enfant palestiniens malades

L’UE BLOQUE 230 MILLIONS $ POUR FAIRE PRESSION SUR LES PALESTINIENS : 500 enfants cancéreux privés de soins à El-Qods occupée

L’UE, en retenant quelque 230 millions de dollars de financement, fait souffrir les patients palestiniens atteints de cancer, a rapporté le site électronique d’informations, The Electronic Intifada «(EI), après que le Conseil norvégien pour les réfugiés a indiqué, mardi, que le paiement retenu a été retardé depuis 2021, car l’Union européenne continue de « conditionner le déblocage de l’argent à des modifications spécifiques des manuels scolaires palestiniens ». Le Conseil a averti que le retard « paralysait des secteurs et des services critiques, y compris les soins de santé à Jérusalem-Est occupée (El-Qods), avec des conséquences désastreuses pour les patients nécessitant un traitement dans les hôpitaux ». Selon The EI, Oliver Varhelyi, un haut fonctionnaire de la Commission européenne, a mené une campagne contre les Palestiniens et « a promu les mensonges du lobby israélien selon lesquels les manuels palestiniens contiennent de l’antisémitisme et glorifient le terrorisme». Jan Egeland, secrétaire général du Conseil norvégien pour les réfugiés, a estimé que « ces restrictions punissent les patients en phase terminale qui ne peuvent pas obtenir de médicaments vitaux et obligent les enfants à avoir faim lorsque les parents n’ont pas les moyens d’acheter de la nourriture ». Ajoutant que «les Palestiniens paient le prix le plus cruel pour les décisions politiques prises à Bruxelles », a-t-il précisé. The Electronic Intifada a souligné qu’en raison de cette situation, au moins 500 Palestiniens nouvellement diagnostiqués d’un cancer ne peuvent pas accéder à des traitements vitaux à l’hôpital Augusta Victoria d’El-Qods, tandis que d’autres connaissent de graves retards dans la réception de leur traitement critique. Selon l’ Intifada, Oliver Varhelyi, un haut fonctionnaire de la Commission européenne, a mené une campagne contre les Palestiniens et « a promu les mensonges du lobby israélien selon lesquels les manuels palestiniens contiennent de l’antisémitisme et « glorifient le terrorisme ». Il convient de noter que Roberta Metsola, la présidente du Parlement européen, s’est rendue dans les territoires palestiniens occupés la semaine passée et a rencontré le président israélien Isaac Herzog, le Premier ministre Naftali Bennett, ainsi que le ministre des Affaires étrangères Yair Lapid. Une visite de cautionnement et de renouvèlement du soutien aveugle à Israël, car ce déplacement est intervenue, faut-il le noter, la veille de l’opération d’agression, hier, par les autorités coloniales israéliennes et les colons sionistes de la ville sainte El-Qods occupée et de sa Mosquée El –Aqsa. Au cours de sa visite, Metsola s’est adressée au parlement israélien, le louant comme une « maison de la démocratie », ignorant les crimes « d’Israël » contre les Palestiniens, y compris le récent meurtre de la journaliste palestinienne Shireen Abu Akleh, sous les regards de la communauté internationale, révélant au Monde la politique de deux poids deux mesures sur le droit sacré des journalistes à exercer leur métier et de l’interdiction qu’ils soient touchés dans leur intégrité physique. Elle a même déclaré que « le partenariat entre l’UE et Israël devrait être encore renforcé », confortant davantage les choix politiques de l’entité sioniste ainsi que les pays ayant normaliser avec Israël, dont le Maroc, à travers ses pratiques barbares contre les Palestiniens, notamment , hier, à El-Qods occupée, Cisjordanie et des territoires de la Palestine historique de 48. D’autre part, les autorités israéliennes ont refusé l’entrée à une délégation conduite par Manuel Pineda, membre du Parlement européen, à la suite de l’assassinat d’Abu Akleh . Selon The Electronic Intifada, « Pineda est le président de la délégation parlementaire pour les relations UE-Palestine, et joue donc un rôle essentiel dans la surveillance de l’utilisation des fonds de l’Union européenne et des actions des responsables du bloc sur le terrain ».

« L’UE PROPOSE AU LIBAN UNE AIDE ALMENTAIRE CONTRE LA NORMALISATION AVEC L’ENTITÉ SIONISTE »
Dans une lettre ouverte à la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, un groupe de pression israélien – le Centre Simon Wiesenthal – a déclaré que Pineda « doit être expulsé du Parlement européen », affirmant que le membre du Parlement européen est un « porte-parole des terroristes », car pour l’occupant israélien comme pour ses soutiens occidentaux, la résistance d’un peuple colonisé est synonyme de terrorisme. La lettre du Centre Simon Wiesenthal indique que Pineda a participé à la flottille de 2011 à destination de Ghaza visant à briser le blocus israélien, ajoutant que le membre espagnol du Parlement européen « s’associe à des membres de groupes politiques et de résistance palestiniens et libanais ». Il convient de noter que le journal libanais Al-Akhbar avait précédemment révélé que le représentant spécial de l’UE pour le processus de paix en Asie occidentale, Sven Koopmans, aurait proposé aux responsables libanais « de normaliser les relations avec l’occupation israélienne en échange d’une aide alimentaire, médicale, et d’approvisionnement en énergie ». Le journal libanais a indiqué que Koopmans aurait considéré la normalisation comme la « solution finale » du Liban pour que le pays se voit accordé une aide occidentale, pour surmonter la crise économique actuelle. Selon le rapport d’Al-Akhbar, Koopmans a déclaré que la résistance libanaise et palestinienne « a réussi à établir sa force ».
Karima B.