sahara5

Maroc-Sahara Occidental : Opportunisme politique et cynisme du Makhzen

Le ministre sahraoui délégué pour l’Europe, Mohamed Sidati, a qualifié vendredi les allégations marocaines sur un prétendu soutien militaire de l’Iran au Front Polisario via le Hezbollah libanais, d’ »opportunisme politique cynique » destiné à « saper les efforts de l’ONU » pour le règlement du conflit au Sahara occidental.

« Les accusations du Maroc découlent d’un opportunisme politique cynique destiné à saper les efforts de l’ONU », a-t-il déclaré. Mohamed Sidati qui a nié « catégoriquement » toute présence militaire d’une quelconque puissance étrangère aux côtés de l’armée de libération du peuple sahraoui, a soutenu que ces allégations, « les dernières d’une série d’assertions provocatrices et non fondées », visent à « discréditer le Front Polisario et détourner le processus de paix onusien au Sahara occidental ». « Le Maroc tente de tirer parti des tendances internationales actuelles pour essayer de renforcer son occupation illégale du Sahara occidental », a-t-il ajouté, soulignant qu’ »aucune preuve ne permet de soutenir les affirmations sans fondement du Maroc ». Le ministre sahraoui a fait remarquer, à ce titre, que les accusations de Rabat ont été formulées peu après que le Conseil de sécurité de l’ONU ait adopté une résolution (n° 2414) prolongeant de six mois seulement le mandat de sa mission pour l’organisation d’un référendum au Sahara occidental (Minurso).
Le Conseil de sécurité de l’ONU a adopté, le 27 avril dernier, une résolution appelant les parties au conflit au Sahara occidental, le Maroc et le Front Polisario, à des « négociations sans préconditions et de bonne foi » en vue de parvenir à une solution garantissant le droit du peuple sahraoui à l’autodétermination et prolongeant, jusqu’au 31 octobre, le mandat de la Minurso. »La résolution a envoyé au Maroc un message clair et fort : il doit retourner à la table des négociations sans conditions préalables », a affirmé M. Sidati.
Il a soutenu, à cet égard, que contrairement au Maroc qui tente, par tous les moyens, de se soustraire à l’obligation de négocier, le Front Polisario reste « engagé » et de manière « constructive » dans le processus de paix des Nations unies. « Nous avons clairement fait comprendre à M. Kôhler (envoyé personnel du Secrétaire général de l’ONU au Sahara occidental) que nous sommes prêts et disposés à entamer des négociations directes sous les auspices des Nations unies », a-t-il indiqué. Mohamed Sidati a appelé, dans ce contexte, la communauté internationale, particulièrement l’Union européenne (UE) à faire pression sur le Maroc pour qu’il mette un terme à toutes les actions qui nuisent au processus de paix de l’ONU. Le ministre sahraoui a exigé de l’UE de mettre fin à son soutien à l’occupation illégale du Sahara occidental par le Maroc, dénonçant les manoeuvres de la Commission visant à inclure le Sahara occidental dans les accords commerciaux entre l’UE et le Maroc sans le consentement du peuple sahraoui, comme l’exige le droit européen. De son côté et réfutant les « fausses allégations » du Maroc, le coordinateur du Front Polisario avec la Minurso, M’hamed Khedad a mis au défi Rabat de fournir la moindre preuve qui corrobore ces accusations.
M. B.