BRI

Trois personnes arrêtées pour prospection illégale de métaux à Chlef

Trois personnes ont été arrêtées par la brigade de recherche et d’intervention (BRI) de la sûreté de wilaya de Chlef pour prospection illégale de métaux et possession de matériels sensibles destinés à la vente, a-t-on appris, mardi, auprès de ce corps constitué. Dans le cadre des efforts de lutte contre la criminalité sous toutes ses formes, la BRI a procédé à l’arrestation de trois personnes pour leur implication dans une affaire de prospection illégale de métaux et de mise en vente d’appareils sensibles, via les réseaux sociaux, a indiqué à l’APS, le chargé de la communication, le commissaire de police Cherif Ankoud. Selon le même responsable, cette affaire a été mise à jour grâce au suivi des données numériques d’une personne proposant un détecteur de métaux à la vente, sur Facebook. Suite à quoi les services techniques de la police ont identifié le suspect qui fut immédiatement arrêté en flagrant délit de possession d’un détecteur de métaux précieux (de l’or en l’occurrence).
La poursuite des investigations dans cette affaire a, également, permis la saisie de jumelles de vision nocturne et d’un fusil de chasse sans permis, avec l’arrestation de deux autres individus qui activaient avec le suspect dans la prospection de métaux, sans avoir une autorisation des autorités compétentes. Les trois suspects ont été déférés devant le parquet territorialement compétent des autorités judiciaires de la commune de Boukadir, est-il précisé de même source.

Un réseau de trafic de drogue démantelé à Aïn Témouchent
Les éléments de la brigade de lutte contre le trafic de drogue de la Sûreté d’Aïn Témouchent ont démantelé un réseau spécialisé dans le trafic des psychotropes et saisi 1 800 comprimés ainsi qu’une somme de 40,42 millions de dinars, a-t-on appris mardi auprès de ce corps de sécurité. Agissant sur informations faisant état des activités d’un réseau criminel versé dans le trafic de psychotropes opérant au niveau de l’Ouest du pays, les éléments de la brigade de lutte contre le trafic de drogue ont identifié, lors des investigations, un élément de ce réseau, qui a été arrêté en possession de 1 800 comprimés psychotropes, a-t-on indiqué de même source. Dans le cadre de l’enquête, les policiers, munis d’un mandat, délivré par le procureur de la République près le tribunal de Aïn Témouchent, ont perquisitionné le domicile d’un prévenu et saisi 40,42 millions de dinars provenant de cette activité ainsi que des armes blanches. Présenté devant le parquet près le tribunal d’Aïn Témouchent, un des mis en causes a été écroué alors que son complice a fait l’objet d’une citation directe, a-t-on précisé de même source.

Laghouat : saisie de 5 kg de cannabis et 720 comprimés de psychotropes
Une quantité de 5 kg de cannabis et 720 comprimés de psychotropes a été saisie par les services de la police judiciaire (PJ) relevant de la sûreté de wilaya de Laghouat, a-t-on appris mardi auprès de la cellule de communication et des relations publiques de cette institution sécuritaire. Cette opération policière a été menée après la fouille d’un véhicule chargé de stupéfiants et de psychotropes dans la ville de Laghouat , à son bord deux suspects (27-33 ans), selon la même source . Dans le cadre de l’enquête sur cette affaire, les mêmes services ont saisi 720 comprimés de psychotropes dissimulés au domicile d’un autre suspect qui a été interpellé, et trois (3) autres suspects (29-32 ans) ont été également arrêtés pour leur implication dans l’affaire. Les personnes arrêtées ont été déférées devant le procureur de la République près le tribunal de Laghouat, pour « détention, transport et distribution de stupéfiants dans le cadre d’un groupe criminel organisé, usage de véhicule, vente illicites de psychotropes et contrebande ».

Plus de deux millions de réfugiés devront être réinstallés en 2023
Plus de deux millions de réfugiés ne pouvant rentrer chez eux ni rester dans leur pays d’accueil en raison de l’insécurité ou faute de place, auront besoin d’être transférés dans des pays tiers en 2023, a annoncé l’ONU mardi. Cela représente un bond de 36% par rapport aux besoins de cette année, évalués à 1,47 million de personnes, a indiqué une porte-parole du Haut Commissariat de l’ONU pour les réfugiés (HCR), Shabia Mantoo, citée par des médias. Cette hausse est notamment attribuée « aux conséquences humanitaires de la pandémie et à l’émergence de nouvelles situations de déplacement au cours de l’année écoulée », a-t-elle dit lors de la présentation de ces statistiques. La « réinstallation » consiste à transférer des réfugiés d’un pays d’asile à un autre Etat qui a accepté de les admettre et de leur accorder à terme une résidence permanente. Pour la septième année consécutive, les réfugiés syriens (environ 777.800 réfugiés dans le besoin d’être réinstallés) figurent parmi ceux dont les besoins en matière de réinstallation sont les plus élevés, suivis des réfugiés originaires de l’Afghanistan (274.000), de la République démocratique du Congo (190.400), du Soudan du Sud (117.600) et de la Birmanie (plus de 114.000). Une grande partie de ceux originaires de Birmanie sont issus des Rohingyas et sont apatrides. La procédure de réinstallation offre une protection et une solution durable à des dizaines de milliers de réfugiés chaque année.

Le site de «l’Expo 2020 Dubaï» transformé en ville «futuriste»
Le site qui avait abrité  »l’Expo 2020 Dubaï » organisée entre le 1er octobre 2021 et le 31 mars 2022, deviendra  »l’Expo City Dubaï », une ville « futuriste » accueillant les sièges de grandes entreprises, un centre d’exposition et un nouveau musée, a annoncé lundi l’émirat. « Aujourd’hui, nous annonçons la transformation du site de l’exposition en « Expo City Dubaï », une nouvelle ville qui illustre les ambitions de Dubaï », selon le tweet du cheikh Mohammed Ben Rached Al-Maktoum, dirigeant de l’émirat et vice-président des Emirats arabes unis, dont fait partie Dubaï. « Cette nouvelle ville accueillera un nouveau musée, un centre d’exposition et les sièges sociaux d’entreprises de haute technologie et des PME », a-t-il ajouté. La ville, reliée au port et aux deux aéroports de Dubaï, abritera notamment les sièges de DP world, l’opérateur du port de Dubaï, du groupe allemand Siemens, et de différentes PME, a précisé un communiqué publié par le bureau du Cheikh Mohammed Ben Rached Al-Maktoum, qui évoque une destination « futuriste » et « respectueuse de l’environnement ». Les attractions phares, comme le dôme Al Wasl (monument culturel au cœur de l’exposition), et un certain nombre de pavillons nationaux, notamment celui des Emirats, de l’Egypte et de l’Arabie saoudite, seront conservés. Retardée d’un an en raison de la pandémie de coronavirus,  »l’Expo 2020 Dubaï », la première du genre au Moyen-Orient, avait attiré plus de 23 millions de visiteurs selon les autorités de Dubaï, soit un peu moins des 25 millions espérés avant le Covid-19.