Sa montée au créneau intervient quelques jours avant les deux matchs importants des Verts : Saâdane n’a pas choisi le bon timing pour se révolter

Le désormais ex-DTN, Rabah Saâdane, aura sans doute créé l’évènement lors de ce week-end. Il a décidé de briser le silence à travers des sorties médiatiques par lesquelles il n’a pas du tout ménagé le président de la FAF, Kheïreddine Zetchi, et à un degré moindre, l’entraîneur national, Djamel Belmadi.
Cette montée au créneau, qui se voulait pour Saâdane une manière de lever le voile sur les raisons de sa démission qu’il a officiellement déposée au niveau de la FAF mercredi dernier, a néanmoins replongé la première structure footballistique dans la crise, et ce après avoir retrouvé un semblant de calme depuis quelques mois.
L’attitude de l’ancien sélectionneur d’Algérie lors des Mondiaux de 1986 et 2010 risque également de porter préjudice à l’équipe nationale, car intervenant quelques jours avant le début du stage des Verts en prévision de leur double confrontation contre le Bénin dans le cadre des éliminatoires de la CAN-2019 au Cameroun. Par ailleurs, avec le départ de Saâdane, force est de constaer que la liste des démissions se rallonge depuis l’élection de Kheireddine Zetchi à la tête de la FAF, le 20 mars 2017. Taoufik Korichi, qui occupait le poste de DTN par intérim avait claqué la porte en avril 2017. Cinq mois plus tard, il avait été suivi par son successeur Fodhil Tikanouine. En décembre 2017, l’ancien bras droit de l’ancien patron de la FAF Mohamed Raouraoua durant plusieurs années, Djahid Zefzef, qui assurait le poste de président de la commission des finances de la FAF, a jeté l’éponge pour être remplacé par Rachid Gasmi. La commission des médias de la FAF n’a pas été épargnée, puisqu’elle a été également touchée par la “contamination” avec la démission du journaliste Farid Aït Saâda.
En février 2018, Hamid Haddadj décida de quitter ses fonctions à la tête de la commission de discipline de la Ligue de football professionnel (LFP), une démission qui a soulevé un véritable tollé, eu égard à la sensibilité du poste qu’il occupait, ancien président de la FAF (2006-2009).
« Je ne regretterai jamais ma démission. Je refuse d’être touché dans ma dignité et ma personnalité. Je n’ai jamais imaginé quitter la FAF de cette manière, après tout le travail que j’ai accompli au sein de la DTN », a précisé Saâdane.
L’ancien DTN est revenu sur ses relations avec le président de la FAF Kheireddine Zetchi : « Lors des deux derniers mois, j’ai constaté que la vision de Zetchi avait changé, il voulait absolument réaliser de bons résultats dans l’immédiat, alors qu’il fallait du temps pour voir le travail effectué à la DTN donner ses fruits. Je comprends la pression qui pesait sur ses épaules à propos de l’équipe A et l’arrivée d’un nouveau sélectionneur, mais ce que j’ai enduré est inadmissible », a-t-il poursuivi avec amertume.
Hakim S.