Drone

Rabat a acheté, via une société française, des drones produits par Israël

Plusieurs reportages des médias notamment étrangers, ont traité en détail des transactions d’armes israélo-marocaines, même celles conclues avant la visite de deux jours, mercredi et jeudi derniers, du ministre israélien de la guerre, Benny Gantz au royaume marocain. Visite qui a occupé davantage l’espace des médias marocains, notamment en illustrant leurs Unes, par de grandes photos de Gantz, contrairement au médias de l’entité sioniste. Des rapports sur la coopération militaire entre Tel-Aviv et Rabat ont indiqué que l’armée marocaine « utilise actuellement 3 avions sans pilote Heron » produits par les industries aérospatiales israéliennes, qui ont été achetés par le Maroc par « l’intermédiaire d’une société française » comme l’a révélé le journal israélien, The Jerusalem Post ». Le Maroc utilise également, selon la même source des drones de plus petite taille qu’ils ont achetés à la société israélienne BlueBird. Il y a deux mois, les forces de sécurité marocaines ont reçu des véhicules de patrouille sans pilote fabriqués par la société israélienne Robotim, détenue en partie par Elbit et a également acheté récemment des systèmes anti-drone fabriqués par Skylock, auprès du groupe « israélien » Avnon.

Cinq décès et 237 blessés sur les routes en 48 heures
Cinq (5) personnes sont décédées et 237 autres ont été blessées dans des accidents de la route survenus à travers plusieurs wilayas durant ces dernières 48 heures, indique samedi un communiqué de la la Protection civile (DGPC). Les éléments de la protection civile sont également intervenus durant la même période, pour prodiguer des soins à 07 personnes, dont une est décédée, suite à l’inhalation du monoxyde de carbone dans les wilayas de Constantine, Chlef, M’Sila et Bordj Bou Arreridj selon la même source Par ailleurs, les secours sont intervenus pour l’extinction de 04 incendies urbains et divers dans les wilayas d’Alger, Mila et Khenchela, ayant causé le décès d’un homme âgé de 75 ans. Dans le cadre des activités de lutte contre la propagation du coronavirus Covid-19, les unités de la protection civile ont effectué 22 opérations de sensibilisation à travers le territoire national, portant sur la pandémie Covid-19, rappelant aux citoyens la nécessité du port de la bavette et le respect des règles de la distanciation physique. Les mêmes unités ont aussi effectué 47 opérations de désinfection générale à travers le territoire national, touchant l’ensemble des infrastructures et édifices publics et privés, quartiers et ruelles, note la même source. Pour ce qui est des interventions liées aux intempéries, les secours de la wilaya de Mostaganem sont intervenus pour effectuer des opérations d’épuisement des pluviales infiltrés dans quelques habitations et édifice public à travers les communes de Mostaganem et Khadra, précise le communiqué de la Protection Civile.

Sidi Bel-Abbès : arrestation d’un individu pour escroquerie sur les réseaux sociaux
Les policiers à Sidi Bel-Abbès ont arrêté un escroc impliqué dans une affaire de cybercriminalité, a-t-on appris samedi auprès de la cellule de communication et des relations publiques de la sûreté de wilaya. Cette affaire fait suite à l’exploitation d’informations parvenues à la brigade de lutte contre la cybercriminalité faisant état d’agissements douteux d’un individu sur les réseaux sociaux. Un enquête a permis d’identifier le suspect, a-t-on indiqué. Selon la sûreté de wilaya, il s’est avéré que le mis en cause utilisait des comptes sur les réseaux sociaux avec des pseudonymes et publiait des annonces où il sollicitait des prêts financiers qui varient entre 1 million DA et 2,5 millions DA en formulant un dossier de demande de crédit. Dans ses contacts avec plusieurs victimes de différentes wilayas, le mis en cause demandait des avances sur son compte courant postal variant entre 15 000 DA et 20 000 DA par dossier avant de bloquer sa victime de sa page facebook et rompre tout lien avec elle. Après avoir engagé une procédure judiciaire, le mis en cause dans cette affaire d’escroquerie a été déféré devant le procureur de la République.

