Un réseau criminel démantelé à Oran

Les éléments de la sûreté de wilaya d’Oran ont démantelé un réseau criminel organisé composé de trois personnes et saisi 3.430 comprimés psychotropes et 24 ordonnances médicales falsifiées, a-t-on appris, mardi, de ce corps sécuritaire.
Agissant sur informations approfondies, les enquêteurs ont arrêté les inculpés en flagrant délit en possession de 2.872 comprimés de psychotropes et de fausses ordonnances médicales. Étendant l’enquête à d’autres wilayas, la perquisition aux domiciles des mis en cause a permis la saisie de 558 autres comprimés de psychotropes, de 34 ordonnances falsifiées portant de faux noms et du matériel servant à la falsification, dont un scanner, un ordinateur portable ainsi que trois téléphones portables.
Des sommes de 2,72 millions DA, 200 dinars tunisiens et 1.424 riyals saoudiens ont été également saisies ainsi que quatre plaques d’immatriculation étrangère de véhicules.

Un non-voyant traverse le désert de sel bolivien en 7 jours
Un non-voyant a parcouru 140 kilomètres en sept jours dans le Salar de Uyunin, le désert salin le plus grand au monde, en Bolivie, en s’aidant d’un GPS à assistance auditive, a annoncé lundi le gouvernement à La Paz. «Alban Tessier, professeur français, non-voyant, a terminé lundi sa marche de 140 kilomètres dans le Salar de Uyuni (…) pour démontrer au monde que les limitations physiques ne sont pas des obstacles pour accomplir des exploits», a fait savoir le ministère bolivien de la Culture. Alban Tessier, 41 ans, originaire de Nantes (ouest de la France), a reçu le soutien médiatique des autorités boliviennes qui entendaient faire connaître le désert du Salar de Uyuni, une merveille naturelle et l’une des principales attractions touristiques du pays. L’enseignant non-voyant s’est guidé grâce à GPS auditif et en tirant derrière un chariot sur roulettes dans lequel il avait emporté le strict nécessaire, suivi par une équipe de soutien à distance. Le désert de Salar de Uyuni, une des plus grandes réserves au monde de lithium, selon La Paz, couvre une surface de 10.582 km2 et est situé à 3.650 mètres d’altitude dans le département andin de Potosí. La température y oscille entre -3 et 20 degrés et l’enseignant a dû y affronter les rigueurs «du vent et du froid», y compris une averse de neige vendredi dernier, qui a affecté ses équipements électroniques, dont le GPS, l’obligeant a recourir à des instruments apportés en double, selon le ministère bolivien. Avant son départ, le gouvernement bolivien avait annoncé qu’Alban Tessier était venu «pour démontrer que les personnes avec des capacités différentes étaient capables de prouesses». L’enseignant souffre de rétinite pigmentaire, une maladie génétique dégénérative qui évolue en cécité.

Le stress et la fatigue à l’origine de 90% des maladies
Le stress permanent ainsi que la fatigue régulière imposée sont à l’origine de 90% des différentes maladies, estiment des scientifiques américains. Quelque 90% des maladies sont provoquées par «les situations permanentes de stress ainsi que par la fatigue imposée», écrit le Site Web d’information américain Business Insider, cité par l’agence Sputnik. Des spécialistes américains de l’Université de Californie ont constaté qu’il était possible d’éviter un bon nombre de problèmes de santé «en entraînant son cerveau de manière simple et accessible pour chacun». «Quelques exercices sont capables de préparer l’organisme humain à la réception de l’information stressante. Ceci aiderait l’individu à mieux supporter les difficultés non seulement dans sa vie professionnelle mais aussi dans la sphère privée», d’après ces scientifiques. La particularité principale de ce type d’entraînement réside dans l’attribution au stress de catégories particulières, en fonction de leur impact sur l’organisme. Les spécialistes conseillent de considérer le stress comme une nouvelle opportunité ou encore de «mettre à jour les attentes inconscientes» qui sont encodées dans le cerveau à partir d’expériences passées. De plus, les chercheurs soulignent que l’humour et l’empathie sont importants pour minimiser les conséquences du stress.

Coup d’envoi du championnat d’Algérie de calcul mental à Alger
La première édition du championnat d’Algérie du calcul mental, qualificatif au championnat du monde prévu le 5 août prochain au Japon, a débuté, mardi à Alger, avec la participation de près de 500 enfants (âgés de 5 à 15 ans) venus des différentes wilayas du pays. Le calcul mental se pratique à l’aide de « l’abacus » ou le boulier japonais pour résoudre de différents calculs puis passer à la solution mentale afin d’effectuer de longues opérations de calcul tout en s’appuyant simplement sur l’imagination.
Après avoir réparti les participants selon la catégorie d’âge (de 5 ans à 15 ans) et les niveaux de compétition (5 niveaux), un examen écrit a été organisé à l’aide de l’abacus comportant 50 opérations de calcul pour passer ensuite à un examen visuel à l’aide de cet outil comportant 20 opérations de calcul et pour finir avec un autre examen sans utiliser l’abacus comportant également 20 opérations de calcul.
Cette manifestation, première du genre, qui se déroule sous le Haut patronage du président de la République, Abdelaziz Bouteflika, est organisée par le Forum national des générations contemporaines en coordination avec la Fondation des amis de la vie spécialisée dans la formation et l’entrainement des enfants, a indiqué à l’APS le vice-président de la commission de l’information et de la communication Chérif Tsamda, ajoutant que les résultats de la compétition seront annoncés le jour même par une commission composée de 200 correcteurs et surveillants.
De son côté, le président du championnat, Haîthem Charef a indiqué que la commission procédera à la sélection « d’une quinzaine d’enfants et leurs entraineurs pour participer au championnat du monde de calcul mental par le boulier japonais (le soroban) prévu le 5 août prochain au Japon ».

Plus de cinq tonnes de cannabis saisies en une semaine en France
Plus de cinq tonnes de cannabis, d’une valeur estimée à 42 millions d’euros à la revente, ont été saisies en une semaine par les Douanes françaises dans le sud-ouest de la France, a indiqué mardi le ministère de l’Action et des Comptes publics. Il s’agit de 5,2 tonnes de cannabis (3,9 tonnes de résine et 1,2 d’herbe) interceptées par les douaniers lors de contrôles de plusieurs véhicules en provenance du Maroc via l’Espagne qui ont procédé à l’interpellation de six individus. Le sud-ouest de la France (Nouvelle-Aquitaine), placé sur des grandes routes de trafics, est considéré comme une zone importante dans le transit des produits stupéfiants et plusieurs écrits de presse ont fait état d’une explosion de la consommation de la drogue, notamment de cocaïne. Par ailleurs, un rapport de l’Office des Nations unies contre la drogue et le crime (ONUDC) avait indiqué que le Maroc figure parmi les plus gros producteurs de cannabis au monde, dont la surface cultivable au Maroc en résine de cannabis est estimée à 47 500 hectares. La production marocaine est principalement destinée aux marchés d’Afrique et d’Europe occidentale. En France, le cannabis marocain se taille la part du lion (environ 80 %) du cannabis en vente sur le marché français. Au cours d’une opération menée le 12 juillet dernier, les douaniers français ont contrôlé un camion frigorifique qui abritait une cache aménagée où était dissimulée une quantité de 1,3 tonne de cannabis et le 16 juillet, un faux déménagement entre l’Espagne et les Pays-Bas cachait le transport de 512 kg d’herbe de cannabis dissimulés dans des appareils électriques et des meubles.