PARTICIPATION OU BOYCOTT : Le RCD opte pour le rejet

Si la participation des partis du pouvoir à l’élection présidentielle relève d’un secret de polichinelle, tant les appels à un cinquième mandat pour Bouteflika s’affirment de plus en plus, les formations de l’opposition continuent à débattre de la question, comme c’est le cas pour le Rassemblement pour la culture et la démocratie (RCD). L’occasion a été donnée hier au parti dirigé par Mohcine Belabbas de clarifier sa position sur le rendez-vous électoral, annoncé pour le 18 avril prochain. Quoique dans son discours d’ouverture d’une réunion de son Conseil national, tenue hier à Alger, Belabbas évoque un débat des membres de cette instance qui va au-delà de se prononcer sur une participation ou un boycott de la Présidentielle. «Je ne voudrais pas anticiper sur la nature de la décision que prendra notre conseil national sur l’échéance présidentielle d’avril prochain même si la deuxième session en a largement débattu en septembre dernier. Notre position doit être tranchée aujourd’hui (hier, ndlr). Le débat ne doit pas se focaliser uniquement sur la question binaire : participation /boycott. Il nous appartient aussi, dans cette réunion, d’esquisser les grandes lignes d’une offre politique qui puisse faire sortir le pays des crises cycliques qu’il traverse depuis le faux départ de 1962», s’exprime le président du RCD devant les membres de son Conseil national. En d’autres termes, qu’il choisisse entre les deux options, tout se saura pour le RCD à l’issue du débat des membres de son Conseil national, qui devait sortir avec une position claire et clarifiée. Mais à priori, «pour nous, l’heure n’est pas à l’engagement dans une opération électorale viciée mais au rassemblement le plus large pour jeter les bases d’une refondation institutionnelle qui garantit la stabilité sociale, la défense de l’intérêt général et la libre compétition politique», explique Belabbas, cité hier par l’APS. Pour Belabbas, le RCD est «un parti démocratique qui met, au centre de l’organisation de la société, la liberté incluant la protection juridique et sociale par le biais de la consécration des principes d’égalité et de solidarité, le pluralisme politique et les mécanismes transparents d’alternance, ajoutant que «nous sommes aussi un Rassemblement de patriotes», se positionne déjà le parti.
F. Guellil