Bensalah

MALGRÉ LE BOYCOTT MASSIF DES PARTIS DE L’OPPOSITION, DE LA SOCIETÉ CIVILE ET DES PERSONNALITÉS NATIONALES : Bensalah tient à sa conférence de transition

Malgré le boycott des partis de l’opposition, des représentants de la société civile et des personnalités nationales, le chef de d’état Abdelkader Bensalah tiendra sa conférence nationale, aujourd’hui, dans le sillage de sa feuille de route, portant l’organisation de la présidentielle le 4 juillet, scrutin qui est refusé par le mouvement populaire pacifique, qui exige le départ des figures du système politique en place, dont Bensalah, pour entamer la phase de transition pour l’édification d’un État de droit.

Les invitations à la rencontre de concertation de Bensalah, annoncée pour aujourd’hui, au Centre international de conférences (CIC) de Club des Pins, ont continué à arriver chez les partis et les personnalités nationales, jusqu’à hier, la veille, de la tenue de ce rendez-vous, décliné par la plupart de ceux et celles ayant reçue l’invitation. Dans son discours, qu’il a prononcé peu de temps après avoir occupé le siège d’El-Mouradia, l’ex-président du Senat, avait indiqué que des représentants d’organisations civiles seront conviés à la rencontre ainsi que les acteurs politiques, en vue de se concerter sur la mise en place de l’Instance en charge des élections. Aujourd’hui, au vue des annonces de boycott de la rencontre de Bensalah, qui se sont succédeés, depuis jeudi dernier, bon nombre d’observateurs et même l’opinion nationale s’interroge sur l’identité de ceux et celles qui seront présents, aujourd’hui, à la rencontre du CIC, à laquelle ont été conviés des constitutionnalistes et des hommes de Lois. Rappelant que jeudi dernier, avant l’annonce de la conférence en question, le chef de l’état, a précédé celle-ci par des rencontres, qu’il a eu, notamment avec Abdelaziz Ziari, ex-président de l’APN et cadre au parti FLN, l’avocat Miloud Brahimi et l’ex-candidat à la Présidentielle prévue le 18 avril dernier, Abdelaziz Belaïd.
Des rencontres qui n’ont pas manqué d’être au centre des messages du mouvement populaire pacifique, à travers le pays, lors de son 9e vendredi de mobilisation, notamment à travers les slogans « partez tous » « non au 3B, Bensalah, Bedoui et Bouchareb » outre l’expression du refus de la conférence en question. Contacté hier, pour savoir qu’en est-il des informations sur la participation de représentants du mouvement citoyen populaire, , le militant Samir Benlarbi nous a affirmé que Bensalah  aura, sans aucun doute, dans sa rencontre « quelques jeunes qui ont participé à la rencontre du diplomate Lakhdar El Ibrahimi à l’hôtel El Aurassi » avant d’affirmer que «la rencontre de Bensalah n’est que manipulation et provocation à l’encontre du peuple algérien». Poursuivant, il nous dira que ceux qui seront au CIC, aujourd’hui, savent sans ambigüité aucune que « l’ensemble des algériens qui animent le mouvement depuis le 22 février dernier n’accepteront jamais de s’asseoir autour de la même table avec Bensalah, qui devrait partir, comme l’exige le peuple, depuis sa désignation, au poste de président de l’État». Pour l’ex-membre du mouvement Barakat, qui a manifesté, dans la rue son opposition au 4e mandat de l’ex-président Bouteflika, « personne ne peut représenter le «Hirak» et personne ne peut parler ou négocier en son nom» a-t-il tenu à rappeler. Par ailleurs, il est à rappeler que l’ex-président Bouteflika a appelé, dans sa feuille de route proposée, après l’annulation du 5e mandat, suite à la pression du mouvement populaire pacifique, à la tenue d’une conférence nationale inclusive qui devrait réunir tous les partis politiques, membres de la société civile et personnalités nationales.
Sarah Oubraham