Terres agricoles irriguées : Augmentation prochaine à 53 000 ha à Mascara

Une augmentation de la superficie des terres irriguées à 53 000 ha est attendue à Mascara, après l’achèvement d’une série de projets dans les secteurs de l’agriculture et de l’hydraulique, a indiqué dimanche le premier responsable de la wilaya. Mohamed Lebka a fait savoir, à l’ouverture d’assises dédiées au secteur de l’Agriculture, que les services de la wilaya œuvrent, en collaboration avec les différents acteurs en relation avec les deux secteurs cités, pour concrétiser la part de Mascara au programme du gouvernement visant à augmenter la surface agricole irriguée au niveau national à 2 millions d’hectares, dans son plan visant à diversifier l’économie nationale. A cet égard, il a souligné que la réhabilitation du périmètre irrigué de la plaine de Sig, spécialisée dans la production d’olives, pour atteindre 500 000 qx/an, s’est achevée, alors que la réhabilitation de celui de la plaine de Hebra, spécialisée dans la production des agrumes à Mohammadia, le sera «très prochainement», afin d’atteindre une production de
1 million qx/an et se lancer ensuite dans la réalisation du périmètre de la plaine de Ghriss de 5 000 ha, dont environ 1.000 ha seront réceptionnés prochainement. Il sera procédé, durant les prochains jours, selon le même responsable, à la distribution de plus 4 000 ha de terres agricoles inexploitées récupérées, à des agriculteurs jugés sérieux, outre la distribution de 100 hectares de terres forestières à utiliser dans la production agricole en vue d’augmenter la production de légumes de 7 millions de qx/an actuellement, à 9 millions de qx à l’avenir. La wilaya de Mascara dispose actuellement de 19 000 ha de terres agricoles exploitées. Pour sa part, le directeur des services agricoles (DSA), Delllali Benaouda, a fait savoir que la wilaya dispose de grandes capacités dans le secteur agricole qui lui ont permis d’être parmi les 10 premières wilayas au niveau national dans la production agricole et d’occuper la première place dans certaines filières comme la production d’olive.
L’Etat a alloué des sommes importantes pour le développement du secteur agricole, a rappelé le même responsable, qui a indiqué que le montant des aides consacrées de 2010 à 2017 a atteint environ 4 milliards DA dont 2,5 milliards DA pour l’investissement dans les filières agricoles, 887 millions Da pour la mécanisation agricole, 332,6 millions DA pour le développement de l’irrigation et 296 millions DA pour la réhabilitation des complexes frigorifiques dans les communes de Tizi et de Mohammadia.
De son côté, le président du Conseil professionnel de la filière des agrumes, Mohamed Boukhari, a mis en exergue les efforts fournis par les agriculteurs de Mohammadia durant les dernières années, ce qui a permis de planter plus de 4 000 ha de nouveaux arbres d’agrumes. La production est attendue dans les prochaines 3 à 4 ans. Une production qui permettra de créer une abondance de produits auxquels le marché local ne pourra s’accommoder, ce qui a poussé les représentants des agriculteurs à entreprendre des contacts pour chercher des marchés extérieurs en vue d’exporter le produit local qui dispose de grandes qualités concurrentielles.
Plus de 700 participants dont des agriculteurs, des opérateurs économiques en relation avec le secteur et des représentants d’administrations, d’organismes financiers et d’instituts de formation en agriculture ont pris part à ces assises organisées par la wilaya au Palais des conventions, dans le but d’écouter les préoccupations des agriculteurs et leurs visions quant à la promotion du secteur dans la wilaya.