Zeghdar

INDUSTRIES MANUFACTURIÈRE, MÉTALLURGIQUE, MÉCANIQUE, CHIMIQUE ET MINIÈRE : L’Algérie s’enquiert des expériences iranienne et tchèque

Le ministre de l’Industrie, Ahmed Zeghdar, a reçu séparément mardi au siège de son département l’ambassadeur de la République islamique d’Iran en Algérie, Hossein Mashalchizadeh, et l’ambassadrice de la République tchèque en Algérie, Lenka Pokorna, avec lesquels il a examiné les voies et moyens de renforcer la coopération bilatérale.

Zeghdar et Mashalchizadeh ont passé en revue les relations algéro-iraniennes, notamment dans le domaine économique et industriel, et examiné les opportunités de coopération et de partenariat entre les deux pays en matière industrielle, en particulier dans les branches présentant des atouts comme les industries manufacturières, la métallurgie, la sidérurgie et les industries mécanique, chimique et minière, a indiqué un communiqué du ministère. Dans ce cadre, le ministre a fait part de la volonté de l’Algérie de tirer parti de l’expérience iranienne dans le domaine de l’industrie et de la maîtrise technologique pour réaliser la relance économique et industrielle.
Aussi, a-t-il invité les entreprises iraniennes à investir en Algérie dans plusieurs domaines à la faveur du nouveau système juridique en cours d’élaboration. De son côté, l’ambassadeur iranien a fait savoir que son pays était disposé à renforcer ses relations économiques avec l’Algérie dans différentes filières industrielles, selon la même source.
Également, le ministre de l’Industrie a passé en revue avec l’ambassadrice tchèque en Algérie les domaines de coopération entre les deux pays dans le secteur industriel. Les deux parties ont plaidé pour le développement des relations économiques entre l’Algérie et la Tchéquie. Après avoir mis en avant les principales réformes menées par l’Algérie pour encourager les investissements, Zeghdar a appelé les entreprises tchèques à investir en Algérie à la faveur du nouveau système juridique qui assurera un environnement des affaires « plus stable, plus attractif et plus incitatif ».
L’ambassadrice tchèque a, à cette occasion, fait part de la volonté de certaines entreprises tchèques d’accéder au marché algérien dans nombre de branches industrielles.
Ania Nch