Santé scolaire à Constantine : Mesures intersectorielles pour promouvoir la culture hygiéniste

La promotion d’une culture hygiéniste en milieu scolaire nécessite l’élaboration d’une stratégie intersectorielle impliquant la commune, la direction de l’éducation et les services de la santé, estiment les différents intervenants à Constantine.

De la maternelle au lycée, le parcours éducatif est intimement lié à la santé, et des actions inter-sectorielles dans ce domaine sont jugées inévitables pour préserver la santé des enfants en évitant les éventuels risques de propagation de maladies transmissibles, souligne-t-on encore. Aussi, la sensibilisation des parents, des enfants et des encadreurs devient incontournable dans le cadre d’efforts combinés. Les mesures préventives d’hygiène passent inexorablement par un respect scrupuleux des règles d’hygiène alimentaires dans la préparation et la distribution des repas, par un nettoyage quotidien des sanitaires à l’eau de javel, en plus du lavage également des bâches à eau et des réservoirs d’eau des établissements scolaires. Pour ce faire, la direction de l’éducation de la wilaya de Constantine a donné des instructions, en août dernier, aux différents directeurs des établissements scolaires pour procéder au nettoyage de leurs réservoirs d’eau et des sanitaires avant la rentrée scolaire, a indiqué, à l’APS, Youcef Merimeche, chef du service finances et moyens. «Ces instructions ne sont, en fait, qu’un rappel des mesures préventives prises automatiquement, chaque année, avant la rentrée des classes par la direction de l’éducation», a-t-il précisé, soulignant que les directives de la DE ont été suivies, quelques jours plus tard par un «protocole de propreté» adressé par le ministère de l’Education nationale. Il s’agissait notamment, a souligné ce même responsable, de constituer des commissions pluridisciplinaires (éducation, santé, commerce, commune …) dont l’objectif est de veiller à l’hygiène dans les établissements publics et qui n’ont relevé, à ce jour, «aucune anomalie». M. Merimeche a précisé que la DE de Constantine comptabilise actuellement 64 lycées, 140 collèges et 400 écoles primaires répartis à travers le territoire de la wilaya de Constantine, avec un effectif de plus de 208.000 élèves tous cycles confondus, soutenant qu’»aucun cas de maladie transmissible n’est, pour l’heure, enregistré».

Prévention, contrôle et sensibilisation … les secteurs concernés mobilisés
Approché par l’APS, le président de l’Assemblée populaire communale de Constantine (P/APC), Nadjib Arab a assuré, pour sa part, que 100 écoles primaires sur un total de 135 gérées par cette collectivité ont été dotées de nouveaux réservoirs d’une capacité de 2000 litres, à l’occasion de la nouvelle rentrée scolaire. Il a précisé que des inspections quotidiennes des cantines pour veiller au respect des règles d’hygiène, du transport et de la chaine du froid, ainsi que la conformité des denrées alimentaires, sont effectuées par le personnel du service d’hygiène de la commune dont celui du bureau d’hygiène communal (BHC). Faisant savoir que les établissements primaires de la commune de Constantine ont été pourvus en savon liquide, savonnettes, eau de javel et serpillères à la rentrée scolaire, Dr Arab a ajouté que les délégations communales effectuent des visites dans les écoles pour sensibiliser les élèves de l’importance de l’hygiène, surtout celle des mains mais aussi corporelle. Autre secteur impliqué dans le contrôle des mesures d’hygiène prises au niveau des établissements scolaires de la wilaya de Constantine, celui de la santé qui procède, de son côté, au contrôle de l’état de salubrité des locaux pédagogiques et des cantines notamment, en plus d’actions de sensibilisation des élèves quant à la nécessité de laver soigneusement leurs mains plusieurs fois par jour.
Dans ce contexte, Dr Fahima Sghirou, chef de service de la prévention à la direction locale de la santé, a affirmé que les médecins de la santé scolaire qui exercent au sein des 49 unités de dépistage et de suivi (UDS) de la wilaya de Constantine œuvrent en coordination avec les services d’épidémiologie et de médecine préventive (SEMEP) pour prévenir les pathologies liées à l’hygiène.
«Outre le contrôle régulier des cantines et de la qualité de l’eau, des cours destinés aux élèves sur l’hygiène des mains et les infections liées au manque d’hygiène et aux maladies transmissibles, sont également prévus au programme préventif des services de la santé», a-t-elle ajouté, précisant que des mesures de contrôle ont toujours existé et que l’épidémie de choléra qui s’est déclarée, durant l’été 2018, a généré «une prise de conscience supplémentaire». Selon cette même responsable, l’hygiène individuelle est importante et doit être intégrée aux principes de base de l’éducation, et pas seulement aux moments où l’on se retrouve confrontés à une infection déclarée, soulignant, à ce propos le «rôle primordial de la famille». Lors de l’année scolaire 2017-2018, les services de la santé de Constantine ont enregistré 32 cas de gale (infection cutanée très contagieuse) et 1755 pédiculoses (une parasitose contagieuse due aux poux), essentiellement signalées dans le cycle primaire, où la promiscuité entre les élèves est plus importante, a-t-elle fait savoir.
Dr Sghirou estime néanmoins que «les efforts de prévention dans les établissements scolaires donnent des résultats du fait qu’il y a moins de pathologies qu’auparavant.