HASSAN RABEHI

LE GOUVERNEMENT RÉAFFIRME LA POSITION IMMUABLE DE L’ALGÉRIE SUR LE DROIT DU PEUPLE SAHRAOUI À L’AUTODÉTERMINATION : Rabehi remet Saâdani à sa place 

Après quelques jours de la polémique suscitée par l’ex-Secrétaire général du FLN, l’incorrigible Amar Saâdani qui a, dans une déclaration à la presse, considéré que le Sahara occidental était marocain, le gouvernement algérien a réagi en rappelant la position officielle et pour le moins inflexible de l’Algérie sur la question, notamment le droit inaliénable du peuple sahraoui à l’autodétermination.

Il s’agit d’une réaction ferme faite hier, par le ministre de la Communication, porte-parole du Gouvernement, qui n’a pas hésité à recadrer l’ex-SG du parti FLN en affirmant que «ses propos n’engagent que lui-même». Ainsi, intervenant hier, au Forum du journal Echaab, le ministre de la Communication, porte-parole du Gouvernement, Hassan Rabehi, qui cumule également le poste de ministre de la Culture par intérim, s’est montré ferme à ce sujet en précisant que «les propos tenus par cette personne (Amar Saâdani, Ndlr) n’engagent que lui-même, puisque la position de l’Algérie est claire à ce sujet». Soulignant le caractère «international» de ce dossier, le ministre a rappelé que «le principe de l’autodétermination du peuple du Sahara occidental est reconnu par l’ONU qui a inscrit celui-ci sur la liste des territoires non autonomes». En outre, il a précisé que «la légitimité de la question de décolonisation du Sahara occidental est reconnue par plusieurs pays». Le porte-parole du Gouvernement a, de surcroît, réaffirmé la position «immuable» de l’Algérie sur la question du Sahara occidental, en indiquant que notre pays «est favorable à l’organisation d’un référendum d’autodétermination, qui est la solution à ce conflit».
Pour rappel, jeudi dernier, Amar Saâdani a, dans un entretien accordé au journal électronique TSA, déclaré que «le Sahara occidental est marocain». «En vérité, je considère, d’un point de vue historique, que le Sahara est marocain et rien d’autre», avait déclaré l’ex-SG du parti FLN, en faisant abstraction que la Cour internationale de justice, se basant sur des faits historiques, a tranché la question, en déclarant que le Sahara occidental est un territoire non autonome, sans oublier que les résolutions de l’AG et du Conseil de sécurité consacrent le droit du peuple sahraoui à l’autodétermination. Saâdani a également déclaré qu’il pense que «la conjoncture est favorable», pour un saut, de l’Algérie, dans le camp de ceux et celles qui activent et manœuvrent via des lobbyings, notamment en Europe et à l’ONU, pour faire valoir le droit de la force sur la force du droit des peuples à l’autodétermination».
Plus loin, il a estimé que « la relation entre l’Algérie et le Maroc est plus grande que cette question. Je pense que la conjoncture est favorable, car il y a l’élection d’un nouveau président et le changement de système en Tunisie, l’Algérie se dirige vers une élection et un changement de système, la Libye aussi vit une transformation», pensant que « la question du Sahara doit prendre fin et que l’Algérie et le Maroc doivent ouvrir leurs frontières et normaliser leurs relations». Ainsi, le ministre de la Communication a recadré l’ex-SG du parti FLN en rappelant le soutien indéfectible de l’Algérie à la lutte légitime du peuple sahraoui pour son droit à l’autodétermination et à l’indépendance.
Lamia Boufassa