même, l’importance apportée par le président de la République au créneau de l’économie des jeunes, placé au cœur des réformes initiées, a précisé le communiqué. M. Diafat a insisté, dans le même cadre, sur le nécessaire établissement de liens de coopération bilatérale dans ce domaine afin de permettre aux micro-entreprises algériennes de tirer profit de leurs homologues coréennes.
De son côté, l’ambassadeur sud-coréen a qualifié l’Algérie de « partenaire économique et stratégique aux yeux de son pays », d’où l’intérêt de booster les relations bilatérales dans le domaine des micro-entreprises, se disant ouvert à mettre en place un programme de coopération dans les domaines évoqués par M. Diafat, a conclu le communiqué.

L’Iran perd son doyen de 138 ans
L’Iran a perdu son « doyen », un Kurde, décédé à l’âge de 138 ans selon ses papiers d’identité, rapporte jeudi l’agence officielle iranienne Irna. Ahmad Soufi s’est éteint mercredi à Saqqez dans la province du Kurdistan (ouest de l’Iran), écrit Irna, précisant qu’il est « mort de vieillesse ». L’agence publie une copie de son « chenasnameh » (équivalent du livret de famille) et de sa carte d’identité, indiquant l’une et l’autre une date de naissance remontant au XIXe siècle, le 28 février 1882. Selon ses papiers, Soufi serait mort à un âge bien plus avancé que celui de la doyenne actuelle reconnue de l’humanité, la Japonaise Kane Tanaka, née le 2 janvier 1903.
Les Kurdes sont réputés en Iran pour faire de solides centenaires.

Averses de pluies sur le Centre et l’Est du pays
Des pluies, parfois sous forme d’averses orageuses accompagnées localement de chutes de grêle avec des rafales de vent, affecteront plusieurs wilayas du Centre et de l’Est du pays à partir de cet après-midi hier vendredi) jusqu’à samedi (aujourd’hui, selon un bulletin météo spécial (BMS) émis par le Centre national de la météorologie. Les wilayas concernées par cette alerte de niveau Orange sont: Alger, Blida, Boumerdes, Tizi-Ouzou, Bouira, Bordj Bou Arreridj, Batna, Khenchela, Tebessa et Oum el Bouaghi où la quantité de pluie estimée varie entre 20 et 30 mm durant la validité de ce BMS qui s’étalera jusqu’à samedi à 15h00. Ces pluies concerneront également les wilayas de Béjaïa, Jijel, Skikda, Annaba, El Tarf, Souk Ahras, Guelma, Constantine, Mila et Sétif avec des quantités estimées entre 30 et 50 mm et pouvant atteindre ou dépasser localement 60 mm.