confinementp4

LE BILAN DE LA PANDÉMIE REPART À LA HAUSSE : Les professionnels plaident pour un retour au confinement

Depuis quelques jours, soit juste après le déconfinement partiel décrété dans plusieurs wilayas, le nombre des cas de contamination et de décès des suites du Covid-19 enregistre une augmentation qui fait craindre une deuxième vague de la pandémie.

C’est le constat fait par docteur Djamel Fourar, porte-parole du comité scientifique qui met en cause un défaut de suivi des mesures barrières, derrière notamment la courbe ascendante du coronavirus. Ainsi, les spécialistes du secteur n’écartent pas un retour au confinement avec durcissement des mesures de prévention contre la propagation du virus mortel. En effet, afin de contenir le virus qui se propage de plus en plus dans certaines wilayas et communes du pays ces derniers jours, Mohamed Bekkat Berkani, président du Conseil national de l’Ordre des Médecins et membre du Comité scientifique de suivi de l’évolution de la pandémie du coronavirus en Algérie, a estimé obligatoire de raffermir le confinement dans les wilayas où le nombre des cas de décès et de contaminations est élevé. « De façon générale, les mesures barrières doivent être respectées et les autorités doivent les faire respecter. C’est-à-dire le port du masque et la distanciation sociale, que cela soit dans les wilayas qui représentent aujourd’hui un foyer, comme Sétif, ou les autres.
Nous avons constaté un relâchement total à ce niveau, ce qui a causé l’augmentation des cas contaminés », a-t-il déclaré au Courrier d’Algérie, de façon catégorique. « Il parait bien qu’il y a une dégradation dans la situation épidémiologique. Il faut aller vers un autre confinement plus ferme » recommande le Dr Bekkat, membre du comité scientifique.
Contacté, hier, par nos soins, Dr Lyes Merabet, président du Syndicat national des praticiens de la santé publique (SNPSP), a plaidé pour la mise en place d’une bonne stratégie, contenant un large dépistage et l’isolement des cas suspects, invitant le ministère de la Santé à travailler en coordination absolue avec le partenaire social et les professionnels de la santé qui sont sur le terrain « les plus connaisseurs de la situation » dit-il, tout en renforçant la sensibilisation à ce sujet, au niveau des secteurs concernés, (collectivités locales, Protection civile, médias, ministères de la Jeunesse et de la Culture..). Dr Merabet a expliqué que pour éviter le pire des scénari, la situation actuelle demande une « gestion sanitaire et non pas uniquement politique ni administrative ni économique » déclare-t-il, « nous avons constaté dès le départ qu’il y avait une situation ambiguë entretenue dans la façon de gérer cette crise, nous nous sommes (les autorités) occupées d’une manière prioritaire des retombées économiques et sociales du confinement et de la crise, négligeant de mette en place réellement des mesures pour essayer de contrecarrer ses répercussions sanitaires ».
«  Aujourd’hui, la situation épidémiologique en générale est dans un constat qui ne rassure pas » lance-t-il, personne ne respecte les mesures barrière, « nous avons du mal à travailler avec les mentalités des citoyens », dénonce le docteur.
Concernant la possibilité d’aller vers un autre confinement, le président du SNPSP, a regretté que les autorités n’ont pas appliqué le confinement total dès le début comme il l’a toujours demandé. « Si on a appliqué le confinement total depuis le début pour un mois ou plus, on aurait gagné beaucoup, on a parlé aussi sur le confinement ciblé qui vise certaines régions et communes affectées ». Conclut Merabet.
Pour rappel, vendredi, le porte-parole du comité scientifique de suivi de l’évolution de la pandémie du coronavirus, Dr Djamel Fourar n’a pas écarté la réinstauration du confinement dans certaines wilayas. Dr Fourar a indiqué que « des wilayas seront
« reconfinées » si cela est nécessaire même pour une courte durée ». Selon le compte-rendu de l’agence officielle, le porte-parole du comité scientifique a expliqué « la légère remontée » du nombre de cas touchés par le coronavirus (Covid-19), ces derniers jours en Algérie, par le « non-respect des mesures barrières ». Selon lui, cela est dû « au non-respect des mesures barrières contre la propagation de ce virus, suite à la reprise de certaines activités commerciales, économiques et sociales dans plusieurs wilayas.

Sétif : Des appels à un nouveau confinement
Par ailleurs, des médecins de la wilaya de Sétif ont exprimé ces derniers jours leurs craintes de revenir à « la case départ » après tous les sacrifices consentis et les efforts fournis pour lutter contre la pandémie et sortir de la crise sanitaire avec le moins de pertes humaines possible notamment. « Le virus circule parmi nous et peut faire de nombreuses victimes en raison du non-respect des mesures barrières, dont le port du masque obligatoirement, pour briser la chaîne de transmission, en ces étapes de sortie du confinement , sinon c’est le retour à la case départ , de la montée en flèche des cas contaminés et donc l’adoption de confinement total, à nouveau dans une région, wilaya, ville ou quartier, faisant ainsi perdurer les impacts socio-économiques sur les populations et le pays », indique la présidente du conseil scientifique du Centre hospitalo-universitaire (CHU) Mohamed-Abdenour-Sâadna de Sétif, Pr Houria Zidani. Dans le même contexte, elle a ajouté que « seul un véritable confinement peut permettre de maîtriser l’épidémie, et conduir incontestablement à un résultat efficient et satisfaisant dans un laps de temps n’excédant pas 14 jours ».
Sarah Oubraham