Covid-19 : 100% de la population des Émirats a reçu une dose de vaccin
La population des Émirats arabes unis éligible à la vaccination contre le Covid-19 a reçu dans sa totalité « au moins une dose de vaccin », une première dans le monde, selon le ministère de la Santé de ce pays du Golfe. Près de 22 millions de doses ont été administrées au total, avec « 100% de la population ayant reçu une injection » et « 90,18% » étant « complètement vaccinée », a ajouté vendredi le ministère. Dans ce pays de quelque 10 millions d’habitants qui sont en immense majorité des travailleurs immigrés, la population peut se faire vacciner à partir de l’âge de trois ans. Cette annonce intervient alors qu’un nouveau variant du Covid-19, baptisé Omicron et jugé « préoccupant » par l’Organisation mondiale de la santé (OMS), a été détecté à l’origine en Afrique du Sud. En réponse, de nombreux pays du monde parmi lesquels les Émirats ont fermé leurs frontières aux voyageurs en provenance des pays d’Afrique australe. Selon les statistiques officielles, le pays a enregistré plus de 741 000 cas de contamination au Covid-19, dont 2.145 morts.

Amazon épinglé par la justice pour « discrimination syndicale »
Le géant américain du commerce en ligne n’hésite pas à licencier des syndicalistes, et en France, le puissant syndicat CGT multiplie les procédures judiciaires. En cinq mois, l’entreprise a été condamnée trois fois pour avoir écarté trop facilement des militants ou des responsables syndicaux. En ce jour de promotion à la sauce « Black Friday », vous prendrez bien deux cartes syndicales pour le prix d’une ? Pas chez Amazon. Le géant de la livraison se méfie des organisations trop revendicatives en son sein. Aux États-Unis, ces derniers mois, le deuxième employeur privé du pays (avec un million de salariés) a mené campagne, avec succès, pour empêcher la création par référendum d’un syndicat en Alabama.

Ethiopie : plus de 9 millions de personnes souffrent de la faim dans le nord
Plus de neuf millions de personnes ont désormais besoin d’aide alimentaire dans le nord de l’Ethiopie, en proie depuis plus d’un an à la guerre, a affirmé vendredi le Programme alimentaire mondial (PAM) des Nations unies. Les récents développements du conflit en Ethiopie, où les rebelles tigréens menacent de marcher sur la capitale Addis Abeba, inquiètent la communauté internationale, qui tente d’obtenir un cessez-le-feu. Plusieurs États, dont le Royaume-Uni, la France et les États-Unis, ont appelé leurs ressortissants à quitter le pays. Marqué par les atrocités et la famine, le conflit a fait plusieurs milliers de morts et plus de deux millions de déplacés. Vendredi, le PAM a sonné l’alarme: la situation humanitaire s’est rapidement détériorée au cours des derniers mois au Tigré mais aussi dans les régions de l’Amhara et de l’Afar, où le conflit s’est étendu.
Selon un communiqué de l’organisation, 9,4 millions de personnes y souffrent de la faim « en conséquence directe du conflit en cours », contre environ 7 millions en septembre. « La région Amhara (où les combats se déroulent en ce moment, ndlr) a observé la plus grande progression des chiffres avec 3,7 millions de personnes désormais en besoin urgent d’aide alimentaire », dit le PAM. « De tous les gens qui dans le nord de l’Ethiopie ont besoin d’aide, plus de 80% (7,8 millions) sont au-delà de la ligne de front ».
Cette semaine, de la nourriture a été distribuée à Dessie et Kombolcha pour la première fois depuis que ces villes ont été prises par les rebelles il y a près d’un mois, affirme l’organisation